Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juillet 2021 6 03 /07 /juillet /2021 04:06

L'envahisseur secret et silencieux

 

L’incroyable conspiration

 

 

Partie 1 : Au début des années cinquante

 

« Seul le fantastique a des chances d’être vrai. » Pierre Teilhard de Chardin.

 

« Quelle dose de vérité supportez-vous ?... » Friedrich Nietzsche.

 

« Si tu plonges longtemps ton regard dans l’abîme, l’abîme te regarde aussi. » Friedrich Nietzsche.

 

En dessous et autour de nous, apparaissent maintenant des prairies, de vastes étendues un peu sèches, à perte de vue, puis des routes comme de larges rubans, toutes droites… et enfin des hangars, immenses, avec quelques avions et des automobiles.

 

Nous nous en approchons à une vitesse vertigineuse. Des grillages, des barbelés, des blocs de béton surgissent alors puis s’effacent.

 

Nous voilà maintenant comme deux êtres qui marchent à travers un couloir. A côté de nous, devant nous, il y a des militaires, très hauts gradés semble-t-il, et quelques hommes en civil. Chacun avance d’un bon pas tandis que les conversations se font à voix basse. L’atmosphère paraît tendue et nous luttons pour ne pas nous laisser gagner par elle, afin de ne pas être absorbés par nos corps physiques, si lointains, si oubliés…

 

 

A notre droite, la silhouette d’une arme apparaît un instant puis s’estompe.

 

« L’un des hommes en civil qui marchent devant vous n’est autre que le Président des Etats-Unis d’Amérique de l’époque, D. Eisenhower, annonce la voix du grand Etre. Ce n’est pas la première fois qu’il vient en ces lieux. Autour de lui, ce sont quelques hommes appartenant à un Bureau ultra-secret relevant de la Défense de son pays. Sachez que vous êtes dans les sous-sols d’une base militaire. En fait, il s’agit presque d’une ville souterraine bâtie avec des fonds publics habilement détournés par le Gouvernement lui-même.

 

C’est une base expérimentale, une base de surveillance et d’échanges construite pour les besoins d’une situation qui dépasse l’entendement humain habituel. La rencontre à laquelle vous allez assister est la dixième et la plus importante d’une série qui va avoir de lourdes conséquences pour l’avenir de l’humanité terrestre. »

 

 

La voix se tait soudainement tandis que deux militaires en casque noir poussent une lourde porte devant laquelle notre petite troupe vient de s’arrêter. Face à nous apparaît une grande et belle pièce ou plutôt un bureau offrant tout le modernisme des années cinquante. En son centre, bien plantés, attendent trois hommes, deux militaires et un civil et à leurs côtés… trois Créatures. Devrions-nous dire aussi « des hommes » ?

 

Ces êtres sont de très petite taille, comme des enfants de huit à dix ans. Ils ont le corps entièrement couvert de poils gris et courts. S’agit-il d’un vêtement, d’une sorte de combinaison ou de leur peau ? Il nous est impossible de trancher la question. Leurs yeux sont petits et vifs, leur nez presque inexistant et leur bouche excessivement fine.

 

 

Comme nous pénétrons dans la salle, ils font un pas vers l’homme qui paraît être le Président et que nous n’apercevons toujours que de dos. A leurs côtés, les trois hommes, dans un réflexe teinté de méfiance, esquissent également une avance et font, pour deux d’entre eux, un salut militaire embarrassé.

 

Le Président, quant à lui, après avoir marqué un court arrêt se dirige vers sa gauche en direction d’un vaste bureau. Sans attendre et sans autre forme de courtoisie ou de présentation, chacun s’empresse d’y prendre place, y compris les trois petits êtres dont la vivacité des regards est réellement surprenante. En vérité, il est bien difficile de dire ce qui les anime. Amitié ou hostilité ?

 

« Rien de tout cela, réagit la voix qui nous accompagne. Ces êtres ne fonctionnent pas selon les principes de l’actuelle conscience humaine. Ils agissent essentiellement sous l’effet d’une conscience collective qui les pousse à rechercher leur propre profit, leur propre expansion au-delà de ce que vous pourriez appeler un état d’âme. Ce n’est pas qu’ils ne soient guère capables d’amitié, c’est tout simplement que l’univers de la sensibilité ou de l’affectivité demeure extrêmement embryonnaire chez eux. La Vie leur a par contre donné l’opportunité d’avancer remarquablement loin sur le plan du pur raisonnement intellectuel. De là vient cette sorte de froideur qui les caractérise. »

 

« Et… pourquoi sont-ils là ? », faisons-nous tandis qu’une amorce de conversation a peine à s’engager autour du bureau.

 

« Ils viennent d’un monde excessivement lointain du vôtre. Plusieurs années-lumière vous en séparent. Cela fait bien longtemps qu’ils observent la Terre, bien longtemps aussi que, de notre propre monde, nous les observons. Leur peuple souffre d’un grave problème immunitaire, difficulté causée justement par cette extrême sécheresse d’âme que j’évoquais à l’instant.

 

Tant que les multiples aspects de l’ego n’ont pas été maîtrisés puis dépassés ou sublimés, la réalité émotionnelle constitue pour tout être une soupape de sécurité dont il ne faut pas négliger l’importance. Ils ne sont pas dotés de cette capacité de régulation. C’est leur handicap majeur.

 

A l’heure où s’est déroulée cette réunion, ils affirmaient ne pas vouloir s’établir sur votre planète mais y faire certaines recherches, certaines expériences afin d’enrayer le trouble qui les atteint tous. Comme vous le constatez, tout ceci ressemble à un mauvais roman de science-fiction. C’est pourtant la stricte réalité et vérité. Une réalité que l’on cache à vos semblables depuis un demi-siècle. Une réalité qui commence à filtrer maintenant à travers divers témoignages auxquels s’ajoutera le vôtre.

 

Tout cela demeurerait néanmoins banal sans la présence du mensonge sur les lèvres des visiteurs en question. Leur but est bel et bien la mainmise progressive sur votre monde, conçu par eux comme un réservoir inextinguible de la substance qui leur fait défaut et qu’ils prélèvent chez certains animaux. »

 

 

« Mais, que font-ils ici avec ces militaires et quelques politiciens ? »

 

« Ils tentent de conclure un pacte. En échange de quelques expérimentations sur des animaux, ils proposent au Gouvernement des Etats-Unis un apport scientifique sans précédent. C’est leur façon d’engourdir les réticences. »

 

Autour du bureau que nous ne parvenons pas à quitter des yeux, une réelle conversation s’est enfin engagée. Les trois petits êtres semblent d’ailleurs parler un américain irréprochable. Nous sommes intrigués, d’une part par le timbre de leur voix quelque peu aigrelet et, d’autre part par l’attitude de l’un des trois hommes qui se tenaient à leurs côtés à notre arrivée dans la pièce. Il s’agit du civil. Ce dernier semble particulièrement bien les connaître et même s’en faire ostensiblement le porte-parole ou le défenseur, dans le feu de la conversation.

 

« N’en soyez pas étonnés, fait la voix de notre guide. Il est l’un des tous premiers représentants ou responsables de ce qui ne constituait pas encore à l’époque le Gouvernement Mondial mais dont les bases se posaient. En fait, au moment où s’est déroulée la rencontre que vous voyez, cet homme en connaissait bien plus sur toute cette affaire que le Président lui-même ou n’importe quel responsable politique d’alors.

 

Tel que vous le voyez là, il est parfaitement au courant des objectifs à moyen terme des petits êtres. »

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires