Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mai 2021 3 12 /05 /mai /2021 21:54

La Robotisation du cerveau, des corps et des âmes

Manipulation, Endoctrinement et Asservissement à l’aube du Nouvel Age

 

 

« J’ai juré sur l’autel de Dieu mon opposition éternelle à toute forme de tyrannie sur l’esprit de l’homme. » Thomas Jefferson

On peut douter qu’un visionnaire comme Thomas Jefferson ait imaginé à quel point l’art de la tyrannie du cerveau se serait développé au XXe siècle. Lorsque Jefferson choisit de défendre la liberté, ses ennemis n’étaient alors que diverses formes de duperie. La propagande et le mensonge, la fausse information et les explications erronées, voilà de quoi était faite alors la manipulation du cerveau. Jefferson craignait que les gens fussent abusés à ne pas penser, à penser d’une façon erronée ou à penser à des choses justes, mais de la mauvaise manière. Il défendait la plus grande liberté possible de communication, de parole et de presse parce que, comme le disait la Bible (L’Evangile de Saint Jean), la vérité nous rend libres.

Les ennemis de Thomas Jefferson n’ont pas pour autant disparu. En fait, la duperie est, aujourd’hui encore, plus sophistiquée et plus persuasive que jamais. Et pourtant, Jefferson n’en aurait pas moins reconnu sa vieille ennemie. Mais comment aurait-il pu imaginer que la tyrannie sur l’esprit aurait trouvé de nouveaux alliés ? Aurait-il pu jamais s’imaginer que quelqu’un essayerai d’atteindre le cerveau d’une autre personne pour contrôler sa volonté ?

On peut tyranniser l’esprit de bien des manières. Les méthodes les moins subtiles sont celles qui mutilent, comme la psychochirurgie et l’électrochoc. Mais le contrôle de cette manière ne crée pas la possibilité de manipuler d’une façon aussi forte que les techniques qui cherchent à déformer le processus de la pensée. La propagande permet une plus grande manipulation des gens parce qu’ils ignorent qu’on les dupe pour les contrôler. Il leur reste néanmoins la possibilité de découvrir la vérité. Une méthode plus ambitieuse est de remodeler le cerveau pour le rendre conforme aux contours idéologiques désirés. Les techniques de lavage de cerveau ont été conçues pour obtenir justement ce degré de contrôle. Mais la forme la plus ambitieuse de manipulation du cerveau, auprès de laquelle les autres pâlissent, est la robotisation qui subjugue la volonté pour créer des automates humains.

Cette éventualité a été, pour la première fois, portée à l’attention du public par le roman de Richard Condon, le Candidat mandchou, publié en 1958. Parce que c’est la première fois qu’on a soulevé le spectre d’assassins programmés sous hypnose et donc le cerveau est totalement sous contrôle.

Le Candidat mandchou

Lorsque Raymond Shaw revint de derrière les lignes ennemies pendant la guerre de Corée, ramenant avec lui presque toute sa patrouille, on lui décerna la Médaille d’honneur du Congrès pour avoir héroïquement risqué sa vie pour ses hommes. Cette décoration ne pouvait être plus mal décernée, car son récipiendaire était un lâche qui ne souciait que de lui-même. Sa patrouille n’avait pas eu à combattre pour sortir d’un guet-apens car elle avait été capturée sans gloire et envoyée en Mandchourie. Là, les hommes furent confiés à Yen Lo, image vivante du Péril jaune et vieillard diabolique dont l’expression faciale était aussi sardonique que si le défunt Dr Fu Manchu avait été son oncle. Yen Lo avait mis au point « sa propre technique pour descendre dans l’inconscient à la vitesse d’un ascenseur de puits de mine ».

Yen Lo était un maître de la manipulation du cerveau. Il savait que tout comportement obéissait au principe de base du conditionnement pavlovien. En entraînant l’inconscient à réagir par réflexe aux stimuli qu’il conditionnait, Yen Lo pouvait programmer un individu à réagir aussi automatiquement qu’un ordinateur. Un tel individu obéirait toujours à son maître car « la première chose à laquelle un être humain est loyal est son propre système nerveux conditionné ».

Yen Lo combinait l’hypnotisme au conditionnement pavlovien. Il se moquait des sceptiques. Cet expert asiatique du lavage de cerveau utilisait des drogues en plus du conditionnement et de l’hypnose. Elles traversaient parfois le conscient, ce qui permettait alors à Yen Lo de planter directement des suggestions dans l’inconscient. Ces dernières non seulement posaient des jalons primordiaux en vue de tout contrôle futur mais provoquaient également une amnésie totale sur tout le processus, y compris les assassinats qui étaient l’objectif final de l’opération.

En Mandchourie, Yen Lo démontra ce qu’il était capable de faire devant un parterre de responsables russes et chinois. Après avoir hypnotisé Shaw et sa patrouille, il les installa sur une scène, leur suggéra qu’ils se trouvaient dans un petit hôtel du New Jersey où ils participaient à une fête donnée par le cercle féminin local.

Le manipulateur de cerveau expliqua à son public que ce fut le rêve de Lavrenti Beria, le chef du KGB sous Staline, de mettre au point un « assassin préfabriqué » ou « assassin psychique ». Un tel individu peut tuer sans remords et on ne pourrait rien en tirer de plus qu’on ne le ferait de son arme ; tous deux n’agissant que comme des mécanismes inconscients. Il fut décidé que Shaw serait transformé en tueur.

Yen Lo fit alors la démonstration de son pouvoir sur Shaw en lui tendant un revolver et en lui ordonnant de tuer les deux hommes qu’il aimait le plus. Shaw tua les deux hommes sans sourciller. Ensuite, Yen Lo implanta dans Shaw et les autres survivants l’histoire que Shaw avait héroïquement sauvé sa patrouille des mains des communistes. Lorsqu’on les relâcha, chaque homme se souvenait jusqu’au moindre détail de l’embuscade où ils étaient tombés et du secours qu’ils n’avaient jamais reçu.

Ce n’est que bien plus loin dans le roman que nous apprenons pourquoi Raymond Shaw avait pu être programmé aussi intensément. Sa mère, femme de tête, obtenait en faisant du charme tout ce qu’elle voulait et, par ruse, ce dont elle avait besoin. Elle manœuvra adroitement son mari pour qu’il réussisse en politique : il devint même candidat à la vice-présidence des Etats-Unis. Huit ans après son « odyssée » coréenne, on ordonne à Shaw d’assassiner un candidat à la Présidence. Il n’y avait aucune raison pour qu’il n’obéisse pas puisqu’il avait déjà tué plusieurs personnes dont sa femme et son beau-frère. Mais le complot de Yen Lo commence à avoir des fissures. L’ancien commandant de Shaw, le colonel Marco, fait des cauchemars dans lesquels il voit Shaw abattre deux hommes de sa patrouille. Il découvre alors qu’un membre de la patrouille fait le même cauchemar. Marco entre en contact avec Shaw, et lorsque les deux ex-membres de la patrouille parlent devant lui de la Corée, ils se rendent compte que leurs souvenirs de l’embuscade semblent quelque peu inexacts. Marco demande à Shaw : « Mais vous ne vous souvenez pas d’avoir fait tout ça ? » et ce dernier lui répond : « C’est ce que j’essai de vous expliquer… Chaque fois que je pense à cet engagement, je sais toujours ce qui est arrivé mais je ne peux me souvenir où cela s’est passé. » Le colonel Marco finit par deviner la vérité et lui dit qu’il était comme « une sorte de bombe à retardement avec un détonateur de huit ans de long ».

Ni Shaw ni Marco ne savaient dans quel but Shaw avait été si soigneusement programmé et ils ne connaissaient pas non plus le signal clé qui déclencherait l’action. Un soir, alors que tous deux se détendaient dans un bar, Shaw avait demandé un jeu de cartes et faisait une réussite quand il retourna la dame de carreau. Il resta figé. Les mots qu’il entendit alors étaient destinés à quelqu’un d’autre : « Pourquoi ne prends-tu pas un taxi tout de suite jusqu’à Central Park pour te jeter dans un lac ? » C’est exactement ce que fit Shaw. Lorsque, par la suite, Marco lui raconta ce qu’il avait fait, Shaw le nia, mais il ne pouvait ignorer ses vêtements tout trempés. Shaw savait maintenant que les communistes contrôlaient son cerveau. Marco savait comment. Mais ils ne savaient pas encore pourquoi et qui.

A la fin du roman, nous apprenons que le détonateur de Shaw est sa propre mère. Elle avait conclu un pacte diabolique avec les communistes ; en échange d’un assassin programmé soumis à sa volonté, elle propulserait son mari jusqu’à la Présidence pour ensuite le livrer ainsi que le pays aux communistes. Mais lorsque ces derniers choisirent son fils pour être l’assassin, elle jura secrètement de se venger. Une fois que son fils aurait assassiné l’autre candidat à la Présidence et que son mari aurait été élu comme Président, elle verrait à ce que les gens responsables de la programmation de son fils soient poursuivis et traduits en justice.

Elle ne vécut jamais ce moment-là car, le jour même de la convention nationale, Shaw appuya deux fois sur la gâchette et abattit sur le podium sa mère et son beau-père. Il se suicida ensuite. C’était le colonel Marco qui, ayant découvert la clé secrète : la dame de carreau, s’en était servi sur Shaw pour déjouer le complot. Il avait alors reprogrammé Shaw pour qu’il tue ses parents et se suicide ensuite. Il donna comme explication « qu’un récipiendaire de la Médaille d’honneur ne pouvait mourir sur la chaise électrique… »

Le Candidat mandchou et la CIA

Richard Condon a peut-être popularisé cette idée d’un candidat mandchou mais elle ne vient pas de lui. Condon ne le savait pas quand il écrivit son roman, mais la CIA avait déjà envisagé un scénario de ce genre. Lorsqu’Allen Dulles, directeur de la CIA, eut à prononcer un discours devant un congrès national des anciens élèves de l’université Princeton, en 1953, il choisit comme sujet « La bataille des cerveaux » que l’Union soviétique aurait alors commencée. Selon Dulles, cette bataille devait se faire sur deux fronts : l’endoctrinement des masses par la propagande et la censure, et le « lavage et la transformation du cerveau » sur le plan individuel grâce auxquels les Soviétiques « lavent complètement le cerveau des pensées et processus mentaux du passé et, probablement par l’utilisation de quelque sérum de mensonge, créent de nouveaux processus et pensées que la victime répète à la manière d’un robot ». Le procédé n’était pas nouveau, déclara Dulles. Depuis au moins les années 30, lorsque les Procès de Moscou révélèrent au monde que le contrôle du cerveau était une véritable menace, le spectre de la subversion de la personnalité et la création d’automates humains font partie du plan soviétique pour la domination du monde.

Les anciennes méthodes soviétiques étaient plutôt frustres, selon Dulles, mais néanmoins efficaces pour amener une « métamorphose mentale » - suffisamment forte qui prouve que « quiconque les dirigeants du Kremlin avaient décidé de détruire ne dirait que ce qu’ils voudraient qu’il dise ». Les Soviétiques avaient beaucoup appris depuis cette époque sur « l’art pervers de briser le cerveau de l’homme ». Les procès en 1949 du cardinal Mindszenty en Hongrie et, en 1952, de Slansky, Löbl et autres soi-disant conspirateurs en Tchécoslovaquie, ne sont qu’une preuve de plus que même les hommes les plus résistants plient sous le poids de l’endoctrinement et des techniques de contrôle du cerveau des Soviétiques.

Pour qu’il y ait une chance de que les Etats-Unis ne perdent pas « la guerre du cerveau », continua Dulles, « nous devons comprendre les techniques dont se sert l’Union soviétique pour contrôler le cerveau humain ». Mais les Etats-Unis sont en désavantage marqué. Non seulement les Soviétiques ont une avance technique de vingt ans, mais le monde occidental est « quelque peu handicapé pour obtenir des renseignements utiles parce que peu d’hommes ont pu quitter les pays du bloc soviétique sans qu’on leur lave le cerveau ». D’une façon encore plus frappante, raconta Dulles à son auditoire, « nous ne disposons d’aucun cobaye humain sur qui expérimenter des techniques extraordinaires ». La CIA s’est arrangée pour surmonter ce dernier handicap en procédant à des expériences sur des citoyens américains qui n’en avaient pas connaissance.

On s’était penché, à l’intérieur de la CIA, sur le problème du candidat mandchou bien avant le discours de Dulles. Un mémoire interne de la CIA en date du 16 février 1951, souligne que :

« L’hypnotisme aurait été utilisé dans certains cas par les Soviétiques en complément d’interrogatoire. Il permet d’abaisser le point de résistance à la révélation de la vérité ainsi qu’à l’action spécifique et au comportement du sujet. Il est possible à un interrogateur soviétique expérimenté d’abaisser la résistance du prisonnier aux fins d’interrogatoire et de ne lui laisser aucun souvenir d’avoir été interrogé. En ce qui concerne l’induction d’une action spécifique par hypnotisme sur un sujet, il est possible de lui donner des ordres, donc de l’envoyer ensuite en mission et de la récupérer à son retour sans qu’il se souvienne de tout ce qui lui est arrivé ».

Des documents rendus publics par la CIA font supposer qu’on a utilisé la narco-analyse sur deux agents soviétiques, en juin 1954. Tous les deux furent drogués, interrogés sous hypnose et soumis à des ordres post-hypnotiques pour provoquer chez eux une amnésie totale. Sur l’un des sujets, on obtint une « remarquable régression » au cours de laquelle il revécut « véritablement certains événements de sa vie passée » et traita son interrogateur comme s’il « était un ami de longue date » en Russie. L’amnésie totale suivit cette régression dans le temps.

La quête de la CIA pour mettre au point un candidat mandchou coûta des millions de dollars et nécessita l’aide de centaines de chercheurs, d’universités, de sociétés pharmaceutiques, d’institutions psychiatriques, de prisons et de laboratoires. Même si la CIA doutait qu’on puisse robotiser des gens, elle voulait continuer ses tentatives car, si on pouvait le faire, quelqu’un le ferait. Il valait mieux que ce soit elle plutôt que les Soviétiques. Est-ce que la CIA, ou quelqu’un d’autre, a réussi ? Est-il possible de reprogrammer le cerveau humain pour qu’il obéisse automatiquement à des ordres ? Est-ce que l’obéissance totale est possible sans qu’il y ait culpabilité, remords ou connaissance consciente ?

 

 

L’hypnose en tant que jeu

Les partisans du point de vue que l’hypnose est un jeu font porter l’attention sur l’interaction entre l’hypnotiseur et le sujet. Chacun veut répondre à l’attente de l’autre. Selon cette manière de voir, les sujets entrant en hypnose désirent agir de la façon dont le font les gens hypnotisés et ils répondent particulièrement bien aux clés que leur donne l’hypnotiseur, lequel les aide à se comporter selon ce qu’on attend d’eux en la circonstance. Martin T. Orne, éminent chercheur sur l’hypnose, a décrit cette manière de jeu dans une étude effectuée en 1959. Orne fit une conférence sur l’hypnose à deux groupes d’étudiants et entreprit de leur prouver ce qu’il avançait. Il fit à l’un des groupes une démonstration de « catalepsie spontanée de la main dominante », expérience jamais encore relevée dans ses travaux sur l’hypnotisme. Ensuite, on hypnotisa des volontaires de chaque groupe. Plusieurs de ceux qui avaient assisté à la « catalepsie spontanée de la main » refirent ce geste sous hypnose alors qu’aucun membre de l’autre groupe ne le fit. Orne croit que les sujets en état d’hypnose agissent de la manière qu’ils pensent qu’on attend d’eux. Ils jouent le rôle de sujets hypnotisés. Orne, dans un article ultérieur, déclare que « le déclenchement de l’état de transe est lié au souhait du sujet d’entrer en hypnose ». Selon Orne, presque toute l’information disponible sur l’hypnose parle de situations au cours desquelles le sujet voulait être hypnotisé et il semble qu’il soit essentiel qu’il y ait comme une forme de « relation positive entre le sujet et l’hypnotiseur » avant de provoquer l’état de transe.

Le Techno-Paganisme et Disciples de T.O.P.Y.

Le Techno-Paganisme s’incarne sur Internet dans Thee Temple ov Psychic Youth (Le Temple de la Jouvence Psychique) ou T.O.P.Y. est une organisation informelle qui, depuis sa fondation en 1981, est passée du stade d’anti culte à celui de culte proprement dit. A l’origine, remise au goût du jour par le groupe Techno-Paien Psychic TV et surtout par son leader Genesis P. Orridge, la secte se réclame des écrits des philosophes et occultistes anglais, Aleister Crowley et Austin Osman Spare. T.O.P.Y. est en quelque sorte la résurgence actuelle de l’Eglise « The Process ».

 

 

Les disciples de l’ancien Process pensaient que le jour du jugement dernier, le Christ et Satan choisiraient parmi leurs fidèles respectifs, les plus dignes de les accompagner dans une autre dimension. Ils considéraient l’Humanité comme une entité, composée de deux « camps » dans lesquels seuls les « forts » pouvaient survivre. En divisant ainsi l’Humanité en deux camps distincts : les forts (les plus qu’humains) d’un coté, et les faibles de l’autre, cela aurait eu, parait-il, pour effet fâcheux d’attirer au sein du Temple, un certain nombre de personnes cultivant les visions inquiétantes de l’idéologie nazie… T.O.P.Y. cultive une vision plus contemporaine (mais néanmoins subversive) : cette facette de l’idéologie du Process a été gommée au profit d’une volonté militante et activiste au sein de notre société. T.O.P.Y. considère, en effet, tout ce qui touche à l’ordre établi, comme néfaste et refuse plus volontiers les doctrines fascistes que ses prédécesseurs.

Car T.O.P.Y. a beau être une secte tolérante envers ses fidèles, sa principale motivation reste la transformation psychologique de l’Humanité afin de se préparer au Troisième Millénaire. Cependant, au contraire du Process où la morale n’entrait absolument pas en ligne de compte dans le comportement – ce qui engendra des excès : on se souviendra de l’horrible assassinat de Sharon Tate en 1969, alors enceinte de Roman Polanski, par la « famille » de Charles Manson, un gourou maniaque installé en Californie du Sud entretient des rapports étroits avec l’Eglise du Process dans les années 1960 – pour T.O.P.Y., il est primordial de combattre tout idéologie basée sur la contrainte et sur l’obéissance, mais de manière positive.

Mystique & Anarchie

En effet, T.O.P.Y. n’accepte aucun compromis. D’obédience politique anarchiste, la secte se rebelle volontiers contre le pouvoir établi. Le T.O.P.Y. Manifesto en est un excellent exemple : « Nos ennemis sont faibles. Nos ennemis sont tridimensionnels. Nos ennemis sont la Continuité et la Cohérence. Nos ennemis sont Restriction et Isolement. Nos ennemis sont lâcheté et peur. Nos ennemis sont Matériels. Nos ennemis sont Direction et Faits ».

 

 

La secte T.O.P.Y. exprime son rejet total vis-à-vis de tout ce qui touche au pouvoir. Pour T.O.P.Y., les valeurs de la vie quotidienne, ses obligations et ses concessions sont sans fondement. Il se situe totalement hors de tout consensus. Pour T.O.P.Y. et ses disciples « les questions sont plus importantes que les réponses ». De plus, T.O.P.Y. verse volontiers dans une interprétation magique du monde (la « Magik », dans le langage du Temple). La vie du disciple type est guidée par l’acceptation du hasard, de la surprise et du chaos au sein même de la vie et en tant que moteur même de la vie (cette philosophie est l’expression même des idées subversives des Illuminati pour asservir et détruire la vie humaine – on reconnaîtra « l’arbre à ses fruits »). Mais c’est aussi dans l’action que se réalisent les disciples de T.O.P.Y. Ils ne veulent pas faire partie du « monde qui dort » comme ils l’appellent dans le T.O.P.Y. Manifesto.

Un disciple de T.O.P.Y. doit être prêt à réagir aux événements que la vie lui impose. Pour T.O.P.Y., le Chaos est la première loi naturelle. Une référence récurrente, au sein de T.O.P.Y. et dans l’idéologie techno païenne, est l’utilisation New Age de la science et de la technique à des fins totalement non scientifiques. Par exemple, pour atteindre des états mystiques, dépasser la dualité âme- corps et réintégrer la conscience moderne aliénée dans la trame de l’Univers. Tout cela témoigne d’un besoin évident de rendre ces croyances efficaces dans une société hyper technologique en perte de valeurs  et de références sacrées. Le techno paganisme imprègne déjà Internet.

La définition la plus simple que l’on peut en faire, serait : une tentative de réflexion sur l’impact négatif produit par les bouleversements idéologiques et technologiques du XXe siècle dans nos vies quotidiennes et y remédier. Il exprime aussi le besoin de remettre en cause les avis des experts et scientifiques qui semblent avoir une part trop importante dans ce que nous devons croire ou non, aujourd’hui. En somme, on peut dire que le techno paganisme est un mélange de mysticisme païen et de new age, accommodé à la sauce technologique.

Raves & Mysticisme

Le techno paganisme de T.O.P.Y. apparaît encore dans la furie électro-bachique qui anime les « Raves Party » où les conventions sociales sont provisoirement suspendues dans l’hystérie collective. Cette forme de transe est censée déboucher sur une décompression totale et une libération psychologique vis-à-vis de notre société. Dans les raves, les danseurs déchaînés et en sueur s’agitent comme dans un rituel chamanique au son de la dance music électronique, sur des rythmes « house » ou « techno » entêtants, atteignant parfois des niveaux sonores faramineux qui les aident à « décoller » vers un autre plan de conscience. Sauf que ce sont des rythmes à deux temps obsédant qui ont en réalité le but de déstructurer la conscience d’un individu, pour aboutir à des comportements anti-sociaux voire suicidaires. L’usage généralisé des drogues comme l’extasy, considéré comme un excitant et un aphrodisiaque, leur a valu le nom de mouvement « Acid House » au cours de l’été 1989, et fut qualifié de « deuxième été de l’amour » par les journalistes anglais.

 

 

Ce qui est paradoxal et ironique dans cette culture de fin de siècle, dont la conception du monde est censée reposer sur la science, c’est qu’elle est devenue le refuge de visions théologiques et de mythes transcendantalistes en tous genres qui témoignent de l’influence persistante de la contre-culture des années 1960-1970 au sein de la communauté technocratique que constitue Internet. Les extases mystiques et les prédictions fumeuses de cette époque ressurgissent dans les prophéties millénaristes des techno hippies, techno païens, militants new age et autres visionnaires. Partout, dans la cyberculture, au sein du XXe siècle, on peut constater la persistance de superstitions bien vivaces. Mais la question à se poser : « A qui profite le crime ? » pas seulement aux industriels et aux commerçants de tous poils (les marchands du temple)…

L’Eglise « The Process »

Ce qui va suivre, est une adaptation très libre de l’article à propos de l’Eglise « The Process » paru dans Alternative Press, en février 1997. Il y a plus de 20 ans que la Process Church of Final Judgment ou The Process a été dissoute et que son fondateur est tombé dans l’oubli. Mais depuis quelques années, une nouvelle génération reprend à son compte ce système de croyances très controversé. Fondée en 1963 en Grande-Bretagne, la Process Church of Final Judgment est d’emblée un groupe de type sectaire, apparenté à la Scientologie. Pendant ces 20 années, elle se propage aux Etats-Unis pour disparaître en 1974. Volontiers sectaires, les principes de « l’Eglise » sont basés sur la volonté intérieure et la discipline. Le mot d’ordre est : « Celui qui ne se souvient pas de ces erreurs passées, est condamné à les répéter ».

Le but de chaque disciple est de maximiser ses actions et leurs conséquences au niveau de la vie quotidienne et spirituelle. L’exploration des plus profonds désirs, fantasmes et motivations de chacun est la clef de voûte de toute la philosophie de T.O.P.Y. Comme au sein de l’Eglise de Scientologie du défunt Ron Hubbard, les fidèles doivent prendre conscience au mieux de leurs envies, leurs pulsions profondes dans le but de les combattre ou au contraire les réaliser, déclenchant ainsi The Process, le processus. Le Process n’est donc ni un jeu, ni un concept marketing pour vendre des livres ésotériques ou des disques de musiques « métal » ou « gothiques ».

Actuellement, de nombreux écrivains, musiciens et artistes réinvestissent les écrits de son fondateur Robert De Grimston. Certains historiens des religions signalent que cela va dans le sens de la folie fin de millénaire. Le nom même de Process (processus en français) provient de la Scientologie. Elle encourage la personne à se transformer mentalement, à devenir plus forte et à obtenir ainsi plus de pouvoir.

A l’automne 1966, les membres du Process se rencontrent au Mexique pour clarifier leur religiosité croissante. En effet, certains événements les poussent à reconsidérer la question divine. Ils sont sous l’emprise de « phénomènes divins ». Pour De Grimston, le Christ et Satan ne sont pas ennemis. Ils ont été capables de résoudre leurs conflits et vivent en harmonie. La peur est à la base de la destruction même de l’homme (ce qui n’est pas faux non plus). Parce que De Grimston pense que les systèmes sociaux modernes s’imposent par la peur, il décrit le XXème siècle comme « le temps de la mort ». Les hommes ont été éduqués d’une manière telle qu’ils sont aveugles à la veille de l’Apocalypse. Quand elle va arriver, les hommes seront trop apeurés pour se sauver. Ce jour-là, le Christ et Satan jugeront les âmes et seulement les hommes fiers et sans peur pourront accéder à l’Eternité et au Nouvel Age…

De retour à Londres, ils font l’objet d’une forte couverture médiatique. Grâce à la presse sensationnaliste, leur culte se répand très vite. Fin 1967, des chapitres sont installés à Toronto (Canada) et aux Etats-Unis. Pour le Process, la loi de l’Univers est : « Tu recevras autant que tu donnes ». Des petites communautés se créent autour des chapitres. Ils ouvrent des centres d’aide publique et par ce biais, recrutent des nombreux acteurs, artistes et personnalités du show-biz au sein de l’Eglise. L’Eglise ratisse large, elle accueille toutes les confessions, toutes les orientations sexuelles ou autres (Gays, Lesbiennes, Sado-masochistes, Fétichistes…). Mais l’Eglise du Process entre vite en concurrence avec l’Eglise de Satan (Church of Satan) de Anton LaVey. Au début, les médias font des confusions entre les deux groupes. L’Eglise du Process se réjouit de cette condition, car elle veut accueillir le plus de gens bizarroïdes possible, le plus d’acteurs possible de la contre-culture, même dans le domaine de la pornographie. Elle va même jusqu’à recruter auprès des bikers.

Charles Manson (le commanditaire de l’assassinat de Sharon Tate) a ingurgité une grande quantité d’écrits de De Grimston. Mais le seul lien connu entre « la famille » Manson et le Process, s’arrête au niveau idéologique. A la suite du procès de Charles Manson, l’Eglise connaît des conflits internes et est démantelée en 1974. Son fondateur entre au sein d’un groupe chrétien New Age. Il est pour bon de signaler que la croix du Process représente quatre P qui s’entrecroisent, symbolisant l’union de personnes venant d’horizons totalement différents. Tous les symboles, tous les noms, qui étaient en quelque sorte marque déposée, ont été repris avec l’accord des membres originaux de L’Eglise du Process. Actuellement, on constate une renaissance du mouvement sur Internet sous le nom de Temple Ov Psychick Youth ou T.O.P.Y.

En 1945, Ron Hubbard s’associe avec un certain Aleister Crowley, le dirigeant d’une secte satanique. Aleister Crowley se fait appeler « La Bête 666 », servant de l’Antéchrist. Il préconise d’étranges pratiques sexuelles et l’utilisation de drogues à accoutumance. Grâce à lui, Ron Hubbard rencontre John Parsons, alias Jack, chimiste de son état et l’un des premiers membres du laboratoire de Jet Propulsion en Californie, mais dont la magie constitue la passion nocturne. Hubbard et Parsons se mettent à pratiquer des rituels sexuels sur Sara Elizabeth Northup, alias Betty qui désire devenir la mère de Babalon, l’incarnation du Mal.

Le Contrôle de la Pensée et le Nouvel Ordre Mondial

« Tous les dictateurs et tous les tortionnaires du monde vivront en vous et par vous tant que vous n’aurez pas intégré l’essence du mot liberté ».

Dans les dossiers de la CIA, une note rendue publique au comité du congrès américain nous apprend l’expérimentation des micro-ondes sur les êtres humains. Les armes à énergie directe couramment utilisées par la CIA sont les suivantes :

« VOICE SYNTHESIS » qui permet l’envoi à distance d’un faisceau « audio » dans le cerveau d’individus sélectionnés. On le trouve aussi sous le om « télépathie synthétique » ou encore « communication spatiale télépathique électronique » dans le vocabulaire de la NASA. Ces armes sont fabriquées par la Lockheed-Sanders et par le très connu « Los Alamos Nationale Laboratories ». Des informations publiées dans une revue militaire américaine inclineraient à penser que lors du siège tenu par le FBI/BATF contre la secte « Branch Davidians » dirigée par David Koresh à Waco (Texas) on aurait utilisé de telles armes pour faire croire à ce dernier que Dieu lui parlait…

Un autre appareil à pulsation de micro-ondes peut transmettre des signaux audibles uniquement par la personne choisie. Cet appareil peut être construit avec un banal fusil radar. Le faisceau de micro-ondes peut être modulé à des fréquences audio et transmettre des voix directement au cerveau. Le Dr J.C. Sharp suivit des testes lors d’expériences en 1973 à l’institut de recherches militaires de Walter Reed. Il pouvait comprendre des paroles transmises dans une chambre d’isolation sans écho via un audiogramme pulsé en micro-ondes dirigé vers son cerveau.

La CIA étudie en profondeur les effets des rayons électromagnétiques concentrés à ultra haute fréquence pour provoquer « agitation » ou « faiblesse » ainsi que les effets des micro-ondes pour augmenter les effets des drogues, des bactéries, des virus ou affecter le fonctionnement du cerveau.

Le CLIPPER CLAPSTONE est également une trouvaille de taille. Construit à l’aide de deux microprocesseurs, il est manufacturé par une importante agence américaine d’espionnage. Ce système utilisa un « Algorithme secret » nommé « Skipjack » qui permet d’encoder ou de décoder toute conversation téléphonique de même que toute donné informatique. Le gouvernement américain souhaiterait implanter ces micro-chips en tant que norme officielle dans toute l’industrie des traitements de données informatiques indépendamment de la volonté et du consentement du public. De cette manière, les ordinateurs, les téléphones et télécopieurs seraient équipés de ces deux puces-espions.

 

 

Les puces vont bientôt gouverner

La technologie cachée derrière le nouveau Micro-Chip humain n’est pas très compliquée et avec un peu de raffinement, pourrait être utilisée dans une large variété d’applications humaines. D’une manière plus que convenable un numéro pourrait être assigné à chacun dès la naissance, et faire partie intégrante de la vie de celui-ci jusqu’à sa mort. Vraisemblablement, cette puce électronique pourrait être implantée sous la peau ou le revers de la main et celle-ci pourrait servir de « carte d’identification universelle » ; ce qui remplacerait les cartes de crédit, les passeports, les permis de conduire, etc.

Ces puces, pour l’instant, sont utilisées pour repérer, contrôler et identifier les animaux de ferme, les animaux domestiques, les oiseaux et tous produits manufacturés. Actuellement, ce nouveau système se répand très vite sur la planète. Aujourd’hui, le numéro d’Assurance Sociale se compose d’une série de 9 chiffres. Selon d’autres informations reçues, ce système sera un jour remplacé (avec l’aide de nouveaux ordinateurs), par une série internationale de 18 chiffres numériques : le « MESH-BLOCK », une configuration internationale qui permettra de repérer n’importe qui sur la planète.

Cette nouvelle série de 18 chiffres sera divisée en 3 parties, c’est-à-dire, 3 séries de 6 chiffres chacun, soit 666.

Avec ce nouveau Micro-Chip d’identification internationale, il sera alors possible d’imposer un Nouvel Ordre Mondial, à l’intérieur duquel tous ceux qui n’auront pas reçu ou qui auront refusé cette marque d’identité, n’auront aucun droit, ni d’acheter ni de vendre.

Cela veut dire quoi du jour au lendemain ? Aucune possibilité de travailler, de recevoir un salaire, de pouvoir se loger, de s’acheter un moyen de transport.

Comment voulez-vous vendre des objets personnels si l’argent « liquide » n’existait plus ?

Un Gouvernement Mondial permettant le contrôle, la surveillance directe de tous les individus sur la planète, par l’utilisation d’un Micro-Chip biologique d’identification internationale c’est une chose ; mais de quelle façon ces personnes à la tête de la finance internationale, les Illuminati comptent-ils s’y prendre ? Par le biais de l’économie, une crise économique sans précédent dans l’histoire humaine, pour amener les nations à accepter, de gré ou de force, l’installation d’un Gouvernement Mondial. L’ingrédient clé dans cette formule est de mettre en banqueroute financière la machine économique internationale. En créant, par exemple, un Krack boursier et monétaire qui déclencherait une crise économique sans précédent dans l’histoire. L’interdépendance des économies actuelles, les concentrations économiques et les fusions-acquisitions par les grosses sociétés peuvent favoriser dans l’avenir ce scénario.

On parle de coupure au niveau des programmes sociaux, jamais au niveau des programmes militaires. On touche directement les populations. Donc, cela obligera les Etats-Nations à se tourner vers le Fonds Monétaire International de l’O.N.U. et la Banque Mondiale pour les sortir de la crise, mais la condition sera que les emprunteurs, les Etats-Nations, devront abandonner leur souveraineté nationale. « L’abandon, lentement, étape par étape, sans que cela paraisse, de la souveraineté nationale ». Voila les différents mécanismes établis en fonction de l’instauration d’un Gouvernement Mondial, d’un Nouvel Ordre Mondial, d’une Conspiration du Nouvel Age.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 avril 2021 5 09 /04 /avril /2021 23:58

Comprendre et savoir utiliser la Loi de l'attraction

Tout est pure énergie !

 

 

« La Loi de l’Attraction fonctionne sans cesse dans tout l’Univers, et le seul grand fait qui ne change jamais à son sujet, comme nous l’avons trouvé, est que le semblable attire son semblable. »  Ralph Waldo Trine, 1897.

« La Loi de l’attraction vous apportera certainement et infailliblement les conditions, l’environnement et les expériences de la vie, correspondant à votre attitude mentale habituelle, caractéristique et prédominante. » Charles Haanel, 1912.

La loi de l’attraction suggère que vous pouvez attirer des choses positives ou négatives dans votre vie par le biais de vos pensées et de vos actions. Elle se base sur une théorie qui indique que tout est fait d’énergie et que le type d’énergie que vous envoyez dans le monde vous reviendra. Si vous êtes prêt(e) à utiliser la loi de l’attraction pour dire au monde ce que vous voulez, commencez par vous créer un état d’esprit positif. Ensuite, travaillez à réaliser vos objectifs et à affronter les contretemps avec une attitude positive.

La Loi de l’Attraction est la croyance qu’en se concentrant sur des pensées positives ou des pensées négatives, les gens peuvent apporter des expériences positives ou négatives dans leur vie. Cette croyance est fondée sur l’idée que les personnes et leurs pensées sont à la fois de la « pure énergie », et que, par le processus de « l’énergie attire une énergie semblable » une personne peut améliorer sa propre santé, sa richesse, et ses relations personnelles.

La Loi de l’Attraction compte parmi les plus populaires des « Lois Universelles » des mystiques. Les partisans de cette croyance associent généralement des techniques de recadrage cognitif avec des affirmations et des visualisations créatrices pour remplacer des pensées limitantes ou auto-destructrices (« négatives ») par des pensées plus autonomes et adaptées (« positives »). Un élément clé de cette pensée est de changer efficacement ses schémas de pensée négative en « ressentant » (par la visualisation créatrice) que les changements souhaités se sont déjà produits. Cette combinaison de pensée et d’émotion positives permettrait d’« attirer » des expériences et des opportunités positives en se mettant en résonance avec la « Loi » énergétique proposée.

Le fonctionnement de la Loi d’attraction

L’esprit subconscient tire des conclusions correctes et exactes des implications fournies par des sources extérieures. Quand la prémisse est juste, l’esprit subconscient parvient à une juste conclusion, mais quand la prémisse ou la suggestion initiale est erronée toute la structure s’effondre. L’esprit subconscient ne s’engage pas dans le processus de démonstration et de recherche de preuves. Il compte sur l’esprit conscient, « le gardien ou le veilleur » posté à son entrée pour le protéger des fausses impressions.

Acceptant toute suggestion comme vraie, l’esprit subconscient agit immédiatement en fonction de celle-ci et propage son activité sur toute l’étendue de son champ opératoire. L’esprit conscient suggère la vérité ou l’erreur. L’esprit conscient devrait être de service pendant tous les instants de veille. Quand le « gardien » est de repos ou que son jugement est suspendu, sous l’impact de diverses circonstances, l’esprit subconscient n’est plus surveillé et il est ouvert aux suggestions de toutes provenances.

L’esprit subconscient perçoit par l’intuition. C’est pour cette raison que ses processus sont rapides. Il ne passe pas par les procédés lents et longs du raisonnement conscient. En réalité, il ne sait pas le faire.

L’esprit subconscient ne dort jamais, il ne se repose jamais, pas plus que votre cœur ou votre sang. On a découvert qu’en spécifiant simplement à l’esprit subconscient ce qu’il doit accomplir il active les forces qui conduisent au résultat désiré. Là est donc la source du pouvoir qui nous connecte au Pouvoir tout puissant.

Le fonctionnement de cette loi est fort intéressant. Ceux qui l’appliquent découvrent, par exemple, que lors d’un entretien qu’ils redoutaient, que quelque chose s’est passé qui a dissous les obstacles anticipés ; tout est différent, tout est devenu harmonieux. Ils découvrent que lorsqu’un problème d’affaires difficile surgit, ils peuvent s’accorder un délai et que quelque chose leur suggèrent la bonne solution, tout s’arrange au mieux ; en fait, ceux qui ont appris à faire confiance à leur subconscient découvrent qu’ils ont des ressources infinies à leur disposition.

L’esprit subconscient est le centre de nos principes et de nos aspirations. Il est la source de nos idéaux artistiques et altruistes. Ces instincts, ces principes innés, ne peuvent être vaincus que s’ils subissent des travaux de sape habiles et répétitifs.

Comment vous créez un destin magique

En maîtrisant la Loi de l’attraction, vous obtiendrez tout ce que vous voulez et vous vous créerez un destin magique. Votre liberté consiste à choisir de vivre cette destinée magique ou de vous débattre dans une existence difficile, qui ne vous plaît pas, en laissant la peur et le doute dicter votre conduite. C’est à vous de décider. Ce choix, vous avez le pouvoir de le faire à tout moment.

Pour utiliser la loi de l’attraction dans le sens positif, il est fondamental de comprendre que vous êtes maître de votre destinée. En effet, ce que nous cherchons tous véritablement, c’est le bonheur. Certaines personnes estiment, à tort, que en atteignant certains buts, ils accéderont au bonheur. D’autres pensent subir leurs expériences de vie sans être vraiment libres de choisir. En réalité, la liberté consiste à décider d’être heureux. En vous mettant dans cet état d’esprit, vous avez le pouvoir de cocréer votre univers. Vous êtes amené à vivre certaines expériences qui vous rendront heureux ou vous combleront.

Que vous le vouliez ou non, la loi de l’attraction agit tout le temps et, par conséquent, vous êtes sans cesse en train d’attirer à vous des expériences positives ou négatives. A partir du moment où vous acceptez cette responsabilité, vous reprenez le contrôle sur le sens de l’attraction. Vous ne dépendez plus du prétendu destin ou de l’humeur de vos proches, vous redevenez le centre de votre univers et le seul maître à bord des décisions à prendre.

Des études ont démontré que les gens qui disent avoir de la chance vivent plus d’expériences agréables que ceux qui prétendent le contraire. Le seul fait que vous pensiez avoir de la chance va en provoquer. De plus, les gens positifs voient une occasion favorable là où d’autres se plaignent d’un problème. Il s’agit seulement de points de vue différents.

Seul le bonheur mène au succès et non l’inverse

Shawn Achor, psychologue, chercheur et conférencier, auteur de la formule du bonheur, a passé la plus grande partie de sa carrière à étudier ce qui provoque le bonheur et la pensée positive. Selon lui, la conception erronée acceptée par le plus grand nombre est que le bonheur dépend majoritairement des circonstances extérieures à l’individu. 90 % du bonheur sur le long terme est déterminé non par vos circonstances extérieures, mais par la manière dont votre cerveau perçoit la réalité du monde.

Le succès n’est pas le bonheur. Si nous changeons notre recette du succès et du bonheur, nous pouvons alors changer notre manière d’affecter la réalité. Shawn Achor a traversé 44 pays en quatre ans, il s’est rendu compte que la plupart des écoles et des entreprises partagent le principe suivant : « Si je travaille plus, j’aurai plus de succès ; et si j’ai du succès, alors je serai heureux. » Cette croyance se retrouve à tous les niveaux, que ce soit dans l’éducation des parents, dans l’enseignement scolaire, dans le monde de l’entreprise et du travail.

Cette manière de voir le succès est erronée pour deux raisons. Tout d’abord, dès que nous atteignons un but, nous changeons ce but immédiatement, donc nous changeons ce que le mot succès veut dire. Par exemple : vous avez de bonnes notes à l’école, vous voulez de meilleures notes. Vous avez un emploi, vous désirez une promotion. Vous achetez une maison, vous en voulez une plus grande. Vous atteignez vos objectifs de vente, on vous les double. Si le bonheur se trouve à l’autre extrémité du succès, vous n’y parviendrez jamais.

En réalité, le cerveau fonctionne différemment, si nous pouvons augmenter le bonheur de quelqu’un, son niveau de succès augmentera immédiatement. Tout simplement parce que le cerveau travaille beaucoup mieux sous l’effet du bonheur qu’en mode neutre ou négatif (stress, anxiété). Votre intelligence augmente, votre créativité augmente et votre énergie augmente. Il est donc essentiel de changer sa manière de penser.

 

 

Partager cet article
Repost0
8 avril 2021 4 08 /04 /avril /2021 01:10

La Loi de résonance ou d'attraction

Que faire quand cela ne fonctionne pas comme nous voulons ?

 

 

« Une collision de galaxies engendrée par la force de gravitation et d’attraction ? Ou alors, ces galaxies sont-elles tombées amoureuses l’une de l’autre, et cherchent-elles ainsi à fusionner ensemble pour connaître l’amour et le bonheur ? » Qui sait… Les forces et les mystères de l’univers sont insondables ! En tout cas, c’est une belle vision poétique !

Ce que nous devons savoir

La spiritualité est un chemin personnel, l’esprit n’est pas le mental.

L’esprit n’a rien de matériel : on peut seulement en observer les effets. L’esprit est le Soi androgyne d’origine Divine, l’âme est le Moi sexué qui peut être alternativement masculin ou féminin, c’est ce qu’on appelle le « moi profond, ou supérieur ».

Notre identité première

Qui sommes-nous en réalité ?

Cette Mémoire originelle, c’est bien sûr celle de notre identité première. C’est celle que certaines Traditions associent au Soi, par opposition au Moi qui, quant à lui, est la résultante des masques portés par l’enfilade des égos secrétés et utilisés par une âme au cours de ses innombrables incarnations. Voilà pourquoi nous sommes tous des êtres-gigognes.

Une fois cela assimilé, il faut maintenant comprendre que les réalités denses que nous expérimentons à travers la succession des personnalités qui constituent notre Moi global sont recouvertes par la réalité vibratoire du Principe de l’âme, momentanément sexuée, une réalité qui est elle-même recouverte par la projection du Principe de l’Esprit qui est androgyne, non sexué.

Clarifier notre perception de la Vie à partir d’un tel schéma est capital même si cela demande une « petite gymnastique de l’esprit ».

C’est déjà s’ouvrir à de véritables perspectives d’avancement et s’autoriser un changement de niveau de conscience.

C’est aussi mieux comprendre la fonction et le but suprême des tâtonnements et apprentissages, parfois rudes, qui façonnent le fond de notre être au fil des incarnations.

C’est enfin poser un regard différent, cicatrisant et ennoblissant sur tout ce qui est et qui, trop souvent, nous fait souffrir.

Pour résumer tout ceci, je dirais qu’il est donc guérissant de réaliser pleinement que le karma n’est en aucun cas un moteur à fonction punitive mais bel et bien une dynamique basée sur l’équilibre et l’équité. Le résultat d’une Intelligence qui vise petit à petit à nous enseigner afin que nous retrouvions la Mémoire au sommet de la chaîne de nos souvenirs.

Il en résulte que les masques et les ruses engendrées par la Maya (illusion) ne sont finalement rien d’autre que les outils de déblaiement inventés par le Soi, l’Esprit (unité et parcelle divine), afin qu’il puisse lui-même s’expansé et réintégrer le Divin.

C’est une véritable initiation que de parvenir à saisir cet ensemble de vérités et à l’intégrer jusqu’au plus intime de notre cœur, là où réside notre atome-germe.

La Loi de résonance ou d’attraction

Ce qui relève de la spiritualité, c’est ce qui concerne cette partie profonde et impalpable du Soi qui est en nous que l’on nomme l’Esprit, en laquelle repose les notions de volonté, d’amour inconditionnel, de force morale, de pardon et de compassion.

En ce qui concerne la loi de résonance ou d’attraction, celle-ci n’est pas une loi spirituelle, à proprement parler, mais neuroscientifique et « psi », en ce qui concerne le rôle de l’émetteur/récepteur humain, et physique en ce qui concerne la circulation de l’information dans l’environnement.

La considération de son fonctionnement au niveau de l’entité humaine fait apparaître que la programmation mentale indispensable à la mise en action consciente de ce phénomène relève de l’indissociabilité corps/mental, et tant que l’homme est esprit dans un corps, il ne peut en être dissocié.

Là où l’esprit, ou l’âme, entre en jeu, c’est en ce qui concerne le libre arbitre, le libre choix moral des raisons d’utiliser ces lois de la Nature.

La spiritualité c’est aussi la compassion, le don de soi, la noblesse d’âme, le pardon, la générosité, le non-jugement, la patience, l’altruisme, toutes ces vertus spirituelles découlent d’un seul et unique principe primordial : l’Amour.

Or l’Amour, source de tout principe spirituel, osons le dire, est d’origine Divine, est un amour inconditionnel qui ne cherche pas son propre intérêt mais celui de l’autre. Il serait absurde de prétendre aimer autrui si l’on se déteste soi-même ; mais l’amour de soi doit être bien compris. Il ne s’agit pas de passer des heures devant sa glace à se dire « je t’aime » et à se complimenter sans arrêt, mais réside dans l’acceptation de soi, tel que l’on est, et dans la perspective de ce qu’il est possible d’améliorer.

Utiliser vos capacités spirituelles en ce qui concerne la loi de résonance vous aidera par contre à révéler la meilleure version de vous-même.

Vous réalisez n’implique pas nécessairement de devenir égoïste ou orgueilleux ; c’est, et ce doit être surtout un moyen de pouvoir mieux donner autour de soi.

Votre esprit est aussi celui qui devrait vous souffler continuellement que la recherche du bonheur est un voyage supérieur dont le but n’est pas uniquement d’obtenir et de cumuler les biens et le confort matériels, mais avant tout de chercher, en vue de son bien propre et de celui d’autrui, à devenir chaque jour une personne un peu meilleure.

L’esprit a pour première capacité le libre arbitre, et c’est lui qui va vous orienter dans vos choix de vie, en prenant la responsabilité de ces choix et de leurs conséquences.

Le mental quant à lui, est soumis aux directions de l’esprit, le libre arbitre et l’intelligence ; mais ce mental (ou psychisme), s’il est influencé par les impulsions de l’esprit, reste totalement lié au corps : il englobe les données renvoyées par le corps, par le biais des sens, des émotions (qui sont des processus neurochimiques), au moyen d’échanges constants d’informations, qui s’influencent et se renforcent mutuellement. Ces renforcements permanents ont fini par constituer votre programme de fonctionnement : ce que vous appelez votre personnalité, ou faussement, votre « nature ».

Quant au cerveau, il est l’interface entre le corps et l’esprit : il est l’organe qui reçoit et traite les informations de votre moi supérieur, et celles provenant de vos sens et de vos ressentis/réactions corporels, de votre environnement.

Le développement personnel travaille essentiellement sur l’alignement de votre système corps : sens, énergies – mental : traitement de l’information, croyances, apprentissage, recadrage, etc. – esprit : valeurs, aspirations profondes – afin de vous conduire à la pleine réalisation de vous-même et de vos objectifs de vie.

Le fonctionnement de la loi de résonance, quant à lui, relève de lois de la nature, de lois physiques, pourrait-on dire, et actuellement, les champs d’exploration issus de la physique quantique pourraient bien sous peu avancer une explication sur le fonctionnement de cette loi. De la même manière qu’on ne voit pas les ondes radio, ni même le vent, nous en constatons les effets ; il en est ainsi de la loi de résonance ou d’attraction.

En conclusion : La loi de résonance ou d’attraction est un état de fait dont on peut soit subir les conséquences, soit profiter des avantages, puisqu’elle ne fait que répondre (résonance) à nos propres émissions vibratoires (informations) qui dépendent directement de notre programmation consciente, conséquence d’une reprise de contrôle. Nous devons décider des informations et croyances que nous choisissons de laisser imprégner notre subconscient.

Comment fonctionne cette loi de résonance ou d’attraction

Concrètement, que dit cette loi d’attraction ?

Tout ce sur quoi vous focalisez votre attention et qui occasionne chez vous un état émotionnel marqué et durable tend à devenir réalité. Que ce soit une aspiration ou une crainte.

Mais attention : cela ne signifie pas que vous allez « matérialiser » immédiatement ou presque toute pensée dominante.

Votre programmation subconsciente joue un rôle déterminant. Toute la question est, par conséquent, d’apprendre à contrôler ses pensées et émotions, son état d’esprit dominant : c’est là ce qui fera toute la différence, et vous permettra de mettre cette vérité d’observation à votre service, plutôt que d’en subir les conséquences.

La plupart des gens endurent cette loi sans en être conscients.

Prenons par exemple cette fameuse « loi des séries » : Une suite de chance ou de malchance, cela n’a pas de sens.

Demandez-vous un instant pourquoi certaines personnes seraient dotées de chance et d’autres de malchance ? Selon quel favoritisme ou bien quelle injustice ? Avez-vous une réponse satisfaisante ?

Pourquoi la chance ou la malchance auraient décidé de se préoccuper de vous ? En fonction de quel critère vous favoriserait-on ou au contraire vous nuirait-on ?

En toute logique, cela n’a aucun sens.

Il faut donc qu’il y ait une autre explication.

Prenons donc pour base cette observation avérée que tout état d’esprit dominant, vécu sur le long terme ou bien ponctuellement mais avec une décharge émotionnelle puissante, tend à attirer vers vous des circonstances ou personnes se situant « sur la même longueur d’onde ».

Cette loi des séries s’explique ainsi beaucoup plus logiquement.

Imaginons que, dès le matin, un événement fâcheux se produise. Celui-ci va immédiatement vous perturber, vous agacer, vous démoraliser, vous inquiéter. Pour peu que cet événement ait eu suffisamment d’impact sur vous, votre état d’esprit va s’en trouver considérablement affecté : en positif comme en négatif. Vous allez donc attirer vers vous de façon d’autant plus rapide que votre état émotionnel est concerné, d’autres événements entrant en résonance avec celui-ci.

Ceci jusqu’à ce que l’onde de résonance s’atténue, suffisamment pour ne plus rien provoquer. Si vous vous laissez affecter par un événement quelconque, voici ce qui va se produire et vous direz « Je n’ai décidément pas de chance aujourd’hui : tout s’acharne contre moi ! » Ou bien « Aujourd’hui, c’est mon jour de chance ! »

En complément d’explication, il faut comprendre aussi que la manifestation d’événements positifs ou négatifs peut ne pas intervenir immédiatement. Elle peut, en effet, être une sorte d’écho d’une période d’euphorie ou de stress passée, survenant à distance de celle-ci.

L’un dans l’autre, rien n’arrive « par hasard » : votre attitude envers la vie est déterminante pour favoriser ou défavoriser votre chemin, vos initiatives, vos projets.

Votre état d’esprit dominant est également impliqué de façon extraordinaire dans votre état de santé, votre niveau d’énergie globale, vos capacités de guérison.

Une conclusion s’impose d’emblée :

Si vous êtes de ces personnes qui passez vos journées à regarder le verre à moitié vide plutôt que de le voir à moitié plein, si vous vous attardez sur ce qui n’a pas fonctionné de suite comme vous l’auriez souhaité, si vous trouvez toujours des occasions de vous plaindre, de vous positionner en victime des autres, des circonstances, vous pouvez être certain que les choses ont de grandes chances de ne jamais tourner à votre avantage. Vous entretiendrez un cercle vicieux : le négatif attire le négatif, comme le positif attire le positif.

Pourquoi ? Vous allez comprendre.

La Loi de Résonance ou d’Attraction est un processus qui fonctionne à deux niveaux

Le plan neuroscientifique

Lorsque vous focalisez sur une question ou un but, votre cerveau, conçu à l’origine pou garantir votre survie, va interpréter l’information en mode « binaire » en fonction des émotions associées.

En clair :

1 = bon, bénéfique, essentiel, c’est un besoin important pour vous.

0 =  dangereux, néfaste, nuisible, à éviter.

Dans les deux cas, il va envoyer le même ordre à votre corps ainsi qu’à votre subconscient : repérer tout ce qui se rapporte à l’information donnée, dans votre environnement et vos mémoires implicite (inconsciente) et explicite (consciente). Que ce soit pour obtenir, réaliser, ou éviter, vous protéger, la zone de votre cerveau responsable du filtrage des informations utiles, appelée Système d’Activation Réticulaire, sait qu’elle doit passer cette information en mode prioritaire. Ce système s’active donc dans le sens de l’information/émotion reçue.

Les conséquences directes seront que vos sens vont capter dans l’environnement toutes les informations relatives à ce message. Par exemple : Vous avez décidé qu’il vous fallait telle voiture : vous allez vous mettre à la voir de plus en plus autour de vous. Vous souhaitez vous lancer dans telle activité : vous entendrez parler partout, vous percevrez un maximum d’information à ce sujet.

Vous serez aussi plus affuté sur le plan perceptif, c’est-à-dire que vos sens et votre attention seront naturellement affinés, percutants, en présence de toute informations relative à votre centre d’intérêt.

Le SAR peut également s’activer lors d’émotion négatives comme la peur, les craintes, dans le cadre de votre projet et vous mettre en condition de capter dans l’information environnante tout ce qui pourrait les confirmer : une première bonne raison de ne se focaliser que sur le positif et de partir gagnant.

Concentrez-vous sur ce que vous voulez et non sur ce dont vous ne voulez pas ou plus dans votre vie.

Le plan quantique/information

Votre cerveau émet de l’information sous forme de fréquences vibratoires. D’intéressantes études menées par des instituts scientifiques ont mis en évidence que le cœur possédait lui aussi un champ magnétique, soixante fois supérieur à celui du cerveau, et qu’il était capable de percevoir l’information bien avant ce dernier. L’humain est un véritable émetteur/récepteur d’information, qui se synchronisent avec les fréquences similaires, qu’elles soient humaines ou environnementales à l’échelle de l’Univers.

En fonction de l’information dominante, de celle qui est émise avec le plus de précision et de puissance, vous entrez en quelque sorte en résonance avec les informations similaires, et commencez à les attirer dans votre environnement direct. Ne vous est-il jamais arrivé de penser à une personne de laquelle vous n’avez pas de nouvelles depuis longtemps, et de recevoir le jour même ou le lendemain un appel téléphonique, une lettre, ou même de croiser cette personne alors que vous ne vous y attendiez pas ?

A l’inverse, vous redoutez fortement de rencontrer untel ou unetelle… et vous tombez nez à nez avec lui ou elle là où vous ne l’attendiez pas !

Votre cerveau ne comprenant pas la négation, que vous pensiez à cette personne d’une façon négative ou positive n’a pour lui aucune incidence : vous y avez pensé suffisamment fort pour émettre l’information suivante : l’image de cette personne. En conséquence, vous l’avez attirée dans votre environnement.

Ces deux processus en un, fonctionnent simultanément et dans le même objectif : vous amenez à réaliser votre but.

En focalisant sur votre objectif avec l’état d’esprit adéquat : Vous vous conditionnez à être le plus efficace possible en matière de perception des informations essentielles. Vous provoquez une résonance qui attire dans votre environnement toute une série d’informations et d’événements liés à votre but. Il est donc capital que vous soyez motivé, enthousiaste, déterminé et que vous vous efforciez d’adopter un état d’esprit positif.

J’insiste encore une fois : ne pensez qu’à ce que vous voulez expérimenter !

Physique quantique, information et loi de résonance

Les scientifiques, en particulier les spécialistes de la physique quantique et de la physique de l’information, nous expliquent que tout est vibration.

Prenez un bloc de glace, en le chauffant, nous allons élever la fréquence vibratoire de ses molécules. Nous obtenons de l’eau. Il s’agit toujours de la même substance, mais elle a changé de consistance. Continuez de chauffer (et donc d’élever la fréquence vibratoire), vous obtenez de la vapeur d’eau. En conséquence, entre l’état solide et l’état gazeux, tout n’est qu’une question de fréquence vibratoire.

La mécanique quantique affirme que la matière en apparence solide est en fait de l’énergie dont la fréquence vibratoire a été considérablement abaissée. Lorsque les physiciens observent un atome, au-delà du noyau et des électrons qui gravitent autour de lui, ils constatent que ces particules sont elles-mêmes constituées de microparticules et de vide.

La théorie des cordes affirme que tout, absolument tout, est constitué de cordes d’énergie microscopiques, qui vibrent en permanence. La forme que prend la matière est déterminée par ces fréquences vibratoires.

Nous sommes nous-mêmes constitués d’atomes, par conséquent, nous sommes des êtres vibratoires. Nous émettons de l’information.

Nikola Tesla aurait même expliqué : « Si vous voulez trouver les secrets de l’Univers, pensez en termes de fréquences, d’énergies et de vibrations. »

John Wheeler, de son côté, affirme : « A présent, je pense que tout, absolument tout dans l’Univers, se résout, finalement, à de l’information. »

Dans le domaine de la recherche scientifique, certains physiciens s’intéressent à présent de près à la physique de l’information, une discipline en plein essor actuellement.

Il faut tenir compte en tout ce qui concerne l’Homme, des influences et interactions réciproques entre lui-même et cet environnement, qui inclut : la société, la nature, les lois physiques, les ondes, les énergies, l’univers…

Au regard des dernières découvertes scientifiques et des études actuellement en cours, il apparaîtrait que l’information est à l’origine de toute énergie/matière, et qu’elle est omniprésente dans l’environnement.

Une première piste d’explication de notre loi est la suivante :

Selon le principe des fréquences vibratoires similaires qui s’attirent immanquablement, les informations que nous émettons au sujet de ce qui nous importe le plus : aspirations, projets, valeurs, émotions, sentiments… attire dans notre environnement direct sous forme d’informations, d’événements, de personnes ou de circonstances, les fréquences vibratoires de nature similaire.

Une autre explication possible, plus récemment envisagée celle-ci, découle de la théorie de la double causalité.

Pour appréhender ce concept, il faut faire abstraction du temps, qui dans l’absolu n’existe pas (le temps n’étant qu’une conception humaine déterminée par le mouvement et l’action) et adopter ce que l’on nomme dans le milieu cinématographique le « point de vue de Dieu », c’est-à-dire la vision la plus globale, totale des événements, dans laquelle toutes les potentialités existent simultanément.

La loi de résonance, d’après cette théorie, pourrait s’expliquer par le fait que votre libre arbitre en émettant une intention (donc en faisant un choix), vous oriente comme un émetteur récepteur quantique sur la fréquence de la potentialité correspondante, laquelle vous dirige ensuite vers sa réalisation.

Comment la loi de résonance répond à votre engagement

Une fois que vous aurez décidé de changer, de devenir une personne positive, combative et motivée, vous allez pouvoir constater que progressivement, non seulement vous changez, mais votre environnement, les événements, les circonstances commencent à changer eux aussi.

Vous aurez l’impression d’avoir de plus en plus de « chance ».

Des phénomènes appelés « synchronicités » vont commencer à se produire.

Une synchronicité est, en quelque sorte, une coïncidence, mais dans notre cas, une coïncidence heureuse, allant dans le sens de votre recherche/demande/souhait/projet/désir.

Par définition, une synchronicité est l’occurrence simultanée de deux (ou plusieurs) événements sans lien de causalité, mais prend un sens pour celui qui la perçoit. (Carl Gustav Jung, psychiatre et père de la psychologie analytique).

Il peut s’agir d’une rencontre précisément ou indirectement opportune, d’une information qui vous parvient « juste au bon moment », d’une solution à un blocage qui se présente comme par enchantement alors que vous n’auriez jamais pensé chercher de ce côté, d’un événement inattendu qui vous apporte la solution, ou vous met en relation avec la bonne personne au bon moment.

C’est en étant attentif à ces signes que vous identifierez les échos de la résonance informationnelle à votre engagement.

Je précise bien « engagement », car il ne suffit pas d’une simple et vague idée, envie, souhait, etc.

Pour déclencher ces synchronicités, il faut un véritable engagement, c’est-à-dire que le but fixé doit vraiment vous tenir à cœur, être en parfaite adéquation avec vos besoins et vos valeurs, que vous soyez prêt à en assumer les conséquences (que vous aurez auparavant parfaitement mesurées, sans vous mentir cela va de soi), et que vous soyez prêt à recevoir votre réponse, à atteindre cet objectif.

Votre souhait, vos valeurs, vos attitudes, votre engagement et votre motivation doivent être en parfait alignement, orientés dans une même  direction. C’est lorsque vous signerez cet engagement par une première action concrète (même un petit pas) dans sa direction que les synchronicités se déclencheront. Décider, c’est passer à l’action.

Vous pourrez faire toutes ces choses mais sachez que même si vous lisez les meilleurs livres, participez aux meilleures conférences, séminaires, etc. vous n’avancerez jamais, rien ne se produira si vous ne passez pas à l’action !

C’est cela, l’engagement !

Et c’est précisément l’un des principaux ingrédients que l’on oublie trop souvent de vous donner. Vous devez agir dans le sens de votre demande/projet/résolution de problème/objectif, non seulement en mettant en pratique de manière régulière et persévérante vos techniques de reprogrammation, mais aussi en entretenant et renforçant votre motivation et en faisant votre part, c’est-à-dire tout ce qui est en votre pouvoir dès maintenant pour faire avancer les choses.

Il est également important de souligner, car trop peu dit ou pas du tout, que dans la Vie et dans l’Univers les choses sont doubles à la fois Positif et Négatif – Ombre et Lumière – Bien et Mal. Ainsi, la Pauvreté c’est à la fois un bien et un mal, c’est-à-dire c’est un bien pour apprendre à avoir une vie modeste,  humble, dans l’anonymat, vivant du simple fruit de son travail et la sublimation des désirs passagers et futiles ; c’est un mal si la pauvreté abaisse, avilie l’Homme et l’empêche de mener une vie normale et digne de la condition d’être humain. La Richesse c’est également un bien et un mal, c’est un bien quant elle élève une personne au-delà de sa condition pour améliorer son existence, aider sa famille, ses proches, ses amis et être une aide et un soutien à la société et au monde, en participant à la création de richesse et à la croissance, mais c’est également un mal si la Richesse et la Fortune servent à l’égoïsme, à la superficialité, à la futilité, à la mondanité, au paraître, à l’hypocrisie, à la mesquinerie, à la perversité, à l'orgueil et à la prétention, à la corruption, à la manipulation, à la domination, à la séparation, au Pouvoir despotique et à la tyrannie de l’avoir sur l’être. L’égoïsme est aussi un bien et un mal, c’est un bien parce qu’il permet de s’aimer soi-même avant toute chose et de prendre soin de soi, de prendre sa vie en main et ses responsabilités mais c’est également un mal si cela vire à un égoïsme forcené, à l’égocentrisme, au nombrilisme, à vouloir être le « centre de l’univers » autour de sa « petite personne ».

Toute l’attitude nous est donc donnée en fonction des motivations et de l’intention vibratoire de chacun.

 

 

Partager cet article
Repost0
18 mars 2021 4 18 /03 /mars /2021 23:04

L'âge de cristal

 

L’ésotérisme des films et des séries de science-fiction

 

 

La fiction

 

Au XXIVe siècle, en l’an 2319 après qu’un holocauste nucléaire qui a dévasté le monde, ce qui reste de la population a été confinée dans une Cité hermétique fermée par un dôme et isolée du monde extérieur. Pour les habitants de la Cité des Dômes, la vie est une succession de plaisirs et de joies sans fin où chacun consacre sa vie au plaisir des drogues et du sexe dans toutes ses variations. Tous les besoins vitaux sont fournis par des systèmes automatiques et des robots.

 

Comme la population ne cesse de croître, le Conseil des Anciens de la Cité des Dômes a mis en place un système de régulation : personne ne peut vivre au-delà de son 30e anniversaire, au cours duquel chacun doit tendre vers la renaissance par le mystique rituel flamboyant du Carrousel.

 

Aussi, depuis de longues années, un cristal de vie a été implanté dans la paume de chaque enfant naissant dans la cité des Dômes. Ce minéral est une extension de l’ordinateur central appelé le Penseur et qui régit les phases de vie des humains. Au fil des ans, le cristal vire du jaune au bleu, puis au rouge. Lorsqu’il vibre de façon plus intense, le jour du Carrousel est venu. Les personnes doivent alors se présenter pour le rituel de la cérémonie. Si elles ne le font pas, le cristal devient noir et l’humain désobéissant est recherché, traqué et conduit de force à cette cérémonie.

 

Mais il existe au sein de la Cité des Dômes des dissidents qui s’interrogent sur la vérité de cette résurrection, persuadés à juste titre que le Carrousel ne conduit qu’à la mort. Ces dissidents, tentent d’échapper au Carrousel, devenant des fugitifs pourchassés par les limiers, une police spéciale chargée d’abattre les rebelles.

 

Logan 23 fait partie de cette police, mais contrairement à son collègue et meilleur ami, Francis 14, il s’interroge sur ce système et le Carrousel.

 

Durant une traque de fugitifs, Logan 23 rencontre Jessica 6 qui appartient à une organisation secrète aidant les fugitifs. Elle lui apprend que dans la Cité des Dômes tout n’est que mensonge et qu’il est possible de vivre à l’extérieur dans un lieu appelé « le Sanctuaire », à l’écart de leur univers dogmatique, un havre de paix où hommes et femmes peuvent terminer librement leur vie en toute quiétude bien au-delà de l’âge de 30 ans.

 

Convaincu par les aveux apportés, Logan 23 s’enfuit avec Jessica, trahissant ainsi la confiance de son coéquipier Francis 14. Après avoir fait la rencontre de l’androïde Rem, ils explorent ensemble le monde extérieur, en quête du sanctuaire, tout en devant perpétuellement déjouer la traque de Francis 14 et de ses limiers censés capturer les fugitifs pour les ramener à la Cité des Dômes, où Logan 23 doit être reprogrammé et Jessica 6 sacrifiée lors d’une cérémonie du Carrousel.

 

La réalité cachée et programmée par le Nouvel Ordre Mondial

 

La Contre Révolution du Verseau

 

 

On peut considérer qu’à travers le film comme la série de science-fiction « L’âge de cristal » les auteurs, réalisateurs et scénaristes, au-delà du simple divertissement d’anticipation, nous adressent une forme d’avertissement sur le futur programmé par ce que j’appelle les tenants du Nouvel Ordre Mondial. L’industrie du cinéma à Hollywood est, dans une certaine mesure, influencée par les idées de type gnostique, new-âge, occultisme, nouvel ordre mondial…

 

On remarquera que le scénario de « L’âge de cristal » et l’organisation de cette société ressemble for à s’y méprendre au roman de science-fiction d’Aldous Huxley « Le meilleur des mondes » or Aldous et Julian Huxley (ils appartenaient à des cercles et à des organisations mondialistes) sont des partisans d’un Gouvernement Mondial Unique et planétaire de type dictature initiatique et occulte où les Maîtres du Monde auront le droit de disposer de la vie et de la mort de leurs concitoyens devenus citoyens de l’Etat Mondial. Pour les initiés de ce Nouvel Ordre Mondial, les hommes et les femmes qui ne se plieront pas aux règles de la République Fédérale Mondiale ou de l’Etat Mondial pourront faire l’objet d’arrestation voire d’élimination.

 

Comme le disait très bien un membre du Syndicat occulte dans la série de science-fiction « The X-Files » : « Le meilleur moyen de prédire le futur est de l’inventer » - ce qui sous-entend de le créer de toute pièce pour le contrôler...

 

Le but de ce Nouvel Ordre Mondial est de créer un Etat Mondial unifié sur tous les plans politiques, économiques, sociales, monétaires, financiers, polices et armées mondiales et une religion unique mondiale. C’est le projet de convergence de tous les systèmes. Pour les initiés du Nouvel Ordre Mondial, il faut mettre fin à l’état-nation, ainsi qu’aux caractéristiques nationales, tribales et ethniques… c’est un projet d’eugénisme mondialiste en créant une seule et unique population mondiale ayant les mêmes caractéristiques ethniques, physiques, comportementales et mentales dans le but de réduire la population en esclavage. Il cherche, malheureusement, à enlever toute autonomie (de vivre et de penser par nous-mêmes) au genre humain.

 

Le Mondialisme est, dans une certaine mesure, une religion, une mystique, un idéal pour les initiés du Nouvel Ordre Mondial. Les dirigeants politiques dans le monde, notamment occidentaux ne sont que les marionnettes de cette Fraternité occulte. C’est ce que j’appelle « La Loge Noire Planétaire » où les initiés de très hauts niveaux y pratiquent la magie noire ce qui crée dans le monde les guerres et les souffrances de toutes sortes (au-delà du simple karma des individus et des peuples). Ce qui est vraiment terrible et terrifiant ! A l’opposé, il y a bien sûr les Forces de la Lumière (Shambhala, Agartha, etc.) la Loge Blanche Planétaire. C’est la Force d’Amour Divine venant de Shambhala qui protège la Terre malgré toutes les épreuves. Je crois que sans l’existence de Shambhala, il y aurait eu depuis longtemps une guerre nucléaire qui aurait détruit le monde. Grâce à Shambhala cela n’arrivera pas...

 

L’autre caractéristique intéressante de la série « L’âge de cristal » est que les individus de la Cité des Dômes portent un simple prénom avec un numéro, un matricule. Ceci est le fait que dans cette Cité du futur, les hommes et les femmes n’ont plus de parents et ne sont eux-mêmes plus parents. Le nom de famille disparaît car la parentalité n’existe plus ce qui est programmé et voulu par le Nouvel Ordre Mondial. Les enfants sont nés dans des incubateurs artificiels de la gestation jusqu’à la naissance, ils appartiennent à l’Etat Mondial qui les élèvent et les endoctrinent pour en faire des citoyens dociles et obéissants jusqu’à leurs morts.

 

 

Dans l’œuvre d’Aldous Huxley « Le meilleur des mondes », la société est séparée en cinq catégories ou castes :

 

Les castes supérieures :

 

- Les Alpha en constituent l’élite dirigeante. Ils sont programmés pour être grands, beaux et intelligents. Ils sont vêtus de gris.

 

- Les Bêta forment une caste de travailleurs intelligents, conçus pour occuper des fonctions assez importantes. Ils sont vêtus de vert.

 

Les castes inférieures :

 

- Les Gamma constituent la classe moyenne voire populaire. Ils sont vêtus de kaki.

 

- Les Delta (vêtus de marron) et les Epsilon (vêtus de noir) forment enfin les castes les plus basses ; ils sont faits pour occuper les fonctions manuelles assez simples. Ils sont programmés pour être petits et laids.

 

Chacune de ces castes est divisée en deux sous-castes : Plus et Moins. Chacun, en raison de son conditionnement, estime être dans une position idéale dans la société, de sorte que nul n’envie une caste autre que la sienne, contribuant à l’objectif ultime de tout le système social : la stabilité.

 

Pour les tenants du Nouvel Ordre Mondial, il est indispensable pour obtenir un bon conditionnement de l’espèce humaine d’enfermer les êtres humains dans des castes de manière définitive sans espoir d’en sortir de leurs entières existences. Le contrôle est donc total.

 

Dans « Le meilleur des mondes », la société rend tabou le sujet de la filiation parentale et familiale : les allusions à la maternité, à la famille ou encore au mariage font rougir de honte aussi bien les jeunes que les adultes. La sexualité y apparaît comme un simple loisir : chaque individu possède simultanément plusieurs partenaires sexuels (entre deux et six par semaine), et la durée de chaque relation est extrêmement limitée (quelques semaines seulement). Les femmes utilisent de nombreux moyens de contraception, appelés « exercices malthusiens », afin de contourner tout risque de reproduction qui échapperait au conditionnement réglementaire.

 

Dans « L’âge de cristal » la notion de couple disparaît également, les hommes et les femmes de cette Cité du futur n’ont plus le droit d’être et de vivre en couple. L’amour et les sentiments disparaissent. Il est interdit d’aimer et de se lier avec l’autre, par contre l’Etat Mondial autorise le « communisme sexuel » chacun change de partenaire au gré de ses désirs et envies mais il est interdit d’aimer et de s’attacher à quelqu’un. On remarquera que ce type de conditionnement émotionnel permet un « dressage » de la population. Car les êtres de la Cité des Dômes n’éprouvent rien, pas de sentiments, donc pas de compassion… Un état émotionnel idéal pour les Maîtres du Monde pour parfaire leurs emprises sur le monde et les populations.

 

Ce que nous apprend également le film c’est qu’il est difficile d’échapper au conditionnement social dans cette société du futur mais c’est également un pamphlet contre toute société autoritaire qui se veut dictatoriale et dont il est difficile d’échapper aux lois, aux règles, aux normes, aux institutions et aux conditionnements ce qui concerne également notre société d’aujourd'hui. Car de tout temps, il a toujours était difficile d’être réellement libre et d’être soi-même tant pèse le poids des préjugés et des conditionnements inculqués dès notre jeune âge et plus tard par les normes de la vie sociale.

 

Bizarrement, on retrouve les mêmes notions au niveau du couple dans le film de Georges Lucas « THX 1138 ». Dans ce film, la vie de couple est interdite ainsi que les relations humaines y compris éphémères - interdiction de relations sexuelles entre êtres humains. Par contre, la population a le droit et le devoir de travailler et de consommer pour faire fonctionner la société. Les désirs et les pulsions se résolvent uniquement dans l’espace du virtuel.

 

C’est étonnamment très étrange, ces diverses visions du futur qui semblent se recouper. Ce sont, bien sûr, des romans et des films de science-fiction… mais en même temps, une forme d’avertissement ! Voilà, pour les Maîtres du Monde, le futur qu’on nous réserve hommes et femmes du XXIe siècle et au-delà…

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 mars 2021 4 18 /03 /mars /2021 22:50

Blade Runner

Les Androïdes rêvent-ils ?

 

 

Blade Runner est un film américain de science-fiction réalisé par Ridley Scott, sorti en 1982. Son scénario s’inspire assez librement du roman « Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? » de l’auteur Philip K. Dick, à qui le film est dédié.

L’action du film se situe à Los Angeles en 2019 et met en scène Rick Deckard (interprété par Harrison Ford), un ancien policier qui reprend du service pour traquer un groupe de réplicants, des androïdes créés à l’image de l’Homme, menés par l’énigmatique Roy Batty (interprété par Rutger Hauer).

L’histoire se déroule en novembre 2019, à Los Angeles, dans un climat pluvieux et où la quasi-totalité de la faune a disparu. La population est encouragée à émigrer vers les colonies situées sur d’autres planètes. Les animaux sont artificiels et il existe également des androïdes, des robots (en fait des humains fabriqués par manipulations génétiques) à l’apparence humaine aussi appelés « réplicants » (parfois orthographié « répliquants »). Ceux-ci sont considérés comme des esclaves modernes, qui sont utilisés pour les travaux pénibles ou dangereux, dans les forces armées ou comme objets de plaisir.

Les réplicants sont fabriqués par la seule et unique firme la Tyrell Corporation, dirigée par Eldon Tyrell, dont le siège est installé dans une haute et massive tour pyramidale qui domine la ville. Ils sont créés à partir de l’ADN humain mais ne sont ni des clones, ni des robots. Après une révolte sanglante et inexpliquée des réplicants dans une colonie martienne, ils sont interdits sur Terre. Des unités policières spéciales, les Blade Runners, interviennent pour faire respecter la loi pour les contrevenants androïdes. Ils ont donc l’autorisation de tuer n’importe quel réplicant en situation irrégulière. On appelle cela un « retrait ». Toutefois, les androïdes les plus modernes sont difficiles à distinguer des humains. Les Blade Runners doivent alors enquêter longuement afin d’avoir la certitude qu’il s’agit bien d’un androïde avant de le mettre hors circuit.

L’explication ésotérique sous-jacente

Les réplicants dans le film désormais célèbre « Blade Runner » sont à plusieurs niveaux de lectures des métaphores de la difficile et douloureuse condition humaine. On peut, bien sûr, en faire une critique ethnologique voire sociale… mais en approfondissant dans les « Mystères » dits ésotériques, on peut rapprocher la pénible et courte vie des réplicants de la condition et de la vie limitée des humains.

Les réplicants sont fabriqués par les êtres humains de la planète Terre, or certaines Traditions occultes précisent que l’espèce humaine a été créée de toute pièce, il y a des millions d’années, par des êtres avancés venus de l’espace, des extraterrestres qui ont des capacités mentales, spirituelles, scientifiques et technologiques très développées et une vie excessivement longue (environ 1000 ans ou plus) comparée à la courte vie des hommes (100 ans).

Ainsi, nous sommes nous-mêmes les « réplicants » de ces extraterrestres, une espèce « sous-développée » dans l’Univers. Ces extraterrestres nous ont bannis de l’espace et de la galaxie, à cause de la violence inhérente à notre espèce, pour nous placer sur Terre dans un système solaire en périphérie de la galaxie (dans la « banlieue » de la galaxie) pour protéger le reste de la création de l’Univers et pour nous surveiller. De temps à autre, ils reviennent nous visiter pour voir si le genre humain a progressé sur le chemin de l’évolution, ceci explique le phénomène des ovnis et leurs discrétions dans les cieux et surtout l’absence de contact officiel pour le moment...

A un autre niveau de lecture, les êtres humains sont les « réplicants » d’êtres d’autre dimension liés au plan occulte de la Création du Cosmos dénommés les Archontes se sont les dissidents de la Fraternité des Elohim cherchant le contrôle de l’espèce humaine. Des archanges ayant une partie de lumière et une partie d’ombre un peu mi-ange mi-démon exerçant un contrôle sur le plan de la matière dense, de la création et des êtres vivants incluant l’espèce humaine…

 

 

Partager cet article
Repost0
8 mars 2021 1 08 /03 /mars /2021 01:25

Le Projet MK-Ultra et les opérations de manipulation mentale

Le contrôle de la pensée nouveau champ de bataille

 

 

Le projet MK-Ultra (ou MKUltra), dévoilé en 1975, est le nom de code d’un projet secret illégal de la CIA des années 1950 à 1970 visant à développer les techniques de manipulation mentale. Il semble que ce projet ait connu plusieurs évolutions et ait vu le développement de sous-projets et des projets parallèles. Ainsi, de 1951 à 1963, il se nommait projet Artichoke ; le projet Bluebird, opérationnel entre 1951 et 1953, lui est apparenté. Les projets MK-Monarch, MK-Naomi, Mk-Search et MK-Often seraient des sous-projets liés. D’une manière générale, ce projet repose sur les mécanismes de dissociation psychologique des sujets, que celle-ci soit induite volontairement ou déjà présente. Il s’agit dans le projet MK-Ultra d’utiliser cette dissociation pour provoquer des comportements.

Edward Kennedy, sénateur des États-Unis. Discours prononcé le 3 août 1977, devant le comité sur le renseignement, sous-comité sur la santé, service de recherche du comité des ressources humaines du Sénat :

« Le directeur adjoint de la CIA a révélé que plus de trente universités et institutions avaient participé à un large projet de tests et d’expérimentations qui comportait des tests de médicaments cachés sur des sujets non-volontaires de toutes les catégories sociales, hautes et basses, américains et étrangers. Plusieurs de ces tests consistaient à administrer du LSD sur des sujets ignorants dans diverses situations sociales. Au moins un décès fut enregistré : celui du Dr Olson est dû à ces activités. L’agence a elle-même reconnu que ces expériences n’avaient pas de valeur scientifique. Les agents qui faisaient le suivi n’étaient pas des observateurs scientifiques compétents. »

Durant la guerre de Corée, les Américains affirment que les Nord-Coréens, soutenus par la Chine et l’Union soviétique, auraient réussi à retourner des soldats américains prisonniers grâce à des techniques de lavage de cerveau et/ou de contrôle mental (Hollywood s’empare du sujet en réalisant The Manchurian Candidate). Le maccarthysme va prendre en charge cette suspicion de manière officielle à partir de 1950 en soupçonnant la présence de potentiels « agents communistes » sur le territoire américain (ainsi qu’en Europe de l’Ouest dépendante du plan Marshall), en particulier dans la sphère culturelle à travers le Congrès pour la liberté de la culture. C’est ce contexte qui va permettre à la CIA d’obtenir les fonds nécessaires à des études sur la manipulation mentale à grande échelle.

Ainsi, en 1951, la CIA dirigée par Allen Dulles lance les projets Artichoke, Bluebird puis, le 13 avril 1953, MK-Ultra dirigé par le Dr Sidney Gottlieb, psychiatre spécialiste des armes chimiques. En 1964, le projet fut renommé MKSEARCH.

Les buts semblent être l’élaboration de méthodes permettant la manipulation mentale ainsi que des possibilités permises par cette maîtrise. Parmi les objectifs recherchés, la production d’un sérum de vérité parfait destiné aux interrogatoires de personnes soupçonnées d’être des espions soviétiques ou des terroristes.

L’agence voulait aussi être capable de manipuler des dirigeants étrangers et tentera d’ailleurs d’utiliser certaines de ces techniques sur Fidel Castro.

La CIA dépensa des millions de dollars dans des études ayant pour objet de tester littéralement des douzaines de méthodes pour influencer et diriger l’esprit. Un document MK-Ultra de 1955 donne une indication de l’ampleur de l’effort consenti, qui fait référence à l’étude d’un assortiment de substances qui altèrent l’esprit.

 

 

Dans les dossiers secrets de la CIA, une note rendue publique au comité du congrès américain nous apprend l’expérimentation des micro-ondes sur les êtres humains. Les armes à énergie directe couramment utilisés par la CIA sont les suivantes :

« Voice Synthesis » qui permet l’envoi à distance d’un faisceau audio dans le cerveau d’individus sélectionnés. On le trouve aussi sous le nom de « télépathie synthétique » ou encore de « communication spatiale télépathique électronique ». Ces armes sont fabriquées par la Lockheed-Sanders et par le très connu « Los Alamos National Laboratories ». Des informations publiées dans une revue militaire américaine inclineraient à penser que lors du siège tenu par le FBI/BATF contre la secte « Branch Davidians » dirigée par David Koresh à Waco (Texas), on aurait utilisé de telles armes pour faire croire à ce dernier que Dieu lui parlait…

Un autre appareil à pulsation de micro-ondes peut transmettre des signaux audibles uniquement par la personne choisie. Cet appareil peut être construit avec un banal fusil radar. Le faisceau de micro-ondes peut être modulé à des fréquences audio et transmettre des voix directement au cerveau.

Robert Becker auteur de « The body electric » et candidat au prix Nobel déclare : « De tels appareils peuvent être utilisés pour rendre une cible folle avec des voix ou faire parvenir des informations indécelables à un assassin programmé. »

La CIA étudie en profondeur les effets des rayons électromagnétiques concentrés à ultra haute fréquence pour provoquer « agitation » ou « faiblesse » ainsi que les effets des micro-ondes pour augmenter les effets des drogues, des bactéries, des poisons ou affecter le fonctionnement du cerveau.

Le Clipper Clapstone est également une trouvaille de taille. Construit à l’aide de deux micro-processeurs, il est manufacturé par une importante agence américaine d’espionnage. Ce système utilise un « algorythme secret » nommé « Skipjack » qui permet d’encoder ou de décoder toute conversation téléphonique de même que toute donnée informatique. Le gouvernement américain souhaiterait implanter ces micro-chips en tant que norme officielle dans toute l’industrie des traitements de données informatiques indépendamment de la volonté et du consentement du public. De cette manière, les ordinateurs, les téléphones et télécopieurs seraient équipés de ces deux puces espions.

 

 

Avec ce type de projet secret et toutes ces techniques de manipulations mentales, on pourrait, par exemple, pousser par la « perversité » d’un monde du pouvoir et du renseignement « sans foi ni loi » imaginer les scénarios suivants : Créer et contrôler volontairement des assassins psychiques, des groupuscules terroristes, infiltrer et manipuler la Mafia, des services secrets comme la CIA puissent capter tout ou partie des revenus illégaux du trafic de drogue international en protégeant des cartels qui travaillent dans le sens de leurs objectifs, éliminer des barons de la drogue qui en savent trop, trop curieux sur les objectifs secrets du blanchiment de l’argent pour financer des opérations secrètes, clandestines, des bases souterraines ultra-secrètes sous le territoire américain et dans des îles perdues au bout du monde, argent qui n’apparaissent pas dans les comptes publics de l’Etat, infiltrer des organisations religieuses (Vatican, Opus Dei, Loge P2, Loges Maçonniques…) des gourous de sectes travaillant pour les services secrets comme la CIA ou la NSA, avec des technologies d’avant-garde ultra-secrètes manipuler le climat, infiltrer les ONG et les organisations écologiques, infiltrer les sectes manipulait volontairement le gourou et les fidèles faire croire à une alternative de vie possible en dehors du système économique et financier et ensuite créer le chaos avec un suicide collectif, créer de toutes pièces et contrôler via les services secrets des groupes terroristes radicalisés pour créer des conflits à l’échelle régionale ou internationale dans le but de prendre le pouvoir dans certaines parties du monde, monter des attentats terroristes pour créer la terreur dans les populations occidentales pour faire voir qui a le pouvoir et qu’il ne faut pas se rebeller contre le système sinon… Manipuler les croyances religieuses des populations, renverser un régime ennemi, prendre le contrôle des ressources et des richesses d’un pays cible, financer et contrôler des syndicats capitalistes ou anti-capitalistes, créer des révoltes régionalistes, souverainistes, indépendantistes, communautaristes, manipuler les partis politiques et les médias, créer volontairement le chaos pour une prise secrète et occulte du pouvoir. Bien sûr, tout ceci ne semble apparemment que pure spéculation, un scénario de série noire, de la pure science-fiction…

Dans l’art de la manipulation et du pouvoir le but étant de faire passer des informations fausses pour le vrai et des vraies informations pour le faux… afin de manipuler l’esprit des êtres humains, dans l’optique de modifier et de contrôler leur espace mental, leurs croyances, la perception de la réalité, les leurrer sur le monde, la société, l’Univers, la vie et la mort afin de créer une manipulation multidimensionnelle… Dans quel but ? Pour protéger des secrets inavouables mais aussi pour conduire le destin de l’humanité dans une direction bien précise, modifier l’histoire au profit d’une petite élite dirigeante au niveau planétaire…

Messages des Maîtres de Sagesse :

« … Si j’ai tenu à ce qu’un tel lieu soit porté à votre connaissance, c’est parce qu’il rend compte, sans qu’il y ait nécessité de rentrer dans de pénibles détails, de l’implantation concrète de quelques recherches scientifiques menées depuis des décennies par les puissances du non-amour. Les constructions aperçues font partie d’une vaste chaîne de laboratoires et de centres d’étude répartis sur l’ensemble de votre planète et qui a pour but la domination psychique de la population humaine et le contrôle d’éléments naturels tels les climats. De petites îles perdues en plein océan et des bases souterraines ont été secrètement investies dans le seul but d’asservissement des énergies planétaires et humaines ; quelques navires ont été affectés en ce sens et sillonnent toutes les mers. »

« Depuis plusieurs années, l’humanité commence, sous mille aspects différents mais convergents, à prendre connaissance du rayonnement des frères de la Lumière, frères de Shambhalla. Cette prise de conscience conforte déjà l’action de quelques dizaines de millions d’hommes et de femmes ; cependant, ceux d’entre eux qui se mettent ou veulent se mettre pleinement au service de la force d’Amour ne peuvent continuer à méconnaître l’impact de ce que l’on peut appeler l’anti-Shambhalla… »

« Elle se base aussi et surtout sur le peu de résistance physique et  émotionnelle d’un grand nombre d’êtres en résonance avec ce que l’on pourrait appeler une certaine longueur d’onde. »

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 mars 2021 1 08 /03 /mars /2021 01:13

Vidéodrome

L’horreur où la vidéo devient la réalité

 

 

Vidéodrome est un film canadien de David Cronenberg sorti en 1983.

David Cronenberg, spécialiste du mélange de science-fiction et d’horreur, nous présente dans ce film une émission de télévision diabolique qui séduit et contrôle ses téléspectateurs. Avec la star du rock Deborah Harry (chanteuse du groupe Blondie) dans son premier grand rôle en hôtesse de charme, James Woods en directeur d’une chaîne câblée à la recherche des sensations les plus fortes qui soient. Vidéodrome est un captivant cauchemar de science-fiction, dans un univers où la vidéo peut contrôler et modifier la vie humaine.

On peut constater dans ce type de film que les références au projet secret de type MK-Ultra & Mind Control de la CIA sont à peine voilées.

Avec les acteurs suivants : James Woods (Max Renn), Deborah Harry (Nicki Brand), Sonja Smits (Bianca O’Blivion), Jack Creley (Brian O’Blivion), Leslie Carlson (Barry Convex), Peter Dvorsky (Harlan).

Dans le film Vidéodrome, Barry Convex le directeur du programme spécial « Vidéodrome », gérant d’une firme d’optique et d’une boutique d’opticiens, est également (non précisé dans le film mais suggérer) un agent de la CIA.

 

 

Partager cet article
Repost0
8 mars 2021 1 08 /03 /mars /2021 00:53

L'Extraterrestre

L’étrange messager

 

 

Dans la série des histoires étranges où la fiction peut côtoyer le réel de façon inattendue, Alfred Hitchcock présente « L’extraterrestre » - Série TV 1985.

Alfred Hitchcock présente (Alfred Hitchcock Presents) est une série télévisée américaine en 81 épisodes de 26 minutes, créée d’après la série éponyme d’Alfred Hitchcock et diffusée entre le 5 mai 1985 et le 11 mai 1986 sur le réseau NBC, puis entre le 24 janvier 1987 et le 22 juillet 1989 sur USA Network.

En France, la série a été diffusée à partir du 1er février 1986 sur Antenne 2. Rediffusion en 1996 sur Série club.

Au Canada, elle est rediffusée depuis février 2015 sur le réseau Unis.

Il s’agit de l’épisode « L’extraterrestre » (The Human Interest Story) avec l’acteur John Shea diffusée le 17 novembre 1985, malheureusement cet extrait n’existe qu’en italien et non en français. C’est l’histoire d’un mystérieux personnage, un homme qui se présente sur toutes les télévisions du monde et qui prétend être un extraterrestre, un habitant d’une planète venant du système Alpha du Centaure. Pourtant, il ressemble parfaitement à un être humain de notre monde, à cela il répond qu’il a simplement pris le corps d’un être humain, d’un citoyen américain pour pouvoir se manifester et se présenter à notre monde (il s’agit d’un walk-in). Il a un message important à délivrer aux habitants de la Terre et il doit retrouver quelque part dans la forêt son étrange vaisseau spatial pour pouvoir retourner dans son monde. La fin de l’épisode est inattendue… et surtout la musique (à 5 :20 et à 17 :50) invite à l’étrange et au mystère… et si un jour l’improbable arrivait… Le contact entre les humains de la planète Terre et une ou plusieurs civilisations extraterrestres. Cette rencontre marquerait le début de l’ère du Verseau !

 

 

Partager cet article
Repost0
8 mars 2021 1 08 /03 /mars /2021 00:44

Le Voyageur

Le mystérieux promeneur

 

 

Le Voyageur est une série télévisée franco-canado-américaine en 85 épisodes de 26 minutes, créée par Riff Markowitz, Lewis Chesler et Richard Rothstein et diffusée du 23 novembre 1983 au 12 mai 1987 sur HBO, puis du 22 mai 1989 au 22 février 1991 sur USA Network, et au Canada sur First Choice.

En France, la série a été diffusée à partir du 13 septembre 1986 sur Antenne 2. Rediffusion des quatre premières saisons dès le 14 novembre 1988 dans l’émission Les Accords du Diable sur La Cinq, puis dès le 21 juillet 1989 diffusion de la saison 5 coproduite par La Cinq. Rediffusion partielle sur RTL TV puis RTL9. En 1999, rediffusion intégrale sur Série Club et diffusion de la saison 6 inédite à la suite de l’arrêt de La Cinq.

Un peu à la façon de « La Quatrième Dimension », cette série est une anthologie d’histoires fantastiques et policières présentées par un mystérieux auto-stoppeur, on ne s’est pas qui il est ni d’où il vient ni quelles sont ses motivations… Ce que l’on sait c’est que les histoires racontées par cet étrange personnage ont toujours un but initiatique sur un plan moral, philosophique ou spirituel… Et surtout la musique du générique devenue célèbre est spéciale, étrange, mystérieuse… Elle invite au mystère et à l’indicible qui se cache derrière l’apparence banale et ordinaire de la vie…

 

 

Partager cet article
Repost0
9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 17:31

La naissance d'un nouveau Soleil

   

L'émergence de ce qui vient en vous !

 

  

 

 

Avènement

 

 

A propos de cette Rome historique et qui est désormais vaticane, mes amis, elle n’est qu’un aspect de la force de l’ « anti-Shambhala » dont tout être en ce monde se fait le fidèle représentant à chaque fois qu’il laisse s’exprimer de façon débridée ce que l’on appelle l’ego. Ainsi, je le répète, la Rome vaticane ne fait que se conformer à la Rome intérieure de chacun. Elle imite purement et simplement le modèle de fonctionnement de l’ensemble de l’humanité terrestre. Le Principe de Rome est depuis toujours un principe d’agitation ; agitation matérielle et émotionnelle par le besoin de satisfaction de toutes les ambitions et agitation mentale enfin, par le détournement de la conscience de son propre centre donc de son but. Il y a deux mille ans et plus, la Rome historique promettait à son peuple « du pain et des jeux ». La Rome intérieure, depuis le commencement des temps et jusqu’à nos jours n’a pas non plus d’autre slogan. La bannière de l’ego exacerbé demeure invariable. C’est une bannière totalitaire, contre-révolutionnaire qui pratique l’étouffement de conscience.

 

- Pourquoi dis-tu « ego exacerbé » ? Voudrais-tu sous-entendre qu’il existe un « ego tolérable » ?

 

- Mais interroge-toi donc… ! Quelle est cette mode qui fait de l’ego systématiquement et sans discernement l’ennemi à abattre ? Tout d’abord sache que la Vie n’a pas d’ennemi. Elle est présente au cœur même de ce que vous appelez la mort et de ce que vous nommez erreur et obstacle. La Vie se déguise constamment pour tirer de vous le meilleur parti. Elle revêt mille masques pour extraire de votre cœur sa quintessence… la cinquième essence qui fleurit au centre des quatre branches de la croix. La Vie a besoin de l’ego.

 

Celui-ci est son outil privilégié, le médiateur incontournable et merveilleux entre la matière engourdie, en quête de son devenir et la Supra-conscience de « Ce qui est ». S’acharner inconsidérément sur l’ego revient à confesser l’ignorance de sa fonction.

 

Si vous ne pouviez dire « moi », ou « je », vous ne pourriez entamer de chemin volontaire et authentique vers votre Demeure ; vous ne pourriez en aucune façon entrevoir la Révolution fondamentale. Vous continueriez de subir et de bégayer la même existence basée sur les mêmes principes qui encrassent la conscience jusqu’à l’engluer. Cependant, lorsque je parle d’ « ego exacerbé », je parle de cette énergie plombante qui vous fait prononcer le « moi » et le « je » simultanément et qui donc vous détourne de l’Amour, à la fois chemin et but du chemin. L’outil de libération, le véhicule de l’avance devient alors instrument d’asservissement et moyen de stagnation.

 

Toute chose, voyez-vous, possède son contraire en son propre sein. Seul l’esprit que vous décidez d’y insuffler lui donne sa dimension ascensionnelle… Ainsi, votre personnalité incarnée est-elle toujours une manifestation de « Ce qui vient » en vous. Voyez-la comme un cadeau divin. Le plus adapté possible à vos besoins… non pas, certes, à vos envies. Ce que vous en faites… est autre chose. C’est une affaire entre vous et vous… Affaire de détermination et d’Amour, ou de paresse et d’égoïsme. Toute latitude vous est laissée d’entreprendre la Révolution ou pas.

 

C’est également ainsi que se mettent en place sur l’échiquier les pièces du Gouvernement mondial. La Force Christique qui demeure par nature l’essence de la seule véritable Révolution ne se contacte pas à coups d’arguments philosophiques. Elle requiert la matière comme alliée majeure, c’est-à-dire l’implication de tout être dans l’action. « Le cœur au bout des mains » pourraient être sa devise. Une devise qui suggère instamment de passer de l’état critique à l’état christique.

 

Je sais… lorsque l’on manie une telle expression, on fait peur ou on fait sourire. Etat christique… Cela signifie-t-il en clair que nous ayons tous la possibilité d’atteindre un tel niveau ? Eh bien oui, je vous l’affirme. Encore faut-il comprendre le sens d’une telle affirmation afin que celle-ci ne participe pas à l’enflure de l’ego. L’état christique n’est en aucune façon un état figé par la grâce duquel tout être qui y accéderait serait susceptible d’assimiler son rôle à celui du Maître Jésus, le Christ historique. C’est un état de conscience si affiné, si ouvert, et en expansion permanente telle que plus rien n’est autre que compréhension, sagesse et compassion. L’état christique signifie un état de transmutation constamment communiqué à tous les niveaux de la vie et qui voyage de soi à l’univers, de la cellule à la globalité de l’être. Révéler en son propre cœur la conscience christique ne veut aucunement dire « être le Christ », retenez bien cela ! Cela veut dire tout simplement laisser toute la place en soi au champ de conscience indescriptible qu’Il incarne et rayonne. Cela signifie aussi participer de Sa nature et faire corps avec Elle, volontairement, dans Sa mission ascensionnelle.

  

Sachez maintenant que chacun peut réaliser en lui tout ce que ces concepts suggèrent. La barre n’est trop haute pour personne. C’est une certitude aussi évidente que le lever du soleil chaque matin ! La révolution intérieure et fondamentale que cela implique ne fait pas la distinction entre l’être et l’agir. Elle est analogue à un arbre tout entier en ce sens qu’elle ne privilégie pas les racines au détriment des branches et vice versa. La compréhension de ce mécanisme paraît d’une simplicité enfantine mais bien rares sont ceux qui l’intègrent.

 

Ce qui se passe sur le plan mondial aujourd’hui a ceci d’étrange que l’arbre se résume à un tronc, c’est-à-dire à une manifestation de surface. Ses deux extrémités, terrestre et céleste, l’agir et l’être, sont presque absentes…

 

- … C’est précisément cela qui désespère

  

-  Mais pourquoi désespérer ? C’est un bien ! Du déséquilibre naît la volonté de l’équilibre

et la recherche de sa voie d’accès.

 

Le Gouvernement mondial dont j’évoquais précédemment l’existence et qui s’acharne à brider toutes les manifestations de l’être et de l’agir afin de niveler les consciences représente, à son propre insu, une chance inouïe dans la quête de la maturité christique. La majeure partie de l’humanité terrestre se trouve déjà ou va bientôt se trouver face à ses propres peurs.     Elle se place ainsi dans la situation idéale d’un « ramonage christique » sans précédent. L’impasse qu’elle découvre est si manifeste qu’elle exige la Révolution décisive.

 

C’est cette Lumière qui vient vers vous, vers nous… Quelque chose est en train de se passer… Quelque chose de merveilleux va arriver à la vitesse de l’expansion de cet Univers ! Quelque chose qui va tout changer ! Le cours de l'Histoire ? Et pourquoi pas...  

 

 

 

Partager cet article
Repost0