Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 août 2021 1 16 /08 /août /2021 23:57

Schéma de la Création Divine

Nouvelle Théorie explicative du monde divin

 

 

 

 

 

 

Le Deuxième Dieu, la Sagesse, Sophia ou Dieu la Mère, le Logos féminin des Gnostiques, le Mental Universel, le Saint Esprit féminin. Entité féminine Céleste ou Sephira (Intelligence divine ou première émanation de l’Eternel ou Ain-Soph). Chutant hors du Plérôme, elle donne naissance au processus de la Création.

 

 

Le Troisième Dieu, le Logos, le Créateur ou Dieu le Père. Le logos personnifié, l’éon divin, en tant qu’éon qui est une émanation divine qui compose le Plérôme. Les éons fonctionnent par couple : masculin-féminin, positif-négatif, lumière-ombre. Ainsi, le Logos est-il Dieu et Satan à la fois comme principe unique et dual. Le Logos est Syzygie, il fonctionne par pair ou couple. C’est le couple Dieu/Satan. Par analogie, l’atome est composé de protons et de neutrons, ensemble ils forment une unité avec des principes doubles, c’est la particule atomique, comme le Logos. Dieu et Satan forment ensemble un éon divin, la particule et son antiparticule, Satan est, en somme, le « frère jumeau » en négatif de Dieu. La Force Divine étant infiniment puissante, la Lumière qu’elle génère, par opposition, crée sa propre ombre, ainsi Satan est l’ombre de Dieu. Tous les deux, ils sont issus de la Source qui est l’éon divin ou le Logos.

 

 

Le Logos (Satan/Dieu) : Son aspect sombre crée le Premier Archonte, le Démiurge, qui est le Chef des Archontes, qui est l’émanation négative ou satanique de l’Univers. Les Archontes façonnent et gèrent la sphère inférieure de la Création. Ils créent le monde, le corps et l’âme de l’homme. Les Archontes vont diriger les « monades inconscientes » d’elles-mêmes vers les matrices astrales (monde l’âme) et les matrices physiques (monde corporel) afin qu’elles puissent entamer un processus évolutif. L’aspect sombre du Logos appelé Satan est le Père du Premier Archonte, le Démiurge. Le chef des archontes, Démiourgos, est le Fils de Satan par émanation. Le Démiurge crée à son tour l’Esprit qui est désigné Jéhovah, dieu de la lumière et des ténèbres dans la Bible, chef des anges déchus, les démons (dieux sous leurs aspects sombres).

Le Logos (Dieu/Satan) : Son aspect lumineux crée le Premier Archange, l’Ange suprême, le Chef des Anges qui crée les dieux de lumière, qui est l’émanation positive ou divine de l’Univers. Lui-même va donner naissance à Lucifer, le Porteur de  Lumière, le Sauveur qui est le Christ. Il est Celui qui apporte la Connaissance pour sortir des ténèbres du monde de l’ignorance et des générations successives et ininterrompues des transmigrations de l’âme ; et permettre à l’homme de retrouver le chemin qui mène à la « Mère Patrie de l’Esprit », à la Source Divine. L’aspect lumineux du Logos appelé Dieu est le Père du Premier Archange, Métatron. Le chef des archanges du monde de Briah, Métatron, est le Fils de Dieu par émanation.

Le schéma est simplifié au maximum mais le processus évolutif de la Création Divine est beaucoup plus complexe.

Une Doctrine très ancienne :

La croyance des Anciens est d’enseigner l’ubiquité de leurs Anges. Les Zoroastriens considéraient leurs Amshaspends comme des entités doubles. Les Amshaspends sont les six anges, ou Forces divines personnifiées comme dieux, qui servent Ahura Mazda qui en est la synthèse et le septième. Ahura Mazda est la divinité unique, abstraite et transcendante du zoroastrisme. Or, dans les Doctrines ésotériques archaïques qui remontent à la nuit des temps, le monde, l’univers a été créé non par Dieu mais par les dieux au nombre de sept. Le chiffre sept est la clef pour comprendre les mystères ésotériques de la création et de la manifestation à travers un processus gradué et évolutif. Ils appliquaient cette dualité des Anges dans leur doctrine ésotérique à tous les habitants spirituels et invisibles des mondes physiques innombrables de l’espace que nous pouvons percevoir.

Dans une note de Damascius, Philosophe néoplatonicien, VIe siècle, sur les Oracles Chaldéens, nous avons une preuve de cette doctrine car il dit : « Dans ces Oracles, les sept Cosmocrates du Monde (Les « Piliers du Monde »), dont saint Paul parle aussi, sont doubles, une partie est préposée au gouvernement des mondes supérieurs, les mondes spirituel et sidéral, et l’autre surveille et guide le monde de la matière ». Telle est aussi l’opinion de Jamblique, qui fait une distinction entre les Archanges et les Archontes.

Mais l’Eglise Catholique Romaine tient à faire absolument une distinction et une opposition entre les Archanges pour divins et sacrés qu’ils soient avec leurs « doubles » comme des Diables. Ils sont simplement le revers ou le côté opposé d’un attribut ou qualité. Ainsi, lorsque l’Occultiste dit que « le Démon est l’inverse de Dieu », le mal, le revers de la médaille, il ne veut point parler de deux choses différentes, mais de deux aspects ou faces de la même Unité. Mais, par comparaison, l’homme le meilleur, mis à côté d’un Archange paraîtrait un démon tant son évolution serait vile et inférieure.

Un vieil aphorisme kabbaliste bien connu dit : « Une pierre devient une plante, une plante devient un animal, un animal devient un homme, un homme devient un esprit ; et l’esprit devient dieu ». La clef de compréhension de l’évolution divine se trouve contenue dans cette phrase. Là, est la clé de compréhension du Mystère de Dieu ! Car tout dans l’Univers est en perpétuelle et constante évolution y compris Dieu. Ainsi, nous devons abandonner l’idée d’un Dieu figé, statufié dans sa position immuable de Créateur de toutes choses qui a toujours été ainsi, et qui n’a jamais évolué pour se perfectionner. Ce qui signifie que la vision de Dieu des trois religions monothéistes (Judaïsme, Christianisme et Islam) est erronée ou tout au moins largement incomplète.

La Monade ou Jiva fut d’abord projetée par la Loi d’Evolution Divine dans la forme la plus inférieure de la matière, l’état minéral. Enfermée dans la pierre, elle en sort, après une septuple giration, comme ce que nous pourrions nommer un lichen. Passant ensuite à travers toutes les formes de la matière végétale puis ensuite dans la matière animale, elle atteint le point culminant de son évolution pour devenir le germe futur qui deviendra l’homme physique. Car la Monade ou Jiva, ne peut même pas être appelée un Esprit, c’est un Rayon, un Souffle de l’Absolu, ou plutôt l’Absolu lui-même fragmenté et inconscient qui cherche à évoluer pour devenir conscient et rejoindre le Tout à la fin de son évolution.

« Je Suis la Racine qui ne meurt jamais, la Flamme à Trois Langues des Quatre Mèches… Les Mèches sont les Etincelles qui émanent de la Flamme aux Trois Langues projetée par les Sept, - Leur Flamme, - les Rayons et les Etincelles d’une Lune unique réfléchie dans les Flots agités de tous les Fleuves de la Terre. »

La « Flamme à Trois Langues qui ne meurt jamais » est la Triade spirituelle immortelle, l’Atmâ, Bouddhi et Manas, appelée Monade ou Jiva. Les « Quatre Mèches » qui sortent et s’éteignent sont le quaternaire, les quatre principes inférieurs : Prana (souffle de vie), Kama (désirs, passions, attachement à l’existence) se projetant dans le corps astral (troisième principe), qui lui-même incorpore le corps physique (quatrième principe). Ensemble, ils forment le principe septénaire de l’homme. La Triade supérieure, immortelle et le Quaternaire inférieur, transitoire et mortel.

« Je suis la Flamme aux Trois Langues et mes Langues sont immortelles » dit le défunt libéré de ses principes inférieurs, et dans la région des Flammes qui ont détruit leurs adversaires, qui se sont débarrassées de leurs Quatre Mèches génératrices du péché de la forme et de la concupiscence existentielle. »

« De même que des milliards d’étincelle brillantes dansent sur les eaux d’un océan au-dessus duquel brille une seule lune, de même nos Personnalités passagères – enveloppes illusoires de l’immortelle Monade-Jiva – brillent et dansent sur les ondes de Mâyâ. Elles apparaissent et, comme les milliers d’étincelles produites par les rayons de la lune, ne durent qu’autant que la Reine de la Nuit projette sa gloire sur les Eaux (Ondes) Mouvantes de la Vie, la durée d’un Manvantara, puis elles disparaissent, ne laissant survivre que les Rayons, - symboles de nos Egos Spirituels éternels, - lesquels se plongent dans la Source Mère (Parabrahman) et deviennent un avec elle, comme ils étaient avant. »

« Je Suis les Sept fois Sept Personnalités passagères ou formes illusoires. Je poursuis mon évolution à travers les Sept Formes, les Sept Plans, les Sept Rondes et les Sept Globes. »

La Monade ou Jiva, une fois dans le règne humain, devient alternativement Sept fois un Homme et Sept fois une Femme à travers son cycle d’évolution cosmique.  La Monade ou l’Esprit androgyne devenant successivement un homme, une femme, un homme puis une femme ; pendant sept vies successives, elle est un homme, puis pendant sept autres vies successives, elle est une femme ; et ainsi de suite, jusqu’à complète compréhension et absorption de toutes les expériences humaines, avant de passer à un stade d’évolution supérieure.

La métempsychose doctrine selon laquelle, une âme anime successivement des corps humains et animaux, est fausse car une fois parvenue dans le règne humain, l’âme ne retourne pas en arrière dans son processus évolutif. Par contre, l’âme humaine incorpore successivement, au cours des réincarnations, des corps d’hommes et de femmes.

On ne peut pas réellement comprendre la vie d’un homme, sans devenir soi-même un homme ; et l’on ne peut pas comprendre la vie d’une femme, sans devenir soi-même une femme. Cette devise est valable pour tous les domaines de l’existence, ainsi l’on ne peut comprendre la vie d’un pauvre, sans devenir soi-même pauvre ; et l’on ne peut comprendre la vie d’un riche, sans devenir soi-même riche. Tel est la Loi de l’évolution.

Les Sept fois Sept Personnalités masculines et féminines transitoires et illusoires. Car on ne peut comprendre les principes, les oppositions, les différences et les contraires sans les vivrent soi-même.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Archontes sont les « agents de la Matrice » comme dans le film Matrix. Ils façonnent, gèrent et contrôlent la sphère inférieure de la Création.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires