Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 17:00
L’âge du cristal

 

              Les Atlantes avaient découvert les propriétés énergétiques du cristal de quartz, appelé dioxyde de silicium (SiO²). Nous redécouvrons, aujourd’hui, les propriétés physiques et « mystiques » de ce minerai. A notre époque, il envahit toute notre technologie : laser, micro-ondes, ordinateurs, satellites, calculatrices, etc… Nous vivons à l’heure du quartz !

              Les Atlantes étaient passés maître dans l’utilisation de ce minerai, ils en abusèrent même, ce qui causa leur perte. « … habitant en terre Atlante au temps de l’établissement des Fils de Bélial – recul de la Loi de Un – (l’entité était) prêtresse d’un temple construit en opposition aux Fils de la Loi de Un, à l’époque où était découverte l’influence d’une activité radiale des rayons du soleil transformés en cristaux dans les fosses qui établissaient des contacts avec les influences internes de la terre. » (Lecture 263-4).  

 


city1

 

 

              La civilisation Atlante bénéficiait, avant les premiers cataclysmes, d’un très haut niveau de vie. Les Atlantes vivaient dans le luxe. L’homme de la rue, à cette époque, disposait de toutes sortes d’appareils puissants qui utilisaient des radiations invisibles. Les maisons bénéficiaient de l’eau courante, chaude et froide. Des écrans, ressemblant à nos postes de télévision, permettaient d’assister à des évènements qui se déroulaient à des milliers de kilomètres. Des navires marchands sillonnaient les mers à travers le monde, et le ciel était perpétuellement traversé d’engins de toutes sortes.

              L’Atlantide avait atteint son apogée, quant elle sut maîtriser totalement les ressources du cristal. Les médecins et les guérisseurs employaient la Baguette d’Energie (Bâton surmonté d’un cristal de quartz) pour soigner les patients. Les combattants l’employaient comme arme, et les savants utilisaient le Bandeau de Cristal (ceint autour de la tête) pour entrer en communication avec les intelligences vivant dans l’Univers. A cette époque, les cristaux servaient aussi à intensifier le rayonnement de l’aura ou du champ d’énergie dégagé par le corps humain. 



a2

 

              Dans d’autres régions de l’Atlantide, on utilisait posés au sommet des pyramides, des cristaux géants qui accumulaient l’énergie et la concentraient dans un but précis. Par exemple, pour faire fonctionner les réseaux de transports terrestres, maritimes et aériens. La même source d’énergie fournissait la lumière aux bâtiments et assurait un confort minimal. Au sujet des pyramides surmontées de cristaux géants, la pyramide de Khéops a son sommet tronqué, y avait-il eu à cet endroit un cristal géant ? Le sommet tronqué de la pyramide a été construit ainsi volontairement, et dans un but précis ! d’ailleurs les anciens égyptiens sont les descendants des Atlantes, selon Edgar Cayce.

              « … en terre Atlante à l’époque du développement des forces électriques qui s’appliquaient au transport d’engins ou vaisseaux d’un lieu à un autre, à la photographie à distance, la lecture des inscriptions à distance même à travers les murs, à surmonter la force de gravité elle-même, la préparation du cristal, le cristal terriblement puissant ; beaucoup de ces choses provoquèrent des destructions. » (Lecture 519-1).

              « … en terre Atlante avant la deuxième destruction quand il y eut la division des îles, où les tentations avaient commencé dans les activités des Fils de Bélial et des Fils de la Loi de Un. L’entité parmi ceux qui interprétaient les messages reçus à travers les cristaux et les feux qui devaient être les feux éternels de la nature. » (Lecture 3004-1).  

 


a4

 

              A travers ces deux lectures, l’une réalisée en 1934 et l’autre en 1943, Cayce fait allusion à la fission et à la fusion nucléaire contrôlée, qui est du domaine du réel aujourd’hui. Néanmoins, la fusion atomique était directement contrôlée et dirigée par les cristaux géants des Atlantes. Pourrions-nous, exactement, faire de même ? Nous obtenons des résultats identiques aujourd’hui, mais avec d’autres moyens.

 

              D’autres passages des lectures font allusion à la « pierre de feu », un engin ou un appareil producteur d’énergie. Ce procédé permet que la chaleur dégagée de la fission ou de la fusion nucléaire se convertisse en énergie électrique. Les Atlantes avaient résolu le problème de la transmission par radio de cette énergie.

              « La concentration à travers les prismes se faisait de manière à agir sur les instruments reliés aux divers moyens de transports par des méthodes d’induction semblables à ce qu’on appelle aujourd’hui le contrôle à distance grâce aux vibrations ou directions radio ; mais le genre de force émanant de la pierre agissait sur les forces motrices des vaisseaux eux-mêmes. »

              « Le bâtiment était construit de manière que le dôme puisse être déplacé sur des rails pour qu’il n’y ait aucun obstacle à l’application directe de l’énergie aux divers vaisseaux propulsés dans l’espace, que ce soit dans le champ de vision, ou bien dirigés sous l’eau ou sous un autre élément, ou à travers d’autres éléments. »

              « La préparation de cette pierre incombait uniquement aux initiés de cette époque ; et l’entité était parmi ceux qui dirigeaient les influences des radiations qui s’élevaient, sous formes de rayons invisibles à l’œil mais agissant sur les pierres elles-mêmes desquelles dépendaient les forces motrices, que le vaisseau soit soulevé par les gaz de cette époque ; ou qu’il s’agisse de guider les véhicules de plaisance qui passaient très près de la terre, ou les navires dans l’eau, dessous ou dessus. »

              « Ceux-là étaient mus par la concentration des rayons de la pierre placée au centre de la station génératrice, ou usine électrique, ou d’énergie comme on dirait aujourd’hui. » (Lecture 440-5). Comment expliquer les propriétés et l’utilisation même du cristal ? Cette science est-elle à jamais perdue ?  

 

              On rapporte que les lentilles concaves et convexes des cristaux géants servaient à capter les rayons du soleil, et stockaient l’énergie ainsi transformée en un matériau liquide. C’est là l’allusion d’Edgar Cayce à la fameuse « pierre de feu » qu’il décrit dans ses « lectures psychiques ». La matière, ainsi recueillie, était du cristal liquide, utilisait ensuite comme carburant. Un carburant qui devait être très économique et écologique ! Si aujourd’hui, on a redécouvert les propriétés matérielles du cristal, d’autres propriétés plus « ésotériques » demeurent secrètes. Selon la Tradition, les magiciens et les sorciers utilisaient des baguettes magiques. Il s’agissait de bâtons d’énergie atlante surmontés d’un cristal de quartz dont l’utilisation, au fil du temps, s’est perdue. De ces baguettes magiques restent des copies ou des reproductions symboliques, en bois le plus souvent, que l’utilisateur ne sait plus véritablement utiliser.

              En Atlantide, les cristaux de quartz aidaient à transporter, transformer et à convertir l’énergie. Ce sont de véritables condensateurs électriques qui, en accumulant l’énergie, amassent une « charge » qui sera ensuite libérée. L’énergie de ces cristaux aidaient aussi bien à faire fonctionner les vaisseaux spatiaux, en contrôlant le transfert d’énergie entre matière et anti-matière, à alimenter les villes en électricité, à soigner des personnes malades en travaillant directement sur le corps astral, à transmettre des informations par télépathie. Grâce à la science du cristal, les Atlantes déplaçaient dans l’espace les blocs de pierre nécessaires à l’édification de leurs temples.

 

              De part sa structure cristalline, structure que nous retrouvons dans la plupart des minerais sur terre observés au microscope, le cristal est une forme de matière et d’énergie universelle. Par sa forme, il symbolise la glace et l’eau, et par l’énergie qu’il dégage, il représente le « Feu Cosmique » ou « Feu sacré », énergie universelle qui sillonne le Cosmos. Peut-être que la « lumière fossile », lumière émise peu après le Big Bang, est de structure cristalline ?

              Le cristal de quartz attire et absorbe l’énergie terrestre géomagnétique provenant du champ magnétique de la Terre, ainsi que l’énergie cosmique (radiations solaires et radiations galactiques cosmiques). Les Atlantes connaissaient parfaitement la structure du cristal, et étaient maîtres dans la pratique de la physique des particules subatomiques. 

 

              Cette science sacrée refait actuellement surface pour notre plus grand bien, mais aussi pour notre malheur si nous ni prenons garde. Avant de domestiquer la nature, l’homme devrait se domestiquer lui-même ! La fin tragique de l’Atlantide nous renvoie à notre civilisation, triste reflet de cette époque, et confirme la célèbre citation de Paul Valéry : « Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles. »

 

Les vies spirituelles sous l’Atlantide

 

              Nous allons aborder dans ce chapitre certains concepts forts troublants qui risquent d’intriguer, voire de heurter même certaines personnes, sur leurs conceptions d’un univers bien ordonné et familier. Les propos que j’avance n’engage que leurs auteurs. Les récits qui vont suivre impliquent une suffisante largesse d’esprit, un champ de conscience suffisamment ouvert pour éviter le rejet systématique de l’information, sans toutefois, tomber dans la crédulité la plus complète. Ces récits mériteront donc d’être étudier d’une façon plus approfondie par les chercheurs intéressés par les recherches aux frontières de la science et de la physique.

              Dans l’étude des vies antérieures remontant à l’époque de l’Atlantide, on décrit un gigantesque édifice de cristal ressemblant soit à une pyramide soit à un temple grec, et appelé Temple de la Connaissance. Les Atlantes y apprenaient à utiliser certaines énergies mentales et psychiques. Certaines combinaisons de lumières, de couleurs, de sons, de magnétismes et de pensée permettaient aux cristaux de réussir certains types de guérisons. D’autres types de cristaux permettaient d’opérer une sorte de chirurgie éthérique sur le corps énergétique des malades. Des sujets se sont vus en lévitation, soutenus par des faisceaux d’énergie, tandis que des êtres travaillaient sur leur corps subtil avec des cristaux.

              A titre d’exemple, nous relaterons le récit d’une régression en Atlantide, particulièrement riche en détails :

              « Je suis un homme, mince, avec de longs cheveux droits et lisses, gris clair, qui tombent jusqu'au milieu des épaules, et une barbe assez courte. J’ai le nez droit. Mon visage est brillant comme ceux des sages sur les images pieuses. Mes yeux sont très profonds, comme des lacs sombres. Ma peau est blanche, un peu cuivrée. Je porte un genre de robe qui descend jusqu’aux genoux, ceinturée à la taille. Ce vêtement est cousu dans une sorte de coton en cuir brun suspendu à mon épaule droite par une corde. A l’intérieur, il y a des pierres, des cristaux. J’en saisi une : c’est un cristal, un quartz blanc taillé comme un diamant. Lorsque je le regarde, je sens comme un doigt qui pousse sur le centre de mon front à l’emplacement du troisième œil.

 



Poseidon1                   Pyre(1)


 

              « Je suis dans une chambre, au cœur d’une pyramide, éclairée par la lumière qui semble émaner de certains cristaux. Le sol est comme du sable, souple, un peu mouvant. A la réflexion ce n’est pas une chambre, c’est plutôt une espèce de grotte, une crypte. Les murs sont concaves et couverts d’aspérités. Je suis seul ici. Il n’y a aucune lumière en provenance de dehors. Seuls les cristaux jettent une lumière pulsante. Surtout un grand cristal posé dans un coin qui émet une lumière verdâtre, mouvante comme de la fumée de cigarette, très apaisante, merveilleuse. Je suis assis en tailleur à même le sol. Je suis en train de charger un cristal que je tiens entre les mains. La lumière qui provient du grand minéral traverse mon corps et opère une sorte de mutation alchimique au plus profond de moi. Je sens de nombreux courants d’énergie circuler autour de mon corps. Ce bain vibratoire émane du grand cristal lumineux. Il semble que je prenne les énergies de ce cristal pour charger celui, plus petit, que je tiens entre mes mains. Curieusement, ce n’est pas seulement une  pierre que je tiens ainsi, c’est quelque chose de vivant. Je ressens de l’amour pour ce minéral comme s’il s’agissait d’un animal ou d’un végétal. En même temps, je sens l’amour qui se dégage du cristal comme je pourrais sentir l’amour émaner d’un animal domestique. Ce sentiment prend une intensité physique particulière au centre de ma poitrine. Il s’établit un lien extrêmement puissant et profond entre ce cristal et moi. Peu à peu, le petit minéral mort prend vie entre mes mains. Oui… il commence à vivre ! ».  

 

              Dans sa régression hypnotique, le sujet se déplace dans une autre portion de temps, jusqu’à un autre événement :

              « Je vois un temple blanc. Une volée de marches mène à la grande porte. Je monte et entre. A l’intérieur une vingtaine de personnes allongées par terre. Ils ont entre 15 et 20 ans. Je suis là pour leur transmettre un enseignement à l’aide du pouvoir du cristal. C’est très difficile à décrire car il n’y a pas de mots pour rendre compte de ce processus. Je vais tout de même essayer : je suis assis en tailleur, la colonne vertébrale très droite. Le cristal est posé à même le sol, à une trentaine de centimètres de moi. Il extrait la connaissance de diverses parties de moi-même, principalement de ma conscience supérieure, et la transmet directement à la conscience supérieure des élèves allongés devant moi. Ces étudiants sont silencieux, comme s’ils étaient plongés dans un état altéré de conscience. Ils sont très beaux. Je sens leurs énergies vitales. Ils sont en équilibre avec eux-mêmes. Nous ne sommes pas dans le monde astral mais bien dans le monde physique. Nous sommes en Atlantide. L’atmosphère qui règne ici est… merveilleuse, je ne trouve pas d’autre mot. Il semble que nous ne soyons qu’une seule âme, un seul être, une seule « chose ». Nous provenons tous de la même source. L’enseignement circule de moi vers eux sous forme d’idéogrammes, de concepts. Une fois encore ce n’est pas facile à expliquer, mais je vais vous donner un exemple : lorsqu’on respire le parfum d’une rose, les yeux fermés, on ne voit pas la fleur mais on sent sa présence, son existence. C’est un peu comme si je ne leur transmettais que la « senteur » de l’enseignement. Et à partir de ce parfum, ils savent retrouver tout l’enseignement. Ils apprennent à se mettre en contact avec leur conscience supérieure, ainsi qu’avec d’autres plans de conscience, à travers une vibration d’amour inconditionnelle. Ils sont la source comme je le suis moi-même, la source dont tout provient.

 


Spirit guide1                  Mist angel1


 

              « Maintenant, l’enseignement est terminé. Les étudiants se rassoient. Ils ressentent toutes les vibrations qui les entourent et ils semblent profondément heureux. Je m’approche d’eux, et je leur parle, mais je n’utilise pas la parole. C’est un mode de communication trop lourd et trop limité, qui recouvre un champ de compréhension trop restreint. Je leur parle dans une sorte de communication d’esprit à esprit, comme un transfert de vibration. Comme si les vibrations d’un mot étaient imprimées directement dans leur conscience.

              « Nous habitons des maisons de forme pyramidale. Je me trouve chez moi. Dans un coin de la pièce, un cristal est posé qui émet des formes mouvantes, des rayons de lumière pulsée dans des couleurs superbes que je ne connais pas. Je possède beaucoup d’autres cristaux, certains pour la méditation, d’autres pour la guérison. Celui que j’utilise en ce moment me permet de quitter l’enveloppe humide de mon corps. Je suis allongé par terre, le cristal est posé juste derrière ma tête, sur une espèce de plate-forme. Je dois observer une technique de respiration particulière (le sujet, sur le divan, commence à respirer profondément). Lorsque j’inspire, j’emmagasine une énergie vitale qui se trouve dans l’atmosphère et je la concentre dans le bas de ma colonne vertébrale, là où se situe le pouvoir du Serpent. Puis je la fais monter le long de ma colonne vertébrale, en même temps que je commence à recevoir le pouvoir du cristal qui s’est mis à irradier. Je viens juste de quitter mon corps physique, je m’envole vers le soleil. Je n’ai plus de corps, pas même de corps subtil. C’est mon essence spirituelle qui s’envole.

              « Nous semblons avoir besoin de sortir de temps en temps de notre corps, de manière à ré-énergiser certaines autres parties de notre être. Ce soleil paraît irradier des énergies particulières dont nous avons besoin, mais qui n’agissent pas sur notre corps physique, seulement sur notre « essence ». C’est comme un processus de nettoyage, de purification. Encore une fois, c’est très difficile à exprimer avec des mots. Je viens de réaliser que mon corps est composé de plusieurs parties : corps physiques, enveloppes subtiles, corps non manifestés, essence spirituelle, âme. Il y a bien sûr des expériences que nous ne pouvons pas vivre, dans la dimension manifestée, sans corps physique, et cette forme d’expérience est indispensable bien qu’il en existe d’autres, plus importantes. Si nous ne prenons pas suffisamment soin de cette enveloppe charnelle, elle risque de nous retenir dans la dimension manifestée au-delà du temps qui nous est nécessaire. Pour parvenir à quitter le corps physique au moment voulu, il faut l’entretenir, et le cristal sert aussi à ça. Nous devons en particulier faire bien attention à ce que les différentes parties de notre être interagissent entre elles de façon harmonieuse, faute de quoi nous perdrions la communion avec nous-mêmes. Et justement, à l’époque où je vis, en Atlantide, certains êtres semblent avoir perdu la faculté de quitter leur corps. C’est comme une forme de maladie, une épidémie qui commence à se répandre et qui nous trouble beaucoup. C’est le signe d’un recul dans notre évolution par la perte d’une faculté naturelle. Ces êtres développent des sentiments étranges que nous ne connaissions pas, comme l’envie ou la jalousie. C’est comme si une partie d’eux-mêmes était plongé dans l’ombre. Nous ne comprenons pas ce qui se passe. C’est peut-être une transformation que nous n’avions pas prévue.

 



offering1              Transformation


              « Nous vivons une centaine d’années terrestres, peut-être un peu plus, mais le temps n’a pas de réelle importance pour nous. Nous savons qu’avant et après cette vie il y a « autre chose ». Personnellement, je sais quand je quitterai mon corps physique, et lorsque cette heure sera venue, je n’aurai qu’à me défaire de mon enveloppe terrestre, tout simplement, comme on laisse une écorce, et la vie continuera ailleurs. »

              Je ne pense pas qu’un commentaire soit réellement nécessaire. A la lecture de cette expérience, on pourra réfléchir, non seulement, à notre condition terrestre actuelle mais aussi à l’enseignement spirituel que peut nous apporter les secrets des anciennes civilisations disparues. Ce qui distingue la vie de l’homme moderne de l’homme atlante, c’est que l’homme d’aujourd’hui a perdu les vraies valeurs de la vie, la raison de celle-ci, son caractère sacrée, son devenir ; tandis que l’homme atlante avait choisi consciemment de vivre dans le monde de la matière, pour une mission spirituelle bien précise. Et la mort est vécue d’une manière consciente par les hommes de l’Atlantide, comme en atteste ce récit d’une jeune femme, revivant une autre vie sur ce continent perdu :

              « J’ai terminé mon cycle, il faut que je retourne d’où je viens, dans ma véritable demeure. » Elle se revit alors, revêtant une robe blanche, et marchant en direction d’une très belle plage. Là, elle s’assit dans le sable en regardant le soleil couchant, et en repensant à tout ce qu’elle avait accompli au cours de sa vie. Puis son âme partit doucement, quitta l’enveloppe de chair, et monta, bascula vers un autre plan de fréquence. Ce récit est l’une des plus belles descriptions de mort que je puisse connaître. Cela est très beau. Cela devrait nous amener à admettre au moins une chose, c’est que nous sommes TOUS IMMORTELS !

 

Contact galactique avec les Atlantes

 

              L’Atlantide, son existence remonterait à plus de 500.000 ans avant notre ère. Son histoire s’étend sur une période de quelque 200.000 années légères, selon Edgar Cayce. Il employait le terme année légère car la durée de révolution de la Terre autour du soleil n’était probablement pas la même qu’aujourd’hui.

              L’on situe sa disparition totale, il y a environ 12.000 ans. Ce que nous savons sur les Atlantes c’est qu’ils étaient un peuple très civilisé, la durée de leur histoire, leur avancement technologique était supérieur au nôtre. Les Atlantes maîtrisaient l’antigravitation qu’ils utilisaient pour faciliter le transport de matériaux très lourds comme les pierres ayant servi à la construction des pyramides du plateau de Guizèh. Ils avaient construit pour leurs déplacements des engins qui cumulaient les fonctions de machines volantes, de bateaux et de sous-marins. Les Atlantes utilisaient aussi les cristaux de quartz, capteurs d’énergie qui fournissaient de l’électricité à leur civilisation, mais qu’ils manipulèrent abusivement, entraînant la catastrophe planétaire au cours de laquelle l’Atlantide sombra dans les eaux de l’Océan Atlantique, et dans l’oubli… mais survécu grâce au « mythe ».



dune-space

 

 

 

              Mais qui étaient réellement les Atlantes ? D’où venaient-ils ? Pour quelles raisons étaient-ils présents à cette époque ? Dans son livre, Raymond Bernard nous relate des révélations qu’il reçut d’un Maître inconnu selon lesquelles « les premiers Chefs de l’Atlantide étaient des êtres venus d’une autre galaxie pour apporter la sagesse et la connaissance à la Terre et qu’ils avaient choisi le peuple le moins rudimentaire de cette époque : le peuple atlante. »

              Ainsi, nous voici confronté avec l’histoire des « Dieux » qui venaient sur Terre pour enseigner les hommes. Une fois de plus, les légendes semblaient avoir raisons. Les thèses d’Erich Von Danïken seraient-elles donc fondées ? Y avait-il eu des contacts avec des Extraterrestres dès les débuts de la Préhistoire ? Peut-être même bien avant…

 



dune 124569                guild navigator77


 

 

              Le récit d’une régression hypnotique dans les vies passées, dans l’ancienne Egypte, nous apportera des éléments intéressants pour la réflexion. Cette personne est actuellement, dans sa vie présente, une jeune femme :

              « Je suis une femme blonde. Je m’appelle Antinéa et je vis en Egypte, environ 5000 ans avant notre ère. Je me trouve dans une salle ornée de colonnes, assise dans une sorte de fauteuil. Un faisceau sort du centre de mon front. C’est une lumière visible, blanche. Elle émane de moi sans que je fasse le moindre effort, et se dirige vers le sol, sur un homme agenouillé. Le faisceau heurte le sommet de sa tête baissée. Cela me donne un sentiment de puissance, en même temps qu’une gêne physique à l’endroit précis où le rayon s’échappe de mon front.

              « Je me trouve dans une sorte de monastère. J’entre à présent dans une pièce où l’on va me transmettre une initiation. Il y a là des êtres, ni hommes, ni femmes, androgynes peut être. Je me concentre sur l’un d’eux. Il n’a pas de cheveux, ni de barbe. Il n’est pas beau, mais pas effrayant non plus. Il est vêtu d’une sorte de grande robe. Il a trois doigts à chaque main, et sa peau… sa peau est… bleue ! Je suis debout, face à une pyramide de cristal à peu près aussi grande que moi. Il y a sept êtres bleus à mes côtés, autour de cet édifice dont le sommet émet un rayon lumineux qui se dirige vers mon front. A l’instant où le faisceau heurte ma tête, j’ai la sensation qu’il va la faire éclater. Puis cette impression désagréable fait place à un sentiment d’invincibilité. Ces êtres n’appartiennent pas à cette Terre. Ils viennent d’ailleurs. J’éprouve pour eux un infini respect. »  



Dune-v2                Dune-v3


 

              Ces êtres qui étaient en Egypte il y a près de 5000 ans avant notre ère, étaient-ils des Atlantes ou leurs conseillers et instructeurs ? Ces Atlantes étaient-ils issus de peuples galactiques venus sur la Terre pour apporter aux hommes sciences, connaissances et promesse d’immortalité ? Tant de questions fascinantes qu’il est difficile de répondre aujourd’hui.  




18842999 w434 h q80                Dune original


 

              Au sujet de l’origine extraterrestre des Atlantes, du moins des premiers chefs de l’Atlantide, je citerai une vision de Paco Rabanne (1), le célèbre couturier mais aussi médium de talent. « (…) Nous venons de la planète Altaïr, leur dis-je (à des amis). Je me souvenais de cette planète qui est au centre de la galaxie, une planète de cristal d’une beauté extraordinaire. Oui, (…), les sept sages de Sirius nous avaient demandé de venir sur Terre pour vérifier les progrès réalisés par l’homme depuis sa création il y a plusieurs millions d’années par les Elohims, les Grands Anciens. Nous sommes arrivés sur la planète Terre pour fonder l’Atlantide. C’est ainsi que je pus dater mon souvenir le plus ancien à environ 75.000 ans avant Jésus-Christ, date à laquelle la Gnose, la science religieuse des Adeptes, situe la création de l’Atlantide. »

              Autre exemple, dans le tome 3 de « La Doctrine Secrète » écrit en 1888 par Hélèna P. Blavatsky, l’auteur relate comment des visiteurs étrangers à notre système solaire ont fondé les continents perdus de l’Atlantide et de Mû.

 

 

dune-photo1              dune-photo2

 

   

  

Visions de la Lémurie et de l’Atlantide

 

              « Nous nous trouvons dans l’une des civilisations principales de la lointaine Lémurie. La race noire était alors dominante et sa culture était un exemple pour le reste de la planète… Le couple s’arrête enfin devant un lieu qui pourrait être un village. Je n’ai encore rien vu de tel : les maisons ressemblent à des fourmilières géantes. Elles sont là telles de grands rochers rouges en forme de cônes. On les croirait naturelles tellement tout est savamment intégré dans le lieu géographique. Seules quelques ouvertures artistiquement pratiquées laissent penser que des vies humaines y habitent. L’homme se glisse rapidement et souplement par l’une des ouvertures du bâtiment le plus grand. Mon regard à travers le sien s’accoutume à la lumière ambiante. Une salle aux multiples couloirs… sans attendre nous prenons l’un d’eux qui nous mène à une grande pièce où nombre de personnes de cette même race sont occupées à diverses tâches. Un groupe chante et joue d’instruments qui me paraissent complexes, d’autres dessinent sur les parois et sur le sol de la pièce, certains réalisent de très artistiques tissages et je comprends qu’il s’agit d’un endroit consacré essentiellement aux arts. Des fontaines agrémentent le lieu et j’ai même l’impression lorsque je regarde plus attentivement les peintures sur le mur, de les voir bouger et s’animer d’une vie autonome.

 



dune223659

 

              « C’est tout à fait juste, la voix est là, rassurante et paisible. Cette civilisation a eu pour fonction de développer d’une façon remarquable tout ce qui concerne les sens. L’atmosphère humide et brumeuse de cette époque a largement contribué au fait que ces êtres ont d’abord développé leurs sens intérieurs. Leur intuition est tout à fait étonnante, ils savent d’instinct comment appliquer les grandes lois naturelles et ils s’en servent à travers l’art sous quelque forme que ce soit. Regarde attentivement le plafond de cette salle. Vois-tu l’extraordinaire voûte céleste étoilée qui y est peinte. »

              Je regarde en effet ce que je croyais tout d’abord être une ouverture sur un ciel bien réel.

              « Leur connaissance des étoiles et des astres est immense et leur contact avec nous est fréquent. »

              « Tu parles au présent de ce passé. Est-ce voulu ? »

              « Tout à fait et tu en comprendras peu à peu la raison. Cette sensibilité, entraîne chez eux une grande sensualité et de gros besoins sexuels. Par contre au niveau du corps physique ils ressentent peu, ce qui les rend plus insensibles à la douleur et plus résistant à l’effort.

              Les fresques que tu as pu remarquer tout à l’heure peuvent te faire vivre leur histoire ou celle que l’artiste a voulu y mettre, ces peintures vivantes sont l’un de leur savoir. Il te suffit de te placer face à ces peintures en état de vacuité pour qu’elles puissent t’envelopper et te raconter des épisodes de leur vie.

 

              Je n’ai guère le temps d’approfondir ces paroles car la compagne de l’homme à travers lequel je regarde, l’entraîne vers une autre pièce et le pousse en riant sur une vaste couche que je sens très confortable. Il se laisse tomber bien volontiers sous la pression musclée de la jeune femme qui d’une main prend prestement au pied du lit un bol en tout point semblable à celui qu’elle lui avait proposé lors de son arrivée. Cette fois ils se partagent le breuvage avant de s’allonger côte à côte. La voix rassurante ne me parvient plus que de très loin…

              « Ne crains rien, ce breuvage, tiré d’une plante aux propriétés hypnotiques, va leur permettre de faire une expérience à travers une âme animale. Ils ouvrent ainsi des portes à une sensibilité qu’ils savent diriger sans excès sur les conseils de leurs grands instructeurs.

 

.../...       



111 dune dune original                     dune112589







 

 


 


 



(1) « Trajectoire d’une vie à l’autre », Edition n° 1, 1991.

                

Partager cet article

Repost 0
Orphée - dans Civilisations disparues