Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 18:24

Toute la Vérité

 

Les racines de la conspiration

 

 

 

              « Depuis toujours on redoute l’invasion de forces venues d’un autre monde si ce scénario catastrophe devenait un jour réalité nos dirigeants seraient en première ligne, à moins bien sur que nos dirigeants ne soient eux-mêmes des envahisseurs. » Série TV Au-delà du Réel.  

 

 

 

X-Files Theme

 

 

              Ce document n’est pas une œuvre de fiction. Aussi surprenants et même invraisemblables qui puissent paraître les faits décrits ils n’en sont pas moins de la plus grande authenticité. Si notre but avait été de créer une œuvre d’imagination, sans doute eussions-nous fait preuve d’une invention un peu plus romanesque. Mais il ne s’agit nullement de ce genre d’essai et ce que nous exposons dans ces pages est absolument vrai.

 

              Si vous trouvez néanmoins des allusions tirées d’œuvres de fiction ils ne sont là que pour illustrer et éclairer les faits réels au demeurant beaucoup plus troublants et dérangeants.  

 

                   On parle beaucoup en ce moment de la mondialisation et du « Gouvernement Mondial » qui en résultera, de l’origine de l’homme et de sa place sur Terre et dans l’Univers, de la vie extra-terrestre dans l’Univers et des possibilités de contact. La science progresse très vite, et les imaginations s’enflamment quant aux perspectives du futur. Ce qu’il reste à découvrir et à connaître est encore plus vaste que ce que l’on sait déjà à notre époque.

 

              En réalité, derrière le concept de « Gouvernement Mondial » nous découvrirons que les vrais rouages se situent en coulisse, les Maîtres du Monde (des initiés triés sur le volet) sont regroupés en société secrète internationale qui fonctionne dans la société et au-dessus de nos dirigeants officiels. Ils détiennent tous les leviers des mécanismes qui permettent de manipuler l’humanité sur le plan de la politique, de l’économie, de la religion, de la science, de la santé,… Ce que nous devons rejeter avant tout c’est l’ignorance. L’ignorance est une maladie de l’âme, insidieuse et perverse, elle coule en nous les prémices de nos lavages de cerveau, de nos faiblesses, de nos lâchetés involontaires.

 

Lorsque nous serons de plus en plus conscients que nos goûts, nos choix, nos pensées, nos actions sont dirigées par d’autres que nous, par ceux que nous acceptons comme dirigeants de nos vies, de nos Etats, de nos Pays, de notre Planète, alors peut-être que dans un ultime sursaut vers la Vie, nous chercherons à retrouver notre « souveraineté ». Avec une conscience plus vaste, nous acquerrons peu à peu une autonomie, celle de pouvoir dire OUI, de savoir dire NON, afin que ce libre-arbitre que nous revendiquons tous ne soit pas un vain mot. Choisir, c’est reconnaître que nous ne saurons jamais tout mais qu’au moins nous prenons conscience que ce qui nous est dit n’est pas toujours la vérité, n’est pas souvent la vérité.

 

              Lorsque nous saurons lire un journal en sachant que tout n’y est pas vrai, lorsque nous pourrons écouter la radio, regarder la télévision en faisant le tri entre les nouvelles objectives et les subjectives qui tentent de nous faire penser et agir comme certains le souhaitent si intensément, alors et alors seulement nous aurons suffisamment grandi pour être des hommes et des femmes sans béquilles et sans peur, et à cet instant précis, téléviseurs et revues cesseront de nous offrir leurs spectacles fabriqués ! Il serait trop simple de penser que s’il existe aujourd’hui un « gouvernement mondial » nous n’y sommes pour rien. Nous en sommes tous responsables et nous y avons collaboré à notre façon car l’humanité a oublié sa dignité !

 


 mind control big                     New-Order-1
                   

 

 

 

              « Tant qu’une partie de vous demeure en servage, il y aura une place sur cette Terre pour une organisation telle que vous la voyez ici. Ces hommes sont la résultante de vos faiblesses et de vos obscurités. Ils puisent leurs forces dans votre incapacité à percevoir la trame de ce qui se passe sur un plan mondial en raison de la paresse et de l’infantilisme du fonctionnement de la pensée individuelle. »

 

            Quel est donc ce « Gouvernement Mondial » ? Par quels moyens agit-il ? Que pouvons-nous faire ? Les définitions tendant à permettre de mieux cerner ce « gouvernement » sont nombreuses. Ces informations ont été obtenues par des moyens que vous ne pouvez absolument pas imaginer aujourd’hui.

 

            Les causes de la présence du gouvernement mondial sont multiples, historiques et interplanétaires. Il y a l’histoire révélée et celle que l’on nous cache. Il y a les loges secrètes et le reste. Elles ont dans leurs mains d’énormes pouvoirs, des technologies beaucoup plus avancées que ce que nous pouvons imaginer mais n’ont aucun intérêt à nous les faire partager, de façon à garder un ascendant sur ceux qu’elles veulent dominer.

 

            Les Illuminati sont de ceux-là.

            Leurs agissements sur Terre remontent à 3000 siècles avant J.-C. quand ils infiltrèrent « la Fraternité du Serpent » en Mésopotamie et s’en servirent à des fins qui n’étaient guère positives.

            Le fonctionnement des Illuminati comme de tout être avide de pouvoir se présente comme suit :

-          Provoquer des conflits,

-          Ne pas s’en montrer l’instigateur,

-          Soutenir financièrement tous les partis en conflit,

-          Se faire passer pour le bienfaiteur qui peut mettre fin aux conflits.

 

            Ainsi, les hommes en arriveront à implorer un gouvernement mondial dont l’instance bienveillante sera l’O.N.U. Ils font partie des êtres les plus riches du monde et contrôlent les médias sans jamais y apparaître. Leur réussite réside dans l’ignorance qu’ils entretiennent chez les hommes.

 

            Les Illuminati veulent dominer le monde ; provoquer la discorde parmi les hommes, les nations. A travers leur Nouvel Ordre Mondial, ils espèrent êtres nos maîtres. Ils étouffent les informations authentiques par le contrôle de la presse. Ainsi, il est quasi – impossible de remonter jusqu’aux vrais instigateurs. Quel est le profit de ces manigances ?

 

            - Le Pouvoir : depuis que la dualité existe, les Illuminati ont créé des partis politiques opposés. Ils les financent tous, pour mieux les contrôler et diriger le monde. Ils sont amis de tous pour être parfaitement informés. Ils subventionnent les propagandes, les votes, et les différentes actions gouvernementales. Lorsqu’ils veulent donner l’avantage à un parti, ils lui donnent plus d’argent et trouvent tous les moyens possibles pour démunir l’autre.

 

            - L’Argent : cette énergie de pouvoir leur permet non seulement de diriger les partis mais aussi de provoquer les conflits entre divers pays. Ces états en guerre manquent d’argent. Les Illuminati ont l’argent, car beaucoup sont à la tête de grands trusts, de grandes banques mondiales. Ils prêtent les fonds nécessaires et peuvent imposer leur vision du monde. Bien sûr, ils ne font aucune distinction, ils soutiennent tous les pays en crise. Une fois endettées, ces nations sont contraintes d’obéir à leurs instructions. Leur véritable intérêt est d’avoir le monopole total de la planète. Pour mieux agir, ces Illuminati restent dans l’ombre. Depuis le 19e siècle, leur puissance s’est considérablement étendue sur les différents continents. Actuellement, l’accélération de la mondialisation économique (AMI, OMC,…) et de l’Internet favorise l’extension du contrôle planétaire voulue par les Illuminati. Ces Illuminati réunis en Loges noires dites « occultes » ont préparé l’asservissement du monde en soutenant le parti Nazi, Ordre noir par excellence… Aujourd’hui, ces mêmes buts sont poursuivis par ces mêmes Loges obscures en vue d’asservir l’humanité par, entre autres, la perversion de la notion « d’argent », la paupérisation des masses et la programmation de l’inculture.

            Ils ont pensé à trois conflits mondiaux pour ériger un Nouvel Ordre Mondial (Novus Ordo Seclorum). Cela peut vous paraître difficile à croire, mais les deux premières guerres mondiales ont été volontairement provoquées. Des traces existent. En effet, des lettres échangées entre Albert Pike et Guiseppe Mazzini expliquent la préméditation de batailles mondiales. Elles n’éclateront qu’en 1914 et 1939, alors que le courrier date de 1870/1871, soit presqu’un demi-siècle auparavant ! Albert Pike était le « futur » (en 1870) fondateur du KU KLUX KLAN et Guiseppe Mazzini le dirigeant des Illuminés de Bavière – ordre qui recueilli dans ses rangs Hitler et tous les dignitaires SS.

 

 

La Conspiration

 

              « Derrière les gouvernements qui se succèdent, vous avez du sentir la permanence de certaines forces, de certains principes ; cette stabilité ne s’explique que par des puissances occultes qui, en fait, dirigent le monde. » Le seuil du jardin, André Hardellet.

 

 

 

Hellraiser 11                illlogo



              Il y a les hommes ou plutôt l’ombre des hommes. A quelques mètres à peine au-dessus de nos consciences expansées, des chars de guerre crachent leur feu en plein centre d’une ville, des pans de mur s’écroulent dans la poussière et des silhouettes courent parmi les décombres des rues.

              Et les images changent, les uniformes aussi… Ici, c’est l’Amérique latine. Il y a des hommes dans un champ. Ils courent avec une femme et un enfant, contournent les agaves et sautent par-dessus les fossés. Mais voilà qu’ils s’affalent sur le sol. Sur une petite route, un véhicule les a presque rejoints, des militaires en surgissent mitraillettes au poing.

              A l’horizon, la Cordillère scintille sous les feux du soleil. Les Andes qui font encore rêver… pourtant là, dans ce champ, il y a l’odeur de la drogue, l’odeur des Etats qui s’en repaissent… et en nous, une nausée. C’est une sorte de révolte qui monte et qui crie : « Est-ce tout ? N’avez-vous rien d’autre à nous proposer que ces visions de la cruauté humaine ? »

              Maintenant, c’est la Chine qui grouille en dessous de nous. Une avenue remplie d’hommes et de femmes à bicyclette et puis, là-bas, une esplanade où une armée d’automates défile comme une marée d’inconscience sous l’œil froid de quelques robots étoilés. On se tait. Pas un bruit ne s’aventure hors des consciences engourdies. Enfin, à nouveau on nous arrache à cette vision. Nous survolons maintenant un désert la nuit, à la sortie d’une petite ville aux toits plats et aux murs couleur de sable. Un désert de cailloux criblé de trous et jonché de détritus. En bordure de chemin, sous quelques réverbères, des enfants y courent et s’y battent sous les regards et les vociférations de trois hommes en tenue kaki. En main, ils ont de véritables armes, couteaux et fusils. On les fait tirer sur des bouteilles ou sur le premier chien qui passe. On les fait hurler un nom dont ils ne comprennent visiblement pas le sens.

              Pourquoi tout cela ? Pour apprendre à tout simplifier. Pour mieux comprendre pourquoi il faut aller à l’essentiel. Et l’essentiel se découvre par la volonté de purification. Avez-vous perçu cette odeur nauséabonde qui s’échappe de l’aura de votre planète ? C’est celle de la couleur des pensées humaines. Oui, une pensée a une couleur et une couleur a une odeur. Si vous êtes là, c’est précisément parce que votre monde se transforme aujourd’hui en décharge, en champ de mines et en zone d’assouvissement des appétits de pouvoir.

              Tout ce que vous venez de voir et tout ce que vous allez voir encore, existe, se perpétue et s’amplifie, par et pour la seule raison du « moi-je ».

              « Moi-je » est un dévoreur de chair et d’âme. C’est le « grand complicateur », le chercheur de prétextes, d’excuses, d’arguments. Il est la « farce » monstrueuse avec laquelle chacun se gonfle de lui-même, une sorte de bouillie par laquelle les fils de la Vie s’emmêlent jusqu’à former des nœuds.

              « Le grand complicateur » n’est autre que la partie la plus basse de votre être. Nous pouvons la nommer aussi « zone inférieure de votre mental ». Elle est la plus rusée d’entre toutes. C’est elle qui génère et légitimise tous les réflexes de protection de cet ego que vous voudriez chasser mais avec lequel vous entretenez une si vieille complicité. Le mental protecteur, le mental vernis, le mental complicateur… oui, amis, c’est cela aussi qu’il importe de dompter urgemment. Chacun est concerné.

              La solution est pourtant simple. Tous ceux d’entre vous qui se disent responsables et conscients, tous ceux qui voient dans l’Amour autre chose qu’un mot comprendront à quel point ils se doivent de faire taire tous leurs appétits de pouvoir. Les dictateurs et les chefs d’Etat ne sont autres que l’image déformée et amplifiée de chacun de vous. Leurs jouets sont justes plus gros que les vôtres. Lorsque vous désirez, coûte que coûte, la dernière automobile à la mode avec laquelle on stimule votre deuxième plexus, par publicité interposée, vous n’agissez pas différemment du Gouvernement qui rêve de s’approprier telle région et va exhumer de vieux prétextes.

              Qu’est-ce qui veut la guerre en l’homme ? Sa soif de montrer qu’il existe et de proclamer qu’il est le premier de tous. Combien d’entre vous ont-ils le courage de se reconnaître dans ce portrait ? Le besoin d’être vénéré, admiré, respecté, obéi, tout n’est qu’une façon de gonfler les muscles de l’ego.




Banquier big                BillGates Davos2004


 

              Tout est une façon que nous avons de nous enchaîner à la souffrance. Si vous pénétrez bien le sens de ces paroles, vous verrez à quel point les douleurs de l’humanité sont toujours les fruits de sa complexité. Le mental et toutes les manifestations qui en dérivent jouent le jeu d’un miroir déformant. Ils tissent des toiles d’araignée dans lesquelles chacun s’englue parce que ses fils s’appellent prétention, orgueil, jalousie, pouvoir. Personne n’y échappe. Surtout pas ceux qui veulent, en bons croisés, convertir les autres à leur vision de l’ordre des choses.

              Il est une façon de vouloir le bien de l’humanité qui se solde immanquablement par une alimentation du Principe de l’Ombre. Tant que votre mental veut réformer le monde, c’est le masque en vous qui désire. L’ascension doit venir de plus loin…

              Qu’est-ce qui est essentiel ?

              Méditez-la bien car elle est en quelque sorte analogue à la devinette du Sphinx. Elle exige un certain recul et de la lucidité. Mais continuez plutôt d’observer ce qui se passe.

              A travers les nuages et la pluie qui tombe drue, il n’y a que l’obscurité de la nuit, une fois de plus. Mais c’est une obscurité de matière, une obscurité que l’âme pénètre aisément puis éclaire. Nous scrutons en son cœur… C’est alors qu’apparaissent quelques cases de torchis, des cabanes aux toits de tôle et des tentes, des milliers de tentes, simples toiles tendues ou pauvres bâches de plastique. Et puis des hommes. Des hommes et des femmes qui essaient de s’y abriter, entassés les uns sur les autres, recroquevillés à même le sol… L’Afrique noire dans toute sa misère, avec ses réfugiés, ses déportés, ses massacrés.

              Continuerons-nous encore longtemps ainsi ?

              Aussi longtemps que nécessaire, pour que vous touchiez du doigt de votre cœur l’étendue des plaies de ce monde. Les téléviseurs et les revues vous offrent des « spectacles » fabriqués. Je dis bien des spectacles. Ici, sous vos yeux, il n’y a pas de montage, pas de cadrage. Seulement le terrible résultat d’une façon de penser…

              … Et d’être et d’agir aussi !

              Cela revient au même. La pensée engendre. Elle empoisonne ou vivifie. Ce que vous voyez ici est voulu et construit patiemment par certaines consciences incarnées. C’est la marque d’une des tentacules de la pieuvre du mental inférieur qui s’abat sur ce continent pour en faire un champ d’expérimentation privilégié.

              C’est exactement cela.

              Vous devez comprendre que la souffrance ne fait pas toujours grandir, loin de là. Celle-ci peut faire éclore un sentiment d’injustice, qui lui-même génère tôt ou tard la rancœur, la révolte et parfois la violence avec la réaction en chaîne de ses tensions. Ensuite, il est enfantin de chercher à faire endosser à l’Esprit Absolu la responsabilité de nos maux et insuffisances. Cela révèle une attitude intérieure de peur donc de fuite dans laquelle on préfère reporter la faute hors de son propre foyer, de son propre cœur, fût-ce pour en accuser Dieu lui-même !

              Mais qu’est-ce que Dieu d’abord, faut-il se demander ?

              Ecoutez-moi bien, voici une question déroutante :

              « La Divinité est-elle du côté du Bien ou du Mal ? »

              Du Bien, espérons-le !

              Détrompez-vous. En fait, elle n’est ni d’un parti ni de l’autre. Elle est au-delà de ces deux concepts. Elle offre le même amour aux enfants des deux tendances. Ce qui en Elle glorifie le Bien, c’est une longue série d’apparences et de formes adaptées à la compréhension des hommes et qui portent, entre autres, les noms des Christs et des Bouddhas. Ce qui en Elle permet l’expansion du Mal, c’est sa volonté d’offrir le libre arbitre à toute la Création.

              Ne vous rendez-vous pas compte à quel point vous passez votre existence à comptabiliser ce qui, selon vous, est bien et ce qui ne l’est pas ?

              Faites l’effort, ne serait-ce que quelques secondes, de changer de milieu social, de culture, de religion, faites l’effort de franchir quelques frontières et votre vision de ce qui est bien et juste s’en trouvera radicalement modifiée. Tant que vous vous poserez en juges, vous ne pourrez comprendre cela, tout au moins autrement qu’intellectuellement, comme autrefois sur les bancs de la classe.

              Il y a un étrange jeu contre la Vie en l’homme !

              J’y vois, par exemple, un homme au volant de son véhicule et qui tente de gagner cent mètres d’asphalte au risque d’y perdre l’existence. Je vois des portillons souterrains contre lesquels on se bat pour arracher quelques secondes à la journée. J’écoute le mensonge de ceux qui veulent vendre toujours plus, comme des disques rayés enchaînés à un comptoir ou à leur bureau. Je lis l’envie dans le regard de ceux qui achètent toujours davantage, semblables à des aspirateurs noyés dans la poussière surgissant du sol. Je regarde, je sens et j’ai parfois envie de rire face à ces petits tortionnaires, à ces paires de menottes que vous vous infligez à vous-mêmes, invariablement, et qui vous confinent dans de petites boîtes mentales aux parois tapissées d’étrange façon.

              Vos bourreaux ont pour nom publicité, médias, politique, religion, obligations, conventions. Ce que l’être humain redoute le plus c’est d’être libre ! Le sait-il qu’il l’est vraiment ? ! Tous n’obéissent qu’au Comité Central du Parti de l’Argent. Le constat est simple et vous le connaissez depuis longtemps bien que vous disiez ne plus le supporter ! Vous êtes, nous sommes, bel et bien complices des forces qui nous aliènent puisque nous les fabriquons et les entretenons continuellement. Ce qui est insidieux dans cette situation, c’est que vos geôliers sont issus de vous et que vous les aimez d’un amour pervers parce qu’analogue à un poison.

              Il est grand temps que votre quête du Divin, c’est-à-dire de ce qui est fondamentalement humain, change d’orientation. Vénérer la Divinité sous la forme qui nous arrange, en fait sous la forme la moins dérangeante pour notre confort, est aussi primaire et limitatif que de vénérer une ampoule électrique. Il faut apprendre à se retrouver, apprendre à aimer, à libérer l’Illimité en soi…

              Vous cherchez la Lumière ? De tout cœur ? Mais si je vous disais qu’il y a un Judas en vous ! Le « Principe de Judas » est un principe de collaboration avec « l’ennemi ». Ce n’est pas un principe de trahison au sens primaire du terme. Chaque homme l’a en lui à sa naissance, fût-il le plus saint d’entre tous ! L’ennemi apparent c’est ce qui attire vers le bas, ce qui fait adopter un corps de chair et subir les contingences qui lui sont inhérentes. Ce qui importe c’est que ce principe soit le plus conscient possible. Collaborer consciemment avec l’Illusion, c’est reconnaître une valeur, une nécessité à celle-ci, une fonction d’enseignante. Il existait une étroite entente entre le Maître Jésus et son disciple Judas, de même qu’en vous règne une subtile complicité entre le Principe de Lumière et le Principe duel de déstabilisation. L’un a besoin de l’autre, n’en ayez pas honte, parce qu’ils sont deux aspects, deux moments de la même aventure qui mène au Divin.

              Collaborer avec l’ « ennemi » en soi, c’est d’abord reconnaître lucidement sa force et ses avantages car il en a… Puis, c’est utiliser son potentiel et ses caractéristiques dans la direction du Soleil sans ombre que l’on veut révéler en soi.

              Toute la souffrance de ce monde vient des egos qui centrent leur attention sur eux-mêmes, qui tournent en circuit fermé en enflant au lieu de s’ouvrir à l’Univers.

              Votre ego n’est pas nécessairement un obstacle, c’est un outil qui a la capacité de s’orienter vers le don et par conséquent de se sublimer. Il est le premier représentant de votre libre-arbitre et évidemment de votre potentiel de « divinisabilité »…

 

              Dans notre Occident sécurisé et sécurisant, vous rabâchez toujours la même litanie. Les modes de fonctionnement de l’humanité sont archaïques. Depuis des milliers d’années, ce sont les mêmes moteurs qui vous font agir. Je veux dire que ce n’est pas l’homme qui agit mais une vision binaire, égotique et donc limitative de la Vie qui actionne les leviers de son être. L’humanité terrestre subit les frontières qu’elle s’impose à elle-même. Ce sont des frontières intérieures, celles-là mêmes qui cimentent leurs murs de systèmes en systèmes, de révolutions en putschs militaires, de totalitarismes divers et subtils en conditionnements religieux.

              La seule véritable révolution qui mérite ce nom se situe derrière ce que l’homme accepte de voir de lui-même. Elle n’est pas encore née autrement que dans le cœur et la conscience de quelques-uns qui se lèvent individuellement de-ci, de-là.

 


LaurentCourau10                SoldatUSPetrole
  

 

 

              Parlons donc de collaboration… Notre société, qui est avant tout celle de la puissance financière, incite des centaines de millions d’individus à confier leurs fonds à des organismes bancaires… sans se soucier même de leur utilisation. Dites-vous bien que, sur chaque pièce de monnaie que vous déposez dans une banque, une partie est systématiquement prélevée pour faire fructifier des entreprises de destruction. Vous collaborez donc inévitablement avec ce qui répugne à votre conscience… Allons un peu plus avant dans cette réflexion… Achetez par exemple un bel appareillage pour sonoriser agréablement votre demeure. Quoi de plus naturel et de plus anodin ? Mais vous ignorez peut-être en agissant ainsi que nombre de fabricants de ce genre de matériel sont des filiales ou des organisations puissantes dont le seul souci est la recherche et la réalisation d’armes toujours plus imparables…

              Il est grand temps de ne plus agir comme tous ces prêtres et ces responsables politiques qui affichent une fausse tolérance en ne faisant en réalité que supporter l’existence d’autres dogmes que les leurs. La Divinité n’est ni musulmane ni chrétienne ni hébraïque, ni hindouiste ou bouddhiste ! De même que la Vie n’est pas plus marxiste que capitaliste ! Si vous voulez enfin y voir clair, c’est-à-dire vous retrouvez vous-même, hors du fatras des clairs-obscurs, élevez-vous au-dessus des inventions humaines.

              Le principe de la non-collaboration peut encore sauver notre monde de l’asservissement. Il demande courage, abnégation et volonté… tout cela soutenu par un idéal d’Amour. Vous ne pouvez pas, vous ne pouvez plus vous métamorphosez sans métamorphoser le monde où vous vivez. Comprenez bien ; il ne vous est pas demandé de changer le monde mais d’impressionner avec une nouvelle lumière le cœur de ses habitants afin que ce monde finisse par changer lui-même.


.../...









Partager cet article

Repost 0