Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 18:34

L’identité du Soleil

 

Quelle est maintenant son identité, à ce Soleil, à ce Christ ou – si vous préférez – à ce Bouddha visitant périodiquement votre monde ? Que dire d’un Feu qui aspire tout vers Lui, de l’atome au Maître de Sagesse en passant par la cellule, l’organe, puis par toutes les manifestations de l’âme et les mille formes du Divin fourmillant à travers la Nature. Peut-on percer son mystère ? Est-ce Lui, Dieu ?

 

On pourrait en effet s’arrêter là, à son rayonnement aveuglant tant physiquement que symboliquement. Cela pourrait suffire… Et c’est ce que font l’immense majorité de ceux qui se disent croyants… Mais notre propos n’est pas de nous adresser ici aux « croyants ». Nous avons pour mission d’enseigner les amants de la Vie, ceux qui veulent toujours aller plus loin, ceux pour qui l’arrêt en un point de sécurité intellectuelle correspond au tracé de nouvelles frontières et marque le début d’un sommeil insidieux. Croire n’est pas suffisant. Vivre et grandir, c’est explorer pour tenter de comprendre et de comprendre encore…

 

Qu’est-ce donc que le Soleil ? De quoi est-il fait et d’où vient-il ?

 

Laissons de côté toutes les considérations cosmologiques. C’est l’essence du Soleil qui nous intéresse, son identité profonde en tant que Conscience. Parlons-en le plus clairement possible tout en gardant bien à l’esprit que nous sommes limités par un vocabulaire approximatif.

 



 

sonne3

 

 

 

Les concepts que nous tentons d’aborder n’ont pas encore leur place sur Terre. Qu’il soit donc dit que nous sommes tenus de schématiser…

 

La Conscience du Soleil, sa réalité en tant qu’Etre et non pas en tant qu’objet céleste est le résultat d’une fusion. Nous parlons d’un état de transmutation si particulier et à un si haut degré que nul ne saurait s’en faire une idée juste.

 

Il s’agit de la fusion, en une seule Puissance, des Maîtres de Sagesse ayant atteint les plus hauts niveaux de réalisation de leur monde lors d’une vague de Création antérieure à la nôtre. Chacun de ces Maîtres était originaire d’une planète appartenant à un système gravitant autour d’un soleil central. Il était l’Etre le plus ascensionné que cette planète ait jamais porté. En termes d’analogie, il en était le Krishna, ou le Bouddha ou encore le Jésus, pour ne citer que quelques noms symboliques.

 

En tant que Maîtres de Sagesse pleinement accomplis et parfaits pour le type de monde où ils s’étaient développés et où ils avaient œuvré, ils étaient parvenus au bout de leur évolution… Voilà pourquoi ils ont été appelés à passer à un autre degré de perfection, à un stade qu’il nous faut qualifier de fusionnel, faute de terme plus adéquat.

 

Des Etres analogues à Jésus ou au Bouddha Gautama ont ainsi « marié » leur conscience deux par deux, puis quatre par quatre jusqu’à ce que leurs Présences de type solaire n’en fassent plus qu’une : Un Soleil à part entière, un astre ayant en charge un ensemble de planètes pour la vague de Création à venir.

 

Intègre cela… Digère-le dans ton cœur avant d’aller plus loin. Prends un temps d’assimilation tout comme le Divin en observe un entre deux phases de Création. Inspire pour ramener à toi les matériaux de ce qui a été et qui va te faire grandir. Pratique l’exercice du Divin en accueillant puis en absorbant totalement le sens de l’expérience élaborée par le Vivant.

 

La fusion solaire

 

Et puis… essaie de comprendre le principe du Mariage ou de la Fusion solaire. Celui-ci est au centre absolu de tout ce que nous avons à te confier. Dans la multitude de ses développements imaginables et… inimaginables, il en est la clé. Ce Mariage constitue l’affirmation ultime de l’Amour au point où nous sommes capable de le concevoir.

 

Comment deux Consciences pleinement réalisées, c’est-à-dire dont toutes les dimensions – de la plus dense à la plus subtile – sont alignées, peuvent-elles fusionner jusqu’à ne plus en faire qu’une ? Seul l’Etre qui expérimente directement un pareil mystère pourrait en témoigner…

 

Mais n’allons pas trop vite ! Il faut connaître dans tous ses rouages un tel mécanisme sacré… Ce ne sont pas les âmes des plus grands Maîtres ascensionnés qui s’épousent ainsi lors de ces Noces cosmiques si particulières. Ce sont leurs esprits, c’est-à-dire leur réalité première androgyne. Il aura fallu que chacun de ces grands Réalisés – soleils de leur planète – aient réuni en lui ses polarités masculine et féminine.



 

planete bulle

 

 

 

En vérité, aucun être ne peut pleinement prétendre à la Libération que constitue une Ascension sans être passé par les épousailles avec lui-même. Le passage est obligatoire parce que logique et logique parce que correspondant à l’abolition de la dualité en soi.

 

Lorsque le Un et le Deux s’unissent dans la matière, ils appellent à la manifestation du Trois… mais lorsqu’ils parviennent à fusionner dans les degrés les plus élevés de l’être, c’est l’image préfigurant celle d’un Douze solaire idéal qu’ils évoquent déjà.

 

Oui, dans le type de schéma évolutif inscrit en nous, l’esprit androgyne cherche à s’expanser jusqu’à trouver une forme de réalisation l’amenant à la perfection du Douze.

 

Ecoute maintenant ceci : Dans la Vague de Création précédant la nôtre, ce sont les huit plus grands Maîtres ascensionnés issus de huit planètes vibratoirement proches qui se sont unis afin de générer le soleil qui nous rassemble aujourd’hui.

 

Si ce soleil a, à son tour et autour de lui, les neuf planètes que nous lui connaissons actuellement, c’est pour participer à l’expansion inévitable de la Vie vers la perfection du douze. Dès lors, tu peux concevoir que les neuf Maîtres les plus réalisés de ces neuf planètes, seront eux-mêmes amenés, un « jour » du Grand Calendrier céleste à faire fusionner leur esprit afin de donner naissance à un autre noyau solaire destiné à un autre univers.

 

Ce n’est pas si complexe… Il faut juste toujours pousser lentement les portes afin que la vastitude des horizons nouveaux ne devienne pas effrayante.

 

L’Esprit d’une planète

 

Mais tandis qu’un Mariage cosmique aussi élevé que celui-ci se déroule, que deviennent les autres Maîtres réalisés d’une planète et qui ne figurent pas au rang de ceux qui fusionnent, c’est-à-dire au rang des huit ou des neuf, par exemple ? Ils sont destinés, eux aussi, à vivre un union cosmique d’une intensité tout à fait particulière. Ils ont la possibilité de fusionner leurs esprits afin de permettre l’émergence de ce qui sera le soleil intérieur d’une planète lors d’une Vague de Création à venir.

 

Oui, toute planète possède son soleil central. Celui-ci est son feu sacré, son cœur palpitant, sa force de cohésion. Il est aussi vital que peut l’être le noyau d’une cellule au sein de celle-ci.



terre1

 

 

Ce qu’il faut bien comprendre, surtout, c’est qu’il est le gardien de ses mémoires, c’est-à-dire de la somme incalculable des expériences vécues globalement par les formes de vie que les Maîtres ascensionnés qui lui ont donné naissance ont emportée avec eux à partir de la dernière Vague de Création dont ils sont issus.

 

En termes appartenant à l’actuelle civilisation terrestre, on pourrait affirmer qu’un tel noyau solaire représente la « banque de données centrale » de l’ordinateur phénoménal que constitue l’univers d’une planète et de toutes les expressions de vie qui s’y développe au fil des Temps.

 

Le soleil intérieur d’une planète est donc d’une importance capitale. Sa mémoire est son dynamisateur. En effet, une mémoire n’a de raison d’être que si elle s’inscrit dans un plan d’évolution. Toute notion de « passé » - bien que celle-ci soit relative au sein d’un temps illusoire – est nécessairement liée à celle d’un devenir.

 

Le soleil interne d’une planète comme la Terre, par exemple, contient en lui le programme des mondes qui sont appelés à s’y développer. Cela signifie que le noyau qu’il représente condense en son centre un multitude de germes dont le plan d’ensemble correspond à un projet de vie spécifique.

 

Par ailleurs, sachez que sa force le conduit à tenter d’absorber constamment les coups que les humanités qui se développent à sa surface ne manquent pas de lui infliger. Il est question ici de tous les types de pollution possibles dont le plus terrible est incontestablement de nature psychique.

 

L’un des rôles du soleil central d’une planète est donc, par amour pur, de tenter d’absorber, âge après âge, la masse des pesanteurs psychiques collectives générée par la succession des civilisations qui s’y manifestent. Il joue, par conséquent, le rôle de régulateur du karma collectif des peuples… jusqu’à atteindre parfois la saturation.

 

 

La libération des karmas collectifs

 

Lorsqu’on saisit l’importance d’un tel Feu de Vie ou plutôt d’une telle Conscience de Compassion, on est en mesure de commencer à comprendre pourquoi il est dit qu’à l’heure de la Crucifixion, le Christ est « descendu aux Enfers ». Cette notion représente tout simplement la distorsion et la puérilisation d’un événement majeur.

 

En fait, en quittant le corps du Maître Jésus porté en croix, la Conscience du Christ – celle du Soleil de notre système planétaire – a eu pour mission d’aller décharger le Soleil intérieur de la Terre du surplus de karma collectif des humanités qu’elle a portées. Analogiquement à ce qui se passe dans vos ordinateurs, il arrive toujours un temps où la capacité d’absorption mémorielle d’une planète vient à saturation, rendant impossible toute avancée.

 

L’œuvre du Principe christique, en tant que Soleil central d’un système planétaire – ou, si vous préférez, son dieu – a été, par conséquent, de laver une mémoire, de débarrasser celle-ci de tous les résidus de souffrance entravant sa croissance et l’empêchant d’apprendre « autre chose ». Comprends ceci : « Laver les péchés » d’une communauté, c’est purifier et alléger sa mémoire afin d’y faire de la place pour avancer vers une conscience plus aimante.

 

N’est-il pas temps que vous vous desinfantilisiez quant qu fonctionnement de la Vie et au sens du Divin à travers elle ?




Maitreya4                        Sceau de la Théosophie



Mais revenons au projet de la Création concernant une planète comme la Terre… Il ne faudrait pas s’imaginer que la Vision qui est à son origine ne cherche qu’à permettre la croissance, c’est-à-dire la montée en conscience d’une forme de vie nécessairement humanoïde. D’une part, le stade humain tel que vous l’entendez aujourd’hui n’est que transitoire et, d’autre part, il ne représente qu’une simple manifestation du Vivant parmi les milliards d’autres.

 

Aux yeux de la Conscience Suprême vers laquelle nous nous dirigeons tous, la plus infime des expressions de la Vie est dotée d’un total potentiel de « divinisation ». L’Absolu étant l’unité de mesure de la Conscience ultime, aucune forme de vie n’a donc véritablement préséance sur une autre, même s’il est évident qu’il y en ait de plus avancées sur l’échelle de l’Evolution. La « première » ne fait pas l’objet de plus de soins que la « dernière ». L’humilité face à l’immensité de ce qui Est n’est pas simplement le résultat d’une compassion active, mais la juste conséquence d’une compréhension claire et logique de l’Ordre universel.

 

L’homme et la femme dont vous portez l’image idéale en vous ne sont pas davantage que l’un des innombrables aspects par lesquels le Divin s’exprime et cherche son propre accomplissement…

 

Tout comme un noyau ou un soleil, ils portent en eux le programme d’une perfection à atteindre, laquelle il faudra sublimer encore et toujours à travers la découverte d’autres contextes d’évolution.

 

Croyez-vous que le Soleil – appelez-le christique ou bouddhique selon votre sensibilité – se soit arrêté dans sa course ? Croyez-vous qu’il se repose au sein de sa perfection ? Non, il œuvre plus que jamais. Il avance vers un Infini dont même les plus grands Maîtres ascensionnés ne peuvent pas rêver.

 

N’oubliez pas ceci : il y a sans cesse un autre horizon derrière celui entrevu… De même, soyez certains que, pour le Parfait, il existe toujours un Plus que Parfait dont Lui seul peut deviner les contours et l’identité.

 

Que cela ne vous décourage cependant pas et ne vous effraie nullement ! Lorsque des œillères sautent, il y a souvent un instant d’égarement ou d’aveuglement… puis le regard s’accommode et s’habitue jusqu’à trouver enfin normales ses nouvelles perspectives.

 

Si vous avez décidé de vraiment vivre, sachez que « trop grand » n’existe pas mais que c’est de « trop petit » que l’on meurt. Qu’est-ce qui vous fait peur ? Le fait de ne pas parvenir à mémoriser ce qui vous est offert ? Celui de ne pas le comprendre dans tous ses développements ? Décrispez-vous donc ! la crispation fait rétrécir alors que c’est l’inverse qui vous est demandé.

 

Laissez plutôt mûrir… Laissez aussi pourrir en vous tout ce qui ressemble à une résistance. Vous êtes véritablement un noyau et, en tant que tel, vous avez une coquille qui nécessite un peu de temps et d’attention pour vivre l’éclatement. Aucun germe ne verra jamais le soleil sans l’explosion de la frontière que représente la gangue qui le renferme.

 

La peur des Noces cosmiques

 

Qu’est-ce qui vous inquiète encore ? Le principe de la Fusion ? Vous vous demandez si l’on y perd sa propre conscience de soi ? Eh bien non ; en réalité, c’est exactement le contraire ! On y gagne la conscience de soi… tandis que se désagrège celle du « moi-je ». C’est bien cela… La petite identité, aussi belle et respectable soit-elle devenue au fil des incarnations et des polissages de la vie, vient tout naturellement à se dissoudre sous l’action du feu de la Fusion.

 

Il est cependant important de ne pas aborder cela comme une annihilation de Ce qui a conscience d’Etre en nous. Nous parlons plutôt d’une merveilleuse expansion de Ce qui fait que nous sommes nous avec les galaxies de nos expériences accumulées.

 

Mais savez-vous seulement ce qu’est une expansion durable de la conscience ? C’est une surmultiplication de celle-ci. L’incroyable découverte de sa capacité à tout pénétrer, au-delà de l’intellect le plus brillant, au-delà des formes concevables… pour entrer, radicalement, en un inébranlable espace de Paix. A partir de là, apparaît une multitude de « champs du possible » qui annonce une perspective si sublime que les plus belles nostalgies du « moi-je » y perdent alors toute saveur.

 

Vous souvenez-vous de ces livres d’images qui vous émerveillaient étant enfants ? S’il arrivait que vous les retrouviez, vous jetteriez peut-être sur leurs pages un regard ému mais, simultanément, vous seriez surpris de la naïveté et, sans doute aussi, de la pauvreté des éléments qui, autrefois, vous comblaient de joie…

 


 
 

Galaxie-collision

 


Ainsi donc, le phénomène d’aspiration vers le haut, vers quelque chose de plus grand, jusqu’à un état de fusion solaire, s’avère être le moteur de la quête du bonheur. Tout ce qui Est est alimenté par lui, comme si le souvenir du futur et de sa promesse de Noces cosmiques était imprimé en tout, en deçà même de l’univers atomique.

 

C’est ce type de perception intime et pacifiant que tout être approche lorsque survient sa mort physique, du moins lorsque celle-ci est harmonieuse. Il s’agit d’une communion transcendantale avec l’essence même de la Vie et qui fait que tout se simplifie à l’extrême dans l’instant présent. Plus d’ombre pour s’opposer à la Lumière, plus de rancœurs ni de colères, pas même le souvenir d’un combat à mener…

 

Tout ce qui ne transpire pas la Grâce et la Joie est désamorcé. La seule différence tient dans le fait que l’extase vécue à l’instant de la mort est passagère alors que celle qui surgit lors de l’union d’une âme avec son exacte polarité complémentaire – ou de la fusion de plusieurs esprits – est stable et durable.

 

Ainsi, la mort, telle que vous pouvez l’approcher et la vivre, préfigure-t-elle, à son niveau, les métamorphoses successives vers lesquelles vous allez nécessairement. Tout est mort et résurrection, voyez-vous !

 

Un soleil n’est devenu soleil que parce qu’il résulte de davantage de mutations que n’importe quelle autre forme de vie dans le « coin de galaxie » où il se trouve.

 

Comprenez-vous maintenant pourquoi, sur le plan archétypal, le nombre 8 est associé au Christ dans sa descente verticale sur Terre et pourquoi le signe de l’infini dans ce que nous pouvons matériellement en appréhender n’est autre qu’un 8 couché, c’est-à-dire à l’horizontale ? De leur rencontre naît spontanément une croix ou un double dorje, archétypes de puissance et de résurrection, signes, enfin, d’une clé suprême.

 

Comprenez-vous aussi pourquoi, dans ce même type de considération, le 17 est à la fois relié aux Etoiles et au symbolisme du Graal à travers toutes les Traditions ? Dans l’univers des énergies subtiles, le 17 se résout à un 8 ; il représente un code d’accès, une clé conduisant à la conscience solaire. Cette connaissance ne demande pas à être stocké dans la mémoire… Elle se médite.

 

Quant aux neuf plus grands Maîtres ascensionnés qui seront issus de votre actuel système solaire, ils s’uniront en esprit à la fin de la présente Vague de Création… initialisant ainsi un Soleil pour la suivante… lequel fera sortir de son sein non pas neuf mais dix planètes, donc dix Maîtres majeurs en potentiel… et ainsi de suite.

 

Si l’analogie est la loi stable et générale du développement de l’univers appréhendable, elle suscite en même temps un mouvement d’expansion. Ainsi, l’analogue n’est-il jamais de l’ordre du répétitif.

 

Entre le choix et la nécessité

 

Une question se pose maintenant… La fusion des âmes complémentaires, puis celle des esprits réalisés à des fins que nous appellerons solaires, est-ce inéluctable ? Résulte-t-elle d’une obligation ou d’un choix ?

 

Lorsque la méditation a opéré son œuvre, on répond sans hésiter : « Les deux à la fois ».

 

Le principe de l’Union sacrée est inéluctable dans la mesure où il résulte d’une aimantation naturelle. Je te l’ai enseigné : Le singulier et le pluriel ne se contredisent pas. Ils déclinent la Divinité selon les nécessités et les niveaux d’expression de celle-ci. Le Un réclame la séparation pour savoir qu’il existe, alors que le Deux aspire à l’union pour pouvoir ensemencer et propulser ainsi l’Etre à un autre stade de Réalisation.



 

EQUINOX

 

 

Cependant… Cependant, malgré cette logique incontournable, le choix que procure le principe de Liberté demeure. N’importe quel être – même un Maître en pleine conscience de soi – peut ne pas opter pour une Union sacrée lorsque celle-ci se présente. Il peut décider de poursuivre sa route d’une façon plus « solitaire ». Nous ne disons pas « individuelle » car, lorsqu’une proposition de type transcendantal s’offre à une forme de vie autonome, c’est le signe que celle-ci a déjà atteint un état avance de communion avec le Tout.

 

Dans ce cas, la notion d’individu ou d’individualité perd le sens qu’on lui donne habituellement, elle ne sous-entend pas un ego ou une personnalité en attitude de séparativité par rapport au monde. Le seuil d’un Mariage cosmique peut donc ne pas être alors franchi afin de poursuivre une tâche spécifique, dans la matière, par exemple.

 

C’est ce qui se passe pour un certain nombre d’êtres que vous nommez Boddhisatvas. Ceux-ci acceptent de conserver un bagage de caractéristiques humaines et de continuer par conséquent à s’incarner dans la densité plutôt que d’ascensionner vers une autre réalité fusionnelle. Bien évidemment, ce n’est pas le choix d’une stagnation. Je te dirais qu’il s’agit là d’une ascension par la « méthode horizontale », une voie qui a sa grandeur incontestable et se beautés. C’est une voie de labeur… et de labour.

 

Tu comprends aussi que tous ceux qui font un tel choix se retrouvent, malgré tout, un jour du Grand Calendrier cosmique, face à la nécessité de passer à « autre chose » et de vivre une symbiose qui les propulsera vers un état de plus parfaite maîtrise. Analogiquement, ils seront semblables à un ballon gonflé d’hélium dont la nacelle ne peut plus supporter d’être lestée davantage et qu’il est donc temps et logique de « soulager de son plomb ».

 

Faisons maintenant le point… En dégageant une partie du voile recouvrant l’identité du Soleil, c’est-à-dire de la Conscience christique ou encore de la nature de Dieu au sein de notre présent système, nous avons été amenés à te parler de certains aspects du schéma évolutif : Celui des âmes jumelles se retrouvant en un seul esprit, celui concernant les Maîtres de Sagesse et la façon dont ceux-ci peuvent fusionner afin de générer de véritables batteries d’amour et de compassion s’engendrant à l’infini.

 

Une immense question demeure pourtant… Une question qui doit pointer en toi comme chez tous ceux qui, découvrant cet enseignement, ne voudront pas en rester à sa surface. Ce que nous te délivrons, vois-tu, doit pouvoir, au-delà de son aridité, se ramener à la fonction et à l’utilité de ce que vous vivez quotidiennement. Parler du jeu des mille divinités imprégnant la Nature, évoquer les Maîtres ainsi que la Divine Réalité solaire ne servirait pas à grand chose si cela demeurait coupé de la réalité humaine terrestre de chaque instant qui passe.

 

Le devenir de l'Humanité
 

Alors la question est celle-ci : Et le reste de l’humanité, que devient-t-il ? Qu’est-ce qui l’attend, tandis que de mystérieux et grands Réalisés oeuvrent, avancent, puis fusionnent et qu’un Soleil-Christ se propulse encore vers une autre dimension de l’Univers ? Est-elle abandonnée à un sommeil sans fin ? Serait-elle comme le résidu stagnant et sans grand espoir possible d’une Vague de Création ?

 

Commençons par le commencement… D’où viennent les Maîtres qui guident l’humanité plus ou moins discrètement ? De vous-même ou, plus précisément, du cœur du grand corps constitué par cette humanité. Ce sont des humains, comme vous, et non pas des « élus » désignés par quelque divine et énigmatique Autorité. Ils sont les cellules les plus « affinées » - ce qui veut dire les plus conscientes – de l’ensemble de votre collectivité planétaire. Ils n’ont reçu de grandeur que d’eux-mêmes, à force d’avoir voulu insuffler à chaque parcelle de leur être toujours plus de paix, d’amour et, en résumé, de Lumière.

 

C’est la divinisation de chacune de leurs cellules qui leur a procuré la Maîtrise. Certains d’entre eux sont, certes, issus d’autres planètes que la Terre mais cela n’y change rien. Même le parcours de ceux-là a été identique à celui qui est le vôtre aujourd’hui.

 



HologramUniverse2

 

 

 

Le fait de conscientiser de telles données devrait  impérativement vous ramener à votre propre responsabilité. La Lumière de la Réalisation n’est jamais offerte à qui que ce soit par quelque Puissance céleste que ce soit. Elle est simplement montrée en modèle, comme source d’inspiration et d’aspiration vers le haut. Elle est aussi une main qui se tend vers ceux qui font l’effort de tendre la leur. Jamais une main qui contraint… car la Présence du Divin ne se révèle que là où on L’invite.

 

Aucune manifestation de vie n’accouche de l’Amour par césarienne ! Elle le fait harmonieusement lorsque le corps et l’âme ont dépassé leurs peurs, se sont décrispés… et que le temps en est venu. Ceci afin que vous compreniez que toute expression de la Vie, par conséquent, chaque femme et chaque homme, est invité à la Maîtrise.

 

Tous les degrés de l’ascension solaire vous sont proposés parce qu’ils sont, par essence, de l’ordre du logique et du naturel.

 

Devenir un être réalisé ne signifie pas nécessairement – et loin s’en faut – laisser un nom dans l’Histoire et siéger au sein d’un Conseil de Sages. Cela ne signifie pas non plus se voir ouvrir les portes du monde subtil de Shambhalla. Il existe une multitude d’autres dimensions, que ce soit dans ce monde ou dans d’autres.

 

On parle du Bouddha sous les traits de Gautama, on parle toujours également du Christ historique ayant emprunté l’identité de Jésus… mais il ne faut pas oublier qu’il existe un grand nombre d’êtres qui sont parvenus à l’état de bouddha ou de christ sans avoir pour cela impressionné la mémoire collective. Ces êtres-là ont connu et connaissent encore leurs propres rendez-vois fusionnels. Ils sont des soleils « quelque part » dans l’univers, en charge du développement d’un monde, parmi la multitude des dimensions existantes.

 

Connaître l’état de soleil n’implique pas nécessairement le fait de se transmuer en une « boule de feu » suspendue dans l’immensité du cosmos. C’est être une constante source de prolongation et de transformation de la Vie, c’est-à-dire un jaillissement d’Amour.

 

Les soleils ont aussi pour mission naturelle et spontanée de réinventer constamment la vie en générant de nouvelles propositions à son développement. Ils portent le masque de Dieu dans un « ailleurs » qui n’est pas imaginable pour vous. Chaque monde engendré et soutenu par un soleil expérimente une tonalité de l’arc-en-ciel divin, il entonne une note de sa Grande Partition et en éprouve les harmoniques.

 




La Porte de Jade

 

 

 


 








 

Partager cet article

Repost 0
Orphée - dans Esotérisme & Gnose