Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 18:40

Messages des Pléiades

 

            « La métaphysique, la morale, la religion, la science sont considérées comme des formes diverses de mensonges : il faut leur aide pour croire à la vie. » Friedrich Nietzsche.

 

            « La vérité ne tolère pas d’autres dieux : la foi en la vérité commence avec le doute au sujet de toutes les « vérités » en quoi l’on a cru jusqu’à présent. » Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche.



 
 

La Porte de Jade

 

 

 

            « Il existe un ordre dans cet univers, dans lequel les civilisations avancées enseignent à celles qui le sont moins ; l’évolution spirituelle doit aller de pair avec le progrès technologique… Nous ne sommes ni des missionnaires, ni des instructeurs, mais nous essayons de maintenir l’ordre dans toutes les régions de l’Espace… »

 

            « Il existe une multitude de cultures et de sociétés à travers l’immensité de l’espace et ces sociétés et cultures ont eu des contacts intermittents avec cette planète depuis le tout début. Il n’y a pas que nous, les Pléïadiens qui sommes venus pour vous aider ; nous ne sommes qu’un seul groupe provenant d’un seul système d’étoiles. Il y en a beaucoup qui ont voyagé jusqu’ici et pour maintes raisons différentes. La majorité des extra-terrestres sont là pour votre avancement spirituel, bien qu’il y en ait également d’autres qui soit ici pour d’autres motifs… L’utilisation des techniques subliminales visant à malmener la conscience humaine est devenue un programme mondial… les effets de la télévision sont tellement envahissants que vous ne pouvez arriver à contrebalancer ce que la technologie est en train de faire à votre fréquence vibratoire. »

 

            « L’homme cessa de parler et ferma les vitres de l’auto, tandis que je me demandais pourquoi. En effet, le temps était très chaud. « Juste pendant une minute » s’excusa-t-il. Je notais que son ton devenait plus confidentiel. « Howard, pour autant que je le sache, on vous a épargné de savoir ce que j’ai à vous dire, mais il est maintenant nécessaire que vous le sachiez. Vous devenez connu et cela pourrait vous arriver. »

            « Je l’écoutais tendu et soucieux. C’était la première fois qu’on me parlait ainsi. L’homme paraissait parler d’un danger qui me menaçait.

            « Tous ceux qui travaillent avec nous peuvent être approchés par des faux hommes de l’Espace. Ceux-ci peuvent même vous amener des authentiques spécimens de nourriture conditionnée.

            « Qui sont-ils ? Je pensais que je pouvais avoir confiance en vous tous.

            « Ce ne sont pas NOUS, Howard. Ce sont des êtres humains différents. Je parlerai d’eux simplement en disant : la conspiration.

            « Je fus encore plus choqué quand il me parla d’un homme qui connaissait l’activité des êtres humains de l’espace et nous montrerait des spécimens extraterrestres. Il pourrait même nous promettre un voyage jusque sur la Lune mais nous décevrait dans le but de diffamer nos frères de l’espace. Ils me le décrivirent complètement…

            « … Bien des gens naïfs seront des aides inconscients de leurs conspirations.

            « J’écoutais incrédule. Si cela était vrai, comment pourrions-nous déterminer qui était notre ami et qui était notre ennemi ?…

            « … Mon interlocuteur me regarda tristement.

            « Mon ami, cette Terre est un champ de bataille où luttent l’esprit et l’âme de chaque être humain. La prière, les bonnes pensées et des précautions sont votre meilleure protection… »

            « … Ensuite la jeune femme parla :

            « Vous ne savez pas, Howard, qu’il y a sur cette planète un très puissant groupe de gens extrêmement savants en technologie, en psychologie et ce qui est le pire de tout en télé-influence. Ils dirigent des gens qui occupent des postes importants dans les gouvernements. Ce groupe est anti-dieu et on pourrait dire qu’il est l’instrument de votre mythique démon… Ils manient non seulement les gens de cette planète mais aussi bien des gens de mars et aussi… » elle regarda son compagnon ; il hocha la tête en signe d’assentiment… « aussi d’autres gens de votre planète, des gens dont vous n’avez jamais entendu parler. Des gens qui jusqu’à maintenant n’ont été ni observés, ni découverts. Une sorte de peuple souterrain.

            « Ce groupe a infiltré des organisations religieuses pour duper vos populations avec une conception fausse de la vérité qui avait déjà circonvenu votre planète il y a des milliers d’années. Ils se servent de la crédulité et de la foi d’une masse de gens pour atteindre leurs propres fins. »

 

            A l’heure actuelle, nous pouvons dire que tout ce qui vient des étoiles n’est pas forcément lumineux et les deux exemples cités nous permettent de mieux en comprendre le sens. La planète Terre est en un enjeu vers lequel se dirigent de multiples forces. Toutes sont loin d’être claires mais toutes nous feront peu à peu découvrir nos capacités propres à sonder notre propre cœur pour y découvrir les véritables valeurs avec lesquelles nous voulons cheminer.

            Nous avons découvert que la Terre était sous « protectorat vénusien » depuis 18 millions d’années. Un peu comme de grands frères, les êtres de cette planète sont venus pour nous aider, nous apprendre à marcher et à vivre debout. Actuellement, ils remettent peu à peu la Terre dans les mains de ceux qui ont fait un certain chemin mais leurs cartes ne sont pas les mêmes que celles de ceux qui souhaitent faire de cette planète un terrain d’expérimentation à des fins personnelles. Les inductions psychiques dont il est question plus haut sont contraires à leur éthique.

 

 

Le Principe de Rome

 

              « Ne sais-tu pas que dans chacune de tes actions, l’histoire entière du devenir se répète en abrégé ? ». La Volonté de puissance, Friedrich Nietzsche.

 

              « Le royaume des cieux est un état du cœur. » Friedrich Nietzsche.

 

              « - Pourquoi opposer le jour et la nuit ? Qu’est-ce qui est jour et qu’est-ce qui est nuit ? dis-moi ! Sans l’un, l’autre ne signifie rien. La réponse est dans la chrysalide… Si, sans cesse, vous vous maintenez sur le fil de la métamorphose, la question n’a plus même de sens… En vous s’épousent le terrestre et l’aérien. L’être appelle l’agir et réciproquement. Le méditant qui ne génère pas la Révolution est semblable à une terre stérile. De même l’action juste devient-elle louange et prière. Ainsi, tout instant de vie réclame l’union des apparents contraires…

              - L’action juste…

              - … n’est pas l’agitation ! Ce monde est le théâtre d’une intense agitation, tandis que si peu agissent… c’est-à-dire, placent la prière au bout de leurs doigts et la Révolution dans leur pensée.

              - Encore ce terme de révolution !

              - Encore et toujours et cela sans limites ! J’ai parlé de chrysalide… Une chrysalide ne vit pas ainsi qu’on peut le penser dans le clair-obscur, mais dans cette sorte d’éclair hors du temps et de l’espace qui illumine tout sans générer d’ombre. L’être-chrysalide demeure en constante révolution. L’esprit chevillé au corps et vice versa, il est en perpétuel éveil, ouvert à tous les possibles. Non pas dans l’indécision et le doute mais au contraire dans la certitude d’un recul incessant et inévitable de toutes les frontières. Le Principe de Rome est cousin du Principe zélote. L’un et l’autre sont éternellement alliés puisque l’un se nourrit de l’autre et réciproquement. Le tyran, la victime et le révolté sont de la même façon étrangement complices. Ils vivent en chacun de nous à tour de rôle, s’offrant mutuellement des arguments et des excuses, tous en quête de pouvoir, tous en proie à leurs peurs ancestrales.




Jesus3                       Vatican1


 

              - Parle-moi du Principe de Rome…

              - Le Principe de Rome est intemporel. Je pourrais l’appeler de tout autre nom, du nom par exemple de chacun des dictateurs que cette Terre a portés et porte encore aujourd’hui. Je pourrais l’appeler même du nom du tyran qui s’agite subtilement en tout être humain et qui est à la racine de la souffrance. Dans l’histoire de votre humanité, ce Principe s’est toujours exprimé à son point culminant de façon périodique… et voici qu’à nouveau vous le portez à son paroxysme… mais avec une démesure qui s’annonce à la hauteur de l’enjeu.

              « Il y a environ un siècle et demi que ce processus s’est engagé de façon radicale. C’est un mécanisme qui se base sur les moyens d’action de la pieuvre : une tête et de multiples bras capables de s’engager dans toutes les directions. Il s’agit, en fait, d’une Organisation tentaculaire prétendant régir tous les domaines de la vie, de l’intime au collectif. C’est une Organisation qui fait de vos incohérences son terrain d’action. Elle vous a progressivement invités à entrer dans un jeu dont vous ignorez l’ampleur, les règles et le but. C’est elle qui décide des guerres et des trêves, c’est elle qui vend les armes mais aussi ce qu’il faut pour panser les plaies. C’est elle qui fait nommer les chefs d’états, nombre de responsables religieux et vous dit ce qu’il convient de croire ou de rejeter. C’est elle aussi qui, déjà, décide de votre santé physique et psychique tout en vous laissant l’illusion de gérer votre vie. C’est elle qui chaque jour vous distrait de mille façons afin de vous donner la sensation de pouvoir saisir le bonheur. C’est elle, enfin, qui vous éloigne de vous-mêmes par l’omniprésence de ses bras faussement protecteurs. En vous aidant à cultiver le « moi-je », elle fait de vous un numéro parmi d’autres, un anonyme de plus sur l’interminable liste des manipulés. »

              « Voici ce que je vous dis : Vous pensez être libres ? Mais libres de quoi ? De voyager de la marge d’une page au bord opposé de cette même page ! Avez-vous seulement décidé, d’ailleurs, de la page en question ? Avez-vous pris conscience que vous pouviez sortir de son cadre dès l’instant où vous concevez clairement qu’il n’est qu’un cadre ?

              « Ce faisant, ce n’est pas seulement l’Organisation mondiale du Pouvoir et de l’Assujettissement que je pointe du doigt mais la légion de ses collaborateurs, l’armée des faibles et des indécis dont vous faites tous partie à votre niveau. Je connais vos arguments : Pourquoi évoquer tout cela ? Pourquoi prendre le risque de faire naître une peur de plus, voire d’engendrer une paranoïa ? Pour la même raison que celle qui incite l’enfant à apprendre à marcher au risque de s’écorcher le genou. Parce que le champ de la Vie demande à ce que vous bougiez. Parce que la marche est d’abord un mouvement. Parce qu’on accomplit celui-ci à l’intérieur de soi et qu’il est la conséquence d’une barrière mentale que l’on fait progressivement tomber.

              « Priveriez-vous un aveugle de la vue sous prétexte qu’il pourrait découvrir des choses laides sur son chemin ?

              « Certes, il ne fait pas bon de s’apercevoir que l’on préférerait peut-être continuer d’être soi-même aveugle dans un monde d’aveugles… Alors on se cabre et on préfère relire la même page, la même tranche de vie prédécoupée.

 



FT RobertPowell                          213091 rt

  

 

 

 

              « L’ennui est que tout aveugle sait au fond de lui-même ce qu’est la lumière, ce que celle-ci signifie. Contre cela, la pieuvre du Pouvoir mondial ne peut rien.

              « Le Principe de Rome que vous avez laissé s’incarner ne peut concevoir chez ses sujets ni le passage à l’acte ni le passage à l’être. Il ne tolère le droit d’exister qu’à ceux qui se coulent dans le moule du bon citoyen. Son trône est fait de dogmes. La Rome historique, voyez-vous, a toujours été la farouche adversaire du Principe Christique, c’est-à-dire, en d’autres termes, de la résurgence de « Ce qui vient » en chacun. Après avoir tenté d’étouffer « sur le terrain » la Force qui animait le Maître Jésus et ses Frères esséniens, elle a fait mine d’accepter cette dernière afin de l’englober, de la vicier et finalement de l’étouffer de l’intérieur… jusqu’à ce que l’humanité ne bénéficie plus aujourd’hui que d’une image déformée et appauvrie de l’enseignement christique.

              « Ce faisant, cette même Rome historique qui s’est faite aujourd’hui religieuse se révèle devenir une alliée de choix du Gouvernement de domination mondiale dont je vous évoquais précédemment l’action souterraine. Elle est devenue une pieuvre à l’intérieur de la pieuvre, purement politique au sens manipulateur du terme. Il est nécessaire qu’elle aille jusqu’au bout du chemin qu’elle a emprunté tout comme il est nécessaire que chaque homme et chaque femme expérimente l’impasse personnelle de son orgueil, de ses chapelets de mensonges et de ses pulsions de pouvoir.

 

 

 

 
pope1                       Pape Benoit XVI


 

              « Cette Rome historique et désormais vaticane, mes amis, n’est qu’un aspect de la force de l’ « anti-Shambhala » dont tout être en ce monde se fait le fidèle représentant à chaque fois qu’il laisse s’exprimer de façon débridée ce que l’on appelle l’ego. Ainsi, je le répète, la Rome vaticane ne fait que se conformer à la Rome intérieure de chacun. Elle imite purement et simplement le modèle de fonctionnement de l’ensemble de l’humanité terrestre. Le Principe de Rome est depuis toujours un principe d’agitation ; agitation matérielle et émotionnelle par le besoin de satisfaction de toutes les ambitions et agitation mentale enfin, par le détournement de la conscience de son propre centre donc de son but. Il y a deux mille ans et plus, la Rome historique promettait à son peuple « du pain et des jeux ». La Rome intérieure, depuis le commencement des temps et jusqu’à nos jours n’a pas non plus d’autre slogan. La bannière de l’ego exacerbé demeure invariable. C’est une bannière totalitaire, contre-révolutionnaire qui pratique l’étouffement de conscience.

              - Pourquoi dis-tu « ego exacerbé » ? Voudrais-tu sous-entendre qu’il existe un « ego tolérable » ?

              - Mais interroge-toi donc… ! Quelle est cette mode qui fait de l’ego systématiquement et sans discernement l’ennemi à abattre ? Tout d’abord sache que la Vie n’a pas d’ennemi. Elle est présente au cœur même de ce que vous appelez la mort et de ce que vous nommez erreur et obstacle. La Vie se déguise constamment pour tirer de vous le meilleur parti. Elle revêt mille masques pour extraire de votre cœur sa quintessence… la cinquième essence qui fleurit au centre des quatre branches de la croix. La Vie a besoin de l’ego.

              « Celui-ci est son outil privilégié, le médiateur incontournable et merveilleux entre la matière engourdie, en quête de son devenir et la Supra-conscience de « Ce qui est ». S’acharner inconsidérément sur l’ego revient à confesser l’ignorance de sa fonction.

              « Si vous ne pouviez dire « moi », ou « je », vous ne pourriez entamer de chemin volontaire et authentique vers votre Demeure ; vous ne pourriez en aucune façon entrevoir la Révolution fondamentale. Vous continueriez de subir et de bégayer la même existence basée sur les mêmes principes qui encrassent la conscience jusqu’à l’engluer. Cependant, lorsque je parle d’ « ego exacerbé », je parle de cette énergie plombante qui vous fait prononcer le « moi » et le « je » simultanément et qui donc vous détourne de l’Amour, à la fois chemin et but du chemin. L’outil de libération, le véhicule de l’avance devient alors instrument d’asservissement et moyen de stagnation.

              « Toute chose, voyez-vous, possède son contraire en son propre sein. Seul l’esprit que vous décidez d’y insuffler lui donne sa dimension ascensionnelle… Ainsi, votre personnalité incarnée est-elle toujours une manifestation de « Ce qui vient » en vous. Voyez-la comme un cadeau divin. Le plus adapté possible à vos besoins… non pas, certes, à vos envies. Ce que vous en faites… est autre chose. C’est une affaire entre vous et vous… Affaire de détermination et d’Amour, ou de paresse et d’égoïsme. Toute latitude vous est laissée d’entreprendre la Révolution ou pas.

              « L’heure sonne donc de vous poser la question : Etes-vous réellement résolus à prendre en charge vous-mêmes, votre croissance ? Avez-vous assez souffert, êtes-vous suffisamment amoureux de la Lumière pour prendre fermement entre vos mains votre ascension et par la même participer à celle de votre monde ? Etes-vous enfin conscients de la nécessité à porter sans attendre le bonnet phrygien ?[1]

 

 



Jésus-Powell1                Jesus-Powell

 

 

             « Vous dites « oui », bien sûr ! Mais qu’est-ce qui prononce ce « oui » en vous ? Le mental ou le cœur ? La bonne conscience ou la Conscience réelle… d’une certaine urgence ? Vous ne pourrez plus tricher longtemps avec votre lucidité car les années qui s’en viennent, après avoir donné la sensation de nouer de terribles nœuds, vont vous contraindre à couper les liens en question et finalement à tout simplifier pour retrouver l’essentiel.

              « Etre ou agir, Pourquoi vous poser de telles questions ? La main droite ne se demande pas si la gauche a sa raison d’exister ! Un certain « intellectualisme de l’esprit » mine la plupart des milieux où l’on se targue d’œuvrer pour la Cause lumineuse. L’ego exacerbé y est, dès lors, cultivé comme partout ailleurs… et se charge d’une responsabilité supplémentaire puisqu’il ne peut invoquer l’ignorance.

              « C’est également ainsi que se mettent en place sur l’échiquier les pièces du Gouvernement mondial. La Force Christique qui demeure par nature l’essence de la seule véritable Révolution ne se contacte pas à coups d’arguments philosophiques. Elle requiert la matière comme alliée majeure, c’est-à-dire l’implication de tout être dans l’action. « Le cœur au bout des mains » pourraient être sa devise. Une devise qui suggère instamment de passer de l’état critique à l’état christique.

              « Je sais… lorsque l’on manie une telle expression, on fait peur ou on fait sourire. Etat christique… Cela signifie-t-il en clair que nous ayons tous la possibilité d’atteindre un tel niveau ? Eh bien oui, je vous l’affirme. Encore faut-il comprendre le sens d’une telle affirmation afin que celle-ci ne participe pas à l’enflure de l’ego. L’état christique n’est en aucune façon un état figé par la grâce duquel tout être qui y accéderait serait susceptible d’assimiler son rôle à celui du Maître Jésus, le Christ historique. C’est un état de conscience si affiné, si ouvert, et en expansion permanente telle que plus rien n’est autre que compréhension, sagesse et compassion. L’état christique signifie un état de transmutation constamment communiqué à tous les niveaux de la vie et qui voyage de soi à l’univers, de la cellule à la globalité de l’être. Révéler en son propre cœur la conscience christique ne veut aucunement dire « être le Christ », retenez bien cela ! Cela veut dire tout simplement laisser toute la place en soi au champ de conscience indescriptible qu’Il incarne et rayonne. Cela signifie aussi participer de Sa nature et faire corps avec Elle, volontairement, dans Sa mission ascensionnelle.

              « Sachez maintenant que chacun peut réaliser en lui tout ce que ces concepts suggèrent. La barre n’est trop haute pour personne. C’est une certitude aussi évidente que le lever du soleil chaque matin ! La révolution intérieure et fondamentale que cela implique ne fait pas la distinction entre l’être et l’agir. Elle est analogue à un arbre tout entier en ce sens qu’elle ne privilégie pas les racines au détriment des branches et vice versa. La compréhension de ce mécanisme paraît d’une simplicité enfantine mais bien rares sont ceux qui l’intègrent.

              « Ce qui se passe sur le plan mondial aujourd’hui a ceci d’étrange que l’arbre se résume à un tronc, c’est-à-dire à une manifestation de surface. Ses deux extrémités, terrestre et céleste, l’agir et l’être, sont presque absentes…

              - … C’est précisément cela qui désespère…

-          Mais pourquoi désespérer ? C’est un bien ! Du déséquilibre naît la volonté de l’équilibre

et la recherche de sa voie d’accès.




ZLEA 5s 024                      ZLEA 3s 123

 

 

 

              « Le Gouvernement mondial dont j’évoquais précédemment l’existence et qui s’acharne à brider toutes les manifestations de l’être et de l’agir afin de niveler les consciences représente, à son propre insu, une chance inouïe dans la quête de la maturité christique. La majeure partie de l’humanité terrestre se trouve déjà ou va bientôt se trouver face à ses propres peurs.   Elle se place ainsi dans la situation idéale d’un « ramonage christique » sans précédent. L’impasse qu’elle découvre est si manifeste qu’elle exige la Révolution décisive.

              « A chaque fois que vous vous cabrez contre une telle nécessité, la Vie se charge, tôt ou tard, d’une façon ou d’une autre, de vous révéler les scories que votre âme a accumulées au fil des temps. Tous vos raidissements ne font qu’ancrer en vous le Principe de Rome et vous durcir par rapport à ce qui fait figure d’ennemi ou de matière à rébellion.

              « La solution, mes amis ? Devenir des passe-murailles ! Vous fondre dans l’obstacle et, en le visitant de l’intérieur, apprendre à connaître ainsi vos propres atomes… car ce sont vos atomes, n’en doutez pas, qui demandent à être transmutés. La Révolution les concerne en premier lieu. Elle touche votre réalité génétique !

              « Lorsque le Christ, ses disciples et les Frères esséniens ont accompli leur œuvre il y a deux millénaires, tout le code génétique de l’humanité en a été modifié. La conscience collective et individuelle a été marquée de leur sceau à son propre insu. Il s’agit d’une réalité que certains chercheurs scientifiques pourront bientôt mettre clairement en évidence. Une empreinte a été laissée au niveau de l’ADN. Même si celle-ci n’a pas été lisible dans les comportements humains généraux, elle a constitué une étape préparatoire capitale pour la modification qui va survenir prochainement. Ainsi votre « codification » de base va-t-elle encore subir une transformation. Les effets en seront radicaux parce que la « Venue du Christ » en chacun sera un phénomène beaucoup plus effectif qu’aux Temps évangéliques. Je dirais plus « tangible ».

              «  Cela ne signifie pas que les difficultés se verront aplanies comme sous l’effet d’un coup de baguette magique, mais qu’elles vont susciter une nouvelle vision du monde et la renaissance d’un grand nombre de consciences. Celles-ci, telles des embarcations, vont pouvoir de plus en plus accoster à des rives nouvelles avec des modes de fonctionnement autres… Et lorsque la pensée modifie sa logique et ses repères, elle entraîne inévitablement une modification des lois physiques.

 



ADN                        Week7

 

 

 

              « Tout ceci veut dire que le corps humain va se découvrir de nouvelles potentialités et que la nature de ce monde va elle-même commencer à obéir à d’autres règles. Non pas que ces règles n’aient pas existé auparavant mais leur accès n’était pas envisageable. En quelque sorte, mes amis, c’est analogiquement une sorte d’acuité auditive et visuelle face à la Force de Vie qui est en train de s’amplifier. Un voile de plus s’apprête à être déchiré… avec douleur sans doute, comme tous les déchirements, mais aussi avec un immense espoir.

              « Tout ceci évoque donc l’ « Ere de la Colombe » que suggérait le Maître Jésus dans nombre de ses enseignements, une ère de Révolution qui va amener une foule considérable d’humains à contacter sa tendresse profonde et à laisser s’exprimer celle-ci à travers des prises de position et des actes.

              « L’accès à la Jérusalem Céleste ou, si vous préférez, à l’incarnation du Principe de Shambhala sur Terre se révélera de plus en plus évident et réalisable par cette voie. L’univers vibratoire de Shambhala dont est issu, parmi d’autres, tout le courant essénien n’appartient pas au domaine du rêve. Il vous revient de le concrétiser tout comme vous avez si bien su manifester le Principe de la Rome babylonienne dans lequel vous vous débattez aujourd’hui.

              « Laissez-moi vous dire que la réalité de Shambhala s’offre en ce moment même en deux points de votre planète. Le premier, qui demeure la zone racine, se situe, ainsi que chacun le sait, au nord des Himalayas. Quant au second, il rayonne au niveau de la Cordillère des Andes, dans l’écrin de très hautes vallées. Il demeure en connection avec certains points précis de la forêt amazonienne. Il s’agit, en l’occurrence, d’une véritable ambassade de la vibration christique et essénienne sur le continent américain, d’un relais majeur de Ce qui vous appelle et qui, depuis quelques décennies, sort progressivement de son silence.

              « En fait, dans des temps très anciens, la civilisation égyptienne entretenait des rapports étroits avec le continent américain. Des raisons dues à l’anatomie subtile de la planète ont fait que des contacts intenses ont surtout été liés avec la chaîne des Andes. Ces relations ont été particulièrement effectives à l’époque du Pharaon Aménophis III[2], c’est-à-dire lorsque la base de toute la Connaissance initiatique destinée à se répandre en Occident a été structurée. Si le mouvement essénien et sa sensibilité particulière ont vu le jour dans des cercles très restreints à cette époque, parallèlement et issue de la même impulsion, naissait une Fraternité andine analogue. C’est cette dernière qui s’apprête aujourd’hui à se révéler plus clairement pour apporter sa contribution à la seule révolution qui soit.

              « Quoi d’étonnant si, il y a quelques années, on célébrait, un peu plus au nord, en Amérique latine, le retour proche de Quetzalcoatl. Quetzalcoatl, le serpent à plumes, véhicule sur cette partie du continent américain la conscience christique dans ce qu’elle a de fondamental. Symboliquement d’ailleurs, l’union magnifique du serpent et des plumes représente la fusion transformatrice des forces terrestres et célestes. La Terre et l’Air sont toujours des représentations de l’agir et de l’être. La réapparition de Quetzalcoatl, voyez-vous, c’est la plongée de la Colombe christique dans la matière dense.

              « La révolution du Kristos, celle des Esséniens et de Myriam de Magdala, devra notamment se manifester par une métamorphose des langages humains.

 

 


pictures of jesus

 

 

 

              - Peux-tu être plus précis, Frère… ?

              - Non seulement je peux l’être mais j’y tiens absolument car la question du langage est fondamentale. La langue, les mots sont en effet une des manifestations de base du mariage entre l’être et l’agir. Le son n’est-il pas réellement, simultanément, de l’ordre du subtil et du dense ? N’est-il d’ailleurs pas dit que le Verbe fut le moteur qui donna corps à la Création ? Par répercussion et analogiquement, cela signifie en clair que les sons qui sortent de votre poitrine ont, eux aussi, pouvoir créateur. Ils engendrent des mondes, tout d’abord subtils puisqu’ils participent de la réalité éthérique, ensuite parfaitement denses… car les états d’esprits qu’ils révèlent et génèrent appellent à des actes. Ainsi construisez-vous ou détruisez-vous une bonne partie de la réalité dans laquelle vous vivez par le simple biais du mécanisme de la vibration sonore.

              « Or, dis-moi, que constate-t-on au niveau du langage dans l’ensemble des sociétés humaines et notamment de la société occidentale ?

              - Veux-tu parler du relâchement manifeste du vocabulaire parlé ?

              - C’est cela, mais je dirai plus incisivement « la putréfaction du langage ». Il est logique qu’un certain état de désarroi et de déliquescence de la pensée entraîne une décomposition du vocabulaire… mais l’inverse est vrai aussi. La vibration d’un mot modèle la conscience qui le reçoit ou qui se trouve à son origine. Vous pouvez être certains que lorsque le vocabulaire ordurier ou tout simplement dévitalisé, destructuré, devient la nourriture quotidienne et donc banale de tout un peuple, c’est le signe que ce dernier est entré en phase d’autodestruction.

              Cette constatation, soyez-en certains, n’a rien à voir avec une quelconque morale. L’Univers ignore la morale parce que celle-ci est arbitraire. Aussi lorsqu’il est question de la quête de l’Amour absolu ne peut-on jamais avoir recours à la notion de morale. Les morales sont inévitablement humaines… tandis que nous sommes à la recherche du suprahumain ! C’est la seule logique solaire qui me fait m’exprimer dans le sens d’une dénonciation du « vocabulaire de la putréfaction ».

              « Dire « cela ne se fait pas d’employer tel mot parce que cela n’est pas beau ou pas correct » ne signifie absolument rien car c’est une réflexion qui ne traduit qu’un jugement arbitraire et ponctuel.

              « Par contre, affirmer « je n’emploierai pas tel type de vocabulaire parce que je sais quelle nature de vibration et de concept il appelle », relève de la logique solaire qui s’en vient et aussi d’une attitude responsable. Il appartient à chacun, aujourd’hui, de chercher à comprendre le pourquoi des choses avant de réagir selon un code de pensée prédéterminé. Je vous propose donc, si vous avez l’âme et la grandeur de véritables révolutionnaires et non pas de simples trublions télécommandés, de ne plus attendre pour métamorphoser le langage que vous utilisez. Celui-ci, je vous le répète, est la source et l’amplificateur de nombre de vos comportements. Chaque son donne naissance à une masse d’énergie qui voyage à la fois dans votre propre aura et dans l’aura du monde. Prenez donc la résolution ferme de vous réformer définitivement sur ce point. (…)

 

 

 

 

 jesuhrt2                        Jesus20009

 

 

 

              « La Révolution du Christ, à l’intérieur même du « Principe romain ou babylonien », à l’intérieur aussi du vatican de nos concepts, conduit bien sûr à un langage fort. Je veux parler d’une force qui doit bousculer et déranger, pas d’une énergie qui blesse et laisse de douloureuses cicatrices.

              « C’est la beauté des choses qui génère la puissance de celles-ci car la Beauté se situe fondamentalement dans le Juste. Ainsi, si vous placez la beauté au cœur de vos paroles, votre présence et votre impact sauront-ils exprimer la puissance transformatrice du Vrai. Sans que vous ayez à prouver quoi que ce soit. Sans que vous ayez à jouer les Croisés ou les missionnaires…

              « Vous ne vous engagez pas dans une armée. Une armée est conçue pour faire la guerre… même si l’on prétend hypocritement qu’elle existe pour le maintien de la paix. Les Pouvoirs humains sont habiles à manier de telles notions afin de parvenir à leurs desseins. Le concept de Paix, placé entre leurs mains, est hélas la plupart du temps devenu un argument de combat comme un autre, un outil de manipulation des foules. Chacun veut instaurer sa propre « paix » c’est-à-dire la structure de son ascendant sur autrui, en résumé le type de trêve qui lui profite.

              « Le véritable visage de la Révolution que l’avènement de la Conscience christique met en évidence – est-il besoin de vous le rappeler ? – ne peut vous faire entrer dans ce genre de dynamique basée sur le mensonge.

              « Voilà pourquoi au-delà de la détermination et de l’audace qui sont requises pour recevoir une telle Conscience en soi, l’authenticité reste un facteur fondamental. Le problème est moins de mentir à autrui que de se mentir à soi-même. L’autoduperie est un poison pernicieux car elle renforce les écailles de l’être incarné et rend l’écheveau de vos rapports avec le monde plus complexe encore à dénouer. La lucidité tout autant que l’autonomie de pensée sont par conséquent les flambeaux indispensables ne devant pas quitter celui qui a décidé de recevoir l’Esprit de Révolution dans la Cité papale de ses habitudes…

              - Voilà deux fois consécutives que tu parles de « recevoir » une certaine conscience. Veux-tu dire qu’il n’y aurait rien d’autre à faire que de l’inviter ?

              - … Eh bien c’est à peu près cela ! C’est ce que ma voix tente, jour après jour, de vous faire entendre ! Pourquoi chercher à conquérir ou acquérir alors qu’il n’y a qu’à accueillir.

              « Faites-le enfin ce fameux pas ! Lancez-la cette invitation à l’Esprit christique ! et ne revenez jamais sur vos pas, ne vous retournez même pas… Vous l’ignorez encore, il y a toute la place voulue dans votre demeure pour faire face à une telle invitation : la place illimitée de votre cœur. Poussez vos murs intérieurs ! Ce ne sont que des cloisons amovibles. Autorisez-vous enfin la vraie liberté d’aimer !

              « Le Principe de Rome vous autorise certes à tomber amoureux ; c’est ce qui vous laisse la sensation de pouvoir respirer comme bon vous semble. Il ne vous permet cependant pas de devenir aimants, ce qui est tout autre chose. Pour recevoir et découvrir cet état radicalement nouveau de l’être il vous est demandé sans compromission de vous extraire des mécanismes de la « conscience ordinaire » rituellique et nivelante. Je me répète mais c’est intentionnel, mes amis… car je sais que l’Invitation est si difficile à lancer !

              « Bénissez donc la corde raide de cette vie et de ce temps présent car, bien plus que mes paroles, elle vous offre l’occasion magique de vous unir à ce qui, au-delà de tout, en vous et hors de vous est et agit… »


.../...

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0